Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore

Potion précédente-Potion suivante
Traitors, saison 1
Londres, 1945. Alors que la guerre s'achève et qu'un gouvernement travailliste accède au pouvoir, la jeune Feef Symonds, fonctionnaire fraichement engagée à Whitehall, est approchée par les services secrets américains pour identifier une taupe travaillant pour les soviétiques parmi ses nouveaux collègues.

Diffusée par la chaîne britannique Channel 4 et presque dans la foulée par Netflix, Traitors traite des tous débuts de la Guerre Froide, alors que l'armistice est à peine signé en Europe et que le second conflit mondial n'est pas tout à fait terminé dans le Pacifique.

Le Royaume-Uni essaie de conserver ses atouts alors que différents pays de son Empire vont prendre leur indépendance, les États-Unis et la Russie étendent leur influence et c'est au milieu de tout cela que vont évoluer différents protagonistes: Feef, issue d'une famille de la haute bourgeoisie désargentée, bien décidée à faire quelque chose de sa vie malgré les critiques de ses proches, Fenton, jeune député travailliste, Jackson, GI américain noir qui sait que tous les beaux discours sur l'importance de préserver la liberté et la démocratie ne font guère de poids une fois rentré au pays, Miss Garrick, fonctionnaire à Whitehall proche d'un homme récemment assassiné avant d'avoir pu transmettre une information importante à Rowe, agent de l'OSS. La galerie est suffisamment dense pour occuper les six épisodes de cette première saison, qui pourrait voir une suite mais se suffit parfaitement à elle-même.

Malgré une photographie terne (et pas dans le sens où l'on mettrait en valeur la grisaille d'un Londres dévasté) et une réalisation aux choix parfois étranges (les nombres plans très rapprochés, l'image inclinée à 90° avant qu'elle ne se remette d'aplomb), Traitors tient en haleine. Les scènes de sexe sont un peu trop nombreuses et détaillées par rapport à leur intérêt dans l'intrigue et Feef n'est pas particulièrement sympathique dès le départ, mais on se prend à la suivre dans le véritable sac de nœuds dans lequel elle s'embrouille. Le métier d'espion n'est pas du tout glorifié et le dernier épisode peut être assez éprouvant à regarder car ni Feef ni Miss Garrick ne sont épargnées par les coups que leur réservent collègues ou adversaires, et elles-mêmes s'impliquent dans des opérations qui n'ont strictement rien de reluisantes.

Le casting est plus que recommandable, en particulier Keeley Hawes dans le rôle de Miss Garrick et Michael Stuhlbarg en agent de l'OSS qui s'éclate un peu trop dans son boulot, sans fausse note (même si le fait d'avoir Luke Treadaway plutôt que son frère jumeau est déjà un indice sur le degré de confiance à accorder à son personnage).

Même si elle n'a rien d'incontournable, Traitors se révèle une bonne petite série d'espionnage, pas trop simple mais pas suffisamment alambiquée pour risquer de perdre le spectateur en route.
potion préparée par Zakath Nath, le Lundi 1 Avril 2019, 22:05bouillonnant dans le chaudron "Séries tv".