Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, saison 2 (2)
Lundi 30/04 18:01 - Zakath-Nath
La Partie de Chasse (2)
Mardi 13/02 14:02 - Zakath-Nath
La Nuit de la Louve (2)
Dimanche 21/01 12:47 - Zakath-Nath
La Louve et l'Enfant (2)
Jeudi 11/01 11:23 - Zakath-Nath
Doctor Who Christmas Special 2017: Twice Upon a Time (2)
Jeudi 04/01 17:37 - Zakath-Nath
Doctor Strange (4)
Lundi 01/01 12:33 - Zakath-Nath
Déracinée (2)
Mercredi 03/01 18:53 - Zakath-Nath
Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi (2)
Samedi 23/12 18:42 - Zakath-Nath
The OA, saison 1 (2)
Samedi 23/12 17:41 - Zakath-Nath
The Shannara Chronicles, saison 2 (2)
Lundi 27/11 22:21 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
The Writer's Tale: the Final Chapter

En février 2007, Benjamin Cook, journaliste au Doctor Who Magazine, propose au showrunner de la série, Russell T. Davies, d'entamer une correspondance qui suivra l'évolution de l'écriture des scripts et du tournage de la saison 4 et des épisodes spéciaux, alors qu'une bonne partie de l'équipe va partir à l'issue de ces derniers. Au départ destinée à servir de base pour un article, la correspondance a finalement été publiée dans un livre, The Writer's Tale, récemment augmentée de 300 pages pour une nouvelle édition, The Writer's tale: The Final Chapter.

Pour les fans de Doctor Who et particulièrement ceux qui s'intéressent à l'écriture et à l'élaboration d'une série télé, ou à l'écriture en général, ce livre de 700 pages est une vraie mine de renseignements. On commence par une préface de Philip Pullman himself, qui en profite pour tacler la critique sur internet (un peu réducteur et peu diplomate, mais j'imagine que le jour où Pullman ne s'indignera pas contre une chose ou l'autre, on devra lui envoyer une ambulance ou un corbillard). Après cela on entre dans la correspondance par mail entre Davies et Cook, parfois entrecoupée de dessins de Davies, d'extraits de scenarii, ou de mails d'autres personnes.

Le livre permet de voir un peu comment travaille Davies (en remettant souvent au lendemain, par exemple quand il doit réécrire un épisode mais ne peut s'empêcher de dévorer d'abord le dernier Harry Potter, limite si on n'a pas ses commentaires en direct ), comment certaines idées sont abandonnées, mais reviennent parfois "à l'improviste" plus ou moins transformées. Avant de lire ce bouquin, je n'avais d'ailleurs pas réalisé l'important boulot de réécriture de Davies sur les épisodes qui ne sont pas officiellement de lui. Je pensais qu'il donnait une ligne directrice à ses auteurs, avec les éléments à inclure d'office, puis relisait pour voir si ça tenait la route et apportait des corrections éventuelles, et c'est tout. Mais à part pour certains scénaristes comme Moffat à qui il laisse une liberté quasi-totale (ils se consultent juste pour voir s'ils ne vont pas se contredire ou au contraire avoir les mêmes idées) on se demande parfois ce qu'il reste d'avant son passage (comme celui de James Moran sur Pompei).

On découvre également pas mal d'anecdotes (l'hotel très special à Dubai, par exemple), la façon de gérer les imprévus, la grande opération pour annoncer le départ de Tennant sans se faire brûler la politesse par la presse comme ça avait été le cas avec Eccleston, etc. Davies donne aussi quelques tuyaux sur ce qu'il faut éviter quand on écrit un scénario, même si évidemment il ne faut pas s'attendre à découvrir la recette du script idéal.

Je dois dire que c'est la première fois que je dévore un livre de 700 pages qui ne soient pas de la fiction (en fait, c'est la première fois que j'ose ouvrir un livre de 700 pages qui ne soit pas un roman). Tout n'est pas passionnant (les fantasmes de Davies sur Russell Tovey, c'est amusant cinq minutes mais on peut se demander ce que le pauvre garçon a pu penser quand le livre est sorti, même si ça reste bon enfant) mais on ne s'ennuie jamais et cela permet de regarder certains éléments de la série d'un oeil neuf (et parfois de comprendre d'où viennent certains problèmes, de regretter des coupes ou au contraire d'être soulagé d'avoir échappé à certaines idées un peu bizarres. Mais quand on voit à quelle heure ont été écrit certains mails, ça peut s'expliquer!).

The Writer's Tale ne réconciliera sans doute pas Davies avec ses détracteurs (il ne faut pas s'attendre à un mea culpa face aux reproches qu'on peut faire sur son travail), mais en ce qui me concerne, ça risque de devenir un de mes livres de chevet (il ne va pas tenir longtemps, le chevet, vu la taille du bestiau). Et il y a David Tennant et John Simm sur la couverture, et des jolies photos à l'intérieur. Que demande le peuple?

potion préparée par Zakath Nath, le Mardi 23 Février 2010, 21:10bouillonnant dans le chaudron "Whoniverse".