Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
The Great God Pan (2)
Jeudi 06/09 07:21 - Zakath-Nath
Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, saison 2 (2)
Lundi 30/04 18:01 - Zakath-Nath
La Partie de Chasse (2)
Mardi 13/02 14:02 - Zakath-Nath
La Nuit de la Louve (2)
Dimanche 21/01 12:47 - Zakath-Nath
Doctor Strange (4)
Lundi 01/01 12:33 - Zakath-Nath
La Louve et l'Enfant (2)
Jeudi 11/01 11:23 - Zakath-Nath
Doctor Who Christmas Special 2017: Twice Upon a Time (2)
Jeudi 04/01 17:37 - Zakath-Nath
Déracinée (2)
Mercredi 03/01 18:53 - Zakath-Nath
Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi (2)
Samedi 23/12 18:42 - Zakath-Nath
The OA, saison 1 (2)
Samedi 23/12 17:41 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
The Terror, saison 1 épisode 3: The Ladder
--> Spoilers!
Francis Crozier tente de convaincre sir John Franklin d'envoyer un petit groupe d'hommes chercher de l'aide mais son supérieur fait la sourde oreille, plus intéressé à l'idée d'abattre "l'ours" responsable de la mort d'un de ses lieutenants.

À l'issue de ce troisième épisode (étrangement intitulé The Silver Swan ou The Ladder selon les versions), peut-on dire que l'on est arrivé à la fin du premier acte? Probablement, car on franchit un cap avec la mort d'un personnage qui était loin d'être un second couteau, que ce soit au sein de l'expédition ou dans la distribution. Une disparition à la fois nécessaire pour faire rebondir l'intrigue dans une nouvelle direction avec un bouleversement dans la hiérarchie, pour mettre fin au faux sentiment de sécurité qui continuait de prévaloir chez la majorité des marins et également, il faut bien l'avouer, parce qu'aussi excellent que Ciarán Hinds soit dans le rôle, on aurait difficilement pu tenir très longtemps avec un sir John aussi incompétent que bouffi d'orgueil.

L'épisode fait néanmoins du bon travail pour ne pas le rendre totalement détestable, en illustrant la pression qui pèse sur ses épaules: s'il est apprécié de ses hommes, il a aussi été tenu pour responsable de plusieurs échecs et n'a plus droit à l'erreur. Sa mort est brutale et sanglante, satisfaisante puisqu'il finit par rejoindre le chaman à qui il a dédaigné des rites funéraires dignes de son nom, mais non dépourvue d'émotion en même temps. Avant cela, Franklin a droit à une dernière entrevue houleuse avec Crozier, qui met en relief les ennuis que ce dernier va rencontrer. Malgré tous ses défauts, Franklin savait trouver les mots pour souder un équipage, Crozier n'a pas ce talent et ne pourra pas toujours emprunter ceux de son supérieur comme il le fait au moment de prononcer son éloge funèbre.

La sous-intrigue relative à Cornelius Hickey continue de prendre quelques libertés par rapport au roman, sans que l'on puisse encore juger si c'est une bonne idée ou non. Il est difficile de penser que Hickey soit suffisamment naïf pour s'imaginer qu'une seule conversation cordiale autour d'un verre de whisky avec Crozier suffirait à lui assurer de grimper sur l'échelle sociale, et sa vengeance mesquine dans la dernière scène de l'épisode parait du coup trop imprudente pour un personnage calculateur. Cela étant, on peut comprendre que les scénaristes préfèrent jouer sur une rancœur qui avec les circonstances dramatiques va prendre des proportions épiques que dépeindre Hickey d'entrée de jeu comme un dangereux psychopathe. La scène lui permet néanmoins de tomber sur la lettre de démission de Crozier, ce dont il va jouer à l'avenir, reste à découvrir comment.

Le Tuunbaq reste toujours invisible tout en commettant des dégâts, mais ses actions démontrent qu'il ne s'agit pas seulement d'une grosse bestiole affamée: il ne tombe pas dans le piège de l'équipage de l'Erebus et son cadeau final à Lady Silence (dont le mutisme est pour l'instant un choix délibéré, et qui est très rapide pour construire un igloo toute seule) confirme cette impression.

La gestion du froid reste toujours aléatoire, le vent, la neige, et les joues rougies des acteurs contribuent à donner l'impression que l'air est glacé, mais ce n'est pas toujours logique: on prend bien soin de montrer la paupière de Crozier collant à sa lorgnette, détail qui fait serrer les dents, mais d'un autre côté il tient cette même lorgnette à mains nues sans encombre...

Quoiqu'il en soit, ce troisième épisode rebat les cartes avec un Crozier désormais en charge d'hommes qui sont loin de lui faire tous confiance, et s'avère tout aussi solide que les précédents dans son alternance entre les moments de vie à bord des navires et passages angoissants.
potion préparée par Zakath Nath, le Mercredi 4 Avril 2018, 12:23bouillonnant dans le chaudron "Séries tv".