Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
The Great God Pan (2)
Jeudi 06/09 07:21 - Zakath-Nath
Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, saison 2 (2)
Lundi 30/04 18:01 - Zakath-Nath
La Partie de Chasse (2)
Mardi 13/02 14:02 - Zakath-Nath
La Nuit de la Louve (2)
Dimanche 21/01 12:47 - Zakath-Nath
Doctor Strange (4)
Lundi 01/01 12:33 - Zakath-Nath
La Louve et l'Enfant (2)
Jeudi 11/01 11:23 - Zakath-Nath
Doctor Who Christmas Special 2017: Twice Upon a Time (2)
Jeudi 04/01 17:37 - Zakath-Nath
Déracinée (2)
Mercredi 03/01 18:53 - Zakath-Nath
Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi (2)
Samedi 23/12 18:42 - Zakath-Nath
The OA, saison 1 (2)
Samedi 23/12 17:41 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
The Religion
En 1565, alors que Soliman le Magnifique envoie ses armées mettre Malte sous siège pour l'arracher aux Hospitaliers, le mercenaire Matthias Tannhauser débarque sur l'île avec une jeune et noble veuve qui cherche à retrouver son fils.

Ce pavé signé Tim Willocks a fait pas mal parler de lui, et c'est effectivement un très bon roman historique, qui demande toutefois d'avoir le coeur bien accroché (mais rien de bien grave si on est habitué au Trône de Fer et autres joyeusetés en costume). Commençons par les reproches, parce qu'il y en a: Tannhauser apparait comme un homme qui a grandi dans la violence et dut s'endurcir très vite, il n'hésite pas à faire passer un sale quart d'heure (et quand je dis sale, c'est sale) à ceux qui s'attaquent à ses proches... mais la vitesse à laquelle il accepte la proposition de Carla et s'attache à elle et à Amparo parait du coup un peu facile. Je veux dire, heureusement que le bonhomme est capable de sentiments et n'est pas qu'une machine à tuer, mais c'était un peu trop rapide et du coup, artificiel. De plus, si le siège est bien décrit, j'avoue que sur la fin j'avais hâte qu'on en finisse, car l'intrigue autours de'Orlandu, qu'on retrouve puis qu'on perd puis qu'on retrouve puis... devenait un peu répétitive..

Mais en dehors de ça, on a une peinture très vivante et qui évite le manniccheisme du siège de Malte qu'on a tendance à oublier, plus concentré qu'on est sur les Croisades puis sur les Guerres de Religion, et on oppose à Tannhauser un ennemi charismatique et complexe en la personne de Fra Ludovico.
potion préparée par Zakath Nath, le Mardi 12 Juin 2012, 14:19bouillonnant dans le chaudron "Littérature".