Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, saison 2 (2)
Lundi 30/04 18:01 - Zakath-Nath
La Partie de Chasse (2)
Mardi 13/02 14:02 - Zakath-Nath
La Nuit de la Louve (2)
Dimanche 21/01 12:47 - Zakath-Nath
La Louve et l'Enfant (2)
Jeudi 11/01 11:23 - Zakath-Nath
Doctor Who Christmas Special 2017: Twice Upon a Time (2)
Jeudi 04/01 17:37 - Zakath-Nath
Doctor Strange (4)
Lundi 01/01 12:33 - Zakath-Nath
Déracinée (2)
Mercredi 03/01 18:53 - Zakath-Nath
Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi (2)
Samedi 23/12 18:42 - Zakath-Nath
The OA, saison 1 (2)
Samedi 23/12 17:41 - Zakath-Nath
The Shannara Chronicles, saison 2 (2)
Lundi 27/11 22:21 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
OSS 117, Le Caire nid d'espions

OSS 117, Le Caire Nid d'Espion de Michel Hazanavicius fait parti de ces films dont je n'attendais absolument rien pour qu'ils se révèlent en fin de compte d'excellentes surprises. Parce qu'à la base, les grosses comédies populaires françaises me font rarement rire, ou alors, celles qui commencent déjà à dater de plusieurs années. Je ne suis par ailleurs pas fan de Jean Dujardin et le titre promettait une énième parodie de films d'espionnage. Mais la bande-annonce très 50's a réussi à me convaincre d'aller voir de plus près.

1955: OSS 117, agent secret émérite au service de la France dirigée par René Coty est envoyé au Caire élucider la mort de son collègue et cher ami Jack Jefferson, disparu depuis un mois. Le brave espion va atterrir dans une véritable poudrière, entre soviétiques, nazis, fanatiques religieux, etc.

Ce n'est pas tant l'histoire qui importe ici (même si on ne note pas d'essoufflement, ce qui est déjà une bonne chose) que la reconstitution des séries B des années 50/60 (les adaptations sérieuses d'OSS 117), où tous les clichés sont détournés pour en devenir assez hilarants (mots de passe débiles, bagarres hyper codifiées, poursuites, méchants au fort accent). Le personnage principal en tient également une sacré couche, très classe, capable d'apprendre le mambo et l'arabe en un temps record, mais par ailleurs colonialiste, raciste, misogyne, homophobe, inculte, bref, con comme une chaise.

Si on ne se tient pas les côtes pendant une heure et demie, malgré de vrais moments de délires, le films parvient à faire sourire et mettre de bonne humeur à chaque instant. La distribution est quasi parfaite, de Dujardin au moindre second rôle. Seule Aura Atika en princesse égyptienne joue assez mal, mais on passera là-dessus en se disant qu'elle fait exprès d'imiter le jeu médocre des "OSS 117 girls" d'autrefois.

potion préparée par Zakath Nath, le Vendredi 21 Avril 2006, 18:01bouillonnant dans le chaudron "Films".


Ingrédients :

  PetitVer
PetitVer
21-04-06
à 18:23

Bonne petite critique qui me donne encore plus envie de le voir :) Par contre, je connaissais pas l'expression "con comme une chaise" lol

  Zakath-Nath
Zakath-Nath
21-04-06
à 18:25

Re:

J'ai du piquer ça dans Kaamelott ^^

  Betsan
21-04-06
à 21:35

"Con comme une chaise" : je ne trouve pas ça très sympa pour la chaise. :D

J'y suis allée mercredi et j'ai adoré. Seuls les deux rôles féminins étaient, selon mon goût, plutôt mal interprétés, surjoués, même si B. Béjo s'en sortait légèrement mieux que l'autre. Il n'y a finalement que dans la scène de bagarre finale qu'elles osent enfin s'exprimer. :D

Dujardin est très bon, mais ce sont les seconds rôles qui m'ont fait pleurer de rire : je pense notamment à l'acteur allemand Richard Sammel qui joue le méchant teuton (:D) et François Damiens dans le rôle du belge à grosses pattes et moustache velues. Ah, et aussi Arsène Mosca qui interprète l'arabe nazi (ptdrrrr !).

D'ailleurs, la scène qui m'a vraiment flanqué un énorme fou-rire (à tel point que j'ai un peu loupé la suite) est celle de la pyramide, où j'ai découvert le talent énorme de l'acteur allemand, tour à tour sentimental, sadique et râleur ("Mais pourquoi c'est toujours les nazis les méchants ?" :D), mais toujours incroyablement naturel, et l'intervention hilarante d'Arsène Mosca.

Bon et puis ça fait du bien de voir le franchouillard moyen s'en prendre un peu plein la tronche... :D

Enfin voilà, à recommander à quiconque aime l'humour parodique absurde, n'a pas envie de réfléchir, mais a le désir de s'en payer une bonne tranche.

  Zakath-Nath
Zakath-Nath
21-04-06
à 21:40

Re:

J'ai bien aimé Berenice Bejo, moi, c'est vrai que son personnage est quand même très caricatural (comme les autres, d'ailleurs) mais je trouvais qu'elle s'en sortait bien...

C'est vrai que les 3 personnages que tu cites sont assez ultimes. Je ne connaissais pas du tout François Damiens, j'ai ensuite appris qu'il est très connu en Belgique, mais il est excellent dans ses deux scènes. Quant à Richard Sammel, il m'a rappelé Horst Franck (Théo) dans Les Tontons Flingueurs...


  Jika
Jika
22-04-06
à 10:53

Re: Re:

Bon, le film me branchais pas trop (j'aime pas Dujardin), mais maintenant, la critique m'a encouragée ^^ Ca doit valoir le coup d'oeil. Par contre je peux toujours courrir pour qu'il sorte chez moi, il faudra attendre que le DVD sorte et qu'on soit en france...

  camilloucast
camilloucast
08-05-06
à 21:21

Re: Re: Re:

Je suis allée le voir moi aussi. Je l'ai trouvé super, même si j'y ai trouvé pas mal de longueurs. M'enfin... J'ai trouvé Dujardin génial!!!!! J'adore vraiment ce mec, même si la période Brice de Nice au ciné m'a gonflée pendant un temps.
Ma scène préférée? Celle où Dujardin chante Bambino en arabe!!!! Extra!

  Zakath-Nath
Zakath-Nath
10-05-06
à 15:43

Re: Re: Re: Re:

En effet, cette scène est vraiment excellente... Pour les longueurs, ça ne m'a pas choquée, parce que le rythme pouvait être assez lent parfois dans ce genre de films, et qu'il y a des trucs drôles tout le long. Disons que je craignais ce qui arrive souvent dans les parodies, un début très drôle et une deuxième partie où on ne sait plus quoi faire, alors que là, c'était plus équilibré...