Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
The Great God Pan (2)
Jeudi 06/09 07:21 - Zakath-Nath
Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, saison 2 (2)
Lundi 30/04 18:01 - Zakath-Nath
La Partie de Chasse (2)
Mardi 13/02 14:02 - Zakath-Nath
La Nuit de la Louve (2)
Dimanche 21/01 12:47 - Zakath-Nath
Doctor Strange (4)
Lundi 01/01 12:33 - Zakath-Nath
La Louve et l'Enfant (2)
Jeudi 11/01 11:23 - Zakath-Nath
Doctor Who Christmas Special 2017: Twice Upon a Time (2)
Jeudi 04/01 17:37 - Zakath-Nath
Déracinée (2)
Mercredi 03/01 18:53 - Zakath-Nath
Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi (2)
Samedi 23/12 18:42 - Zakath-Nath
The OA, saison 1 (2)
Samedi 23/12 17:41 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
William Wilberforce
--> The Life of the Great Anti-Slave Trade Campaigner
Né en 1759 dans une riche famille de marchands, William Wilberforce décide de se consacrer à la politique et entre à la Chambre des Communes alors qu'il n'a qu'une petite vingtaine d'années. Après s'être converti à la foi évangélique il envisage un temps de mener une vie plus retirée quand il est convaincu par son entourage qu'il peut marier religion et politique et se consacre alors à une cause qui occupera une bonne partie de sa vie: l'abolition de la traite des esclaves.

Après avoir lu la bio de William Pitt le Jeune par le même auteur, je craignais un peu que celle-ci ait un côté un peu redondant, puisque les deux personnages, très proches, ont été souvent mêlé aux mêmes événements pendant une vingtaine d'années. Finalement (et après avoir quand même intercalé quelques lectures entre les deux ouvrages) ce n'est pas le cas. Si Hague se voit expliquer par moment un peu les mêmes choses, le livre n'étant pas destiné à des gens ayant déjà lu sa précédente biographie, il ne met pas forcément l'accent sur les mêmes éléments, Pitt et Wilberforce ayant une personnalité et un parcours assez différents.

L'auteur se concentre par exemple beaucoup sur la conversion et l'importance de la religion chez Wilberforce, car c'est un tournant dans la vie de ce dernier et une motivation pour une bonne part de ses actions, que ce soit son combat pour l'abolition ou sa position beaucoup plus conservatrice sur d'autres sujets. Contrairement à un Eric Metaxas qui semblait absolument tenir à convaincre ses lecteurs que la foi de Saint Wilber était la meilleure chose au monde et a quasiment à elle seule changé le monde, Hague ne fait absolument pas de prosélytisme, quand bien même on peut percevoir son admiration pour son sujet et qu'il tient à expliquer ou justifier une bonne part des décisions parfois discutables de Wilberforce. Mais comme avec Pitt, malgré cette admiration, il ne donne pas l'impression non plus de regarder son sujet à travers des lunettes roses.

Si le livre n'est donc pas redondant par rapport à William Pitt The Younger, il y a tout de même un petit côté répétitif. je ne sais pas si c'est tellement dû à l'auteur qu'au fait que Wilberforce avait l'air de passer régulièrement par le même genre d'épisodes: notamment le fait de lister ses défauts et de s'auto-flageller parce qu'il était trop ceci ou pas assez cela. Un des traits que j'ai trouvé le plus remarquable chez le bonhomme (en dehors de sa persévérance dans son combat) c'est que visiblement, même s'il prenait la religion très au sérieux, souhaitait que tout le monde se convertisse et pouvait être très prude (le théâtre et la loterie c'est maaaaal) il arrivait quand même à ne pas être un insupportable moralisateur pour son entourage immédiat, y compris ceux qui ne partageaient pas ses opinions, et a en fait su toujours être une compagnie très plaisante.

Comme dans la biographie de Pitt, je regrette que Hague ne creuse pas assez certains personnages que côtoie Wilberforce (j'aurais voulu en savoir davantage sur les différents membres de la bande de Clapham par exemple). C'est sans doute lié au CV de William Hague mais il semble nettement plus à l'aise et/ou intéressé par la description des manœuvres politique et l'analyse des discours et prises de position des intervenants que par leur vie personnelle. Quoiqu'il en soit, c'est une biographie qui encore une fois semble assez complète et est facile d'accès.
potion préparée par Zakath Nath, le Jeudi 27 Octobre 2011, 23:40bouillonnant dans le chaudron "Littérature".