Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
O'Brother (2)
Samedi 23/10 22:18 - Zakath-Nath
La Tempête des Échos (2)
Jeudi 14/10 21:47 - Zakath-Nath
Un Long Voyage (2)
Dimanche 15/08 12:08 - Zakath-Nath
A Discovery of Witches, saison 2 (4)
Samedi 10/07 15:25 - Zakath-Nath
Sans un bruit 2 (2)
Vendredi 25/06 11:06 - Zakath-Nath
Split (1)
Samedi 17/07 11:44 - Vous-ne-savez-pas-Qui
The Mandalorian, saison 2 (2)
Jeudi 31/12 10:36 - Zakath-Nath
Doctor Who, saison 12 épisode 5: Fugitive of the Judoon (4)
Samedi 14/03 17:12 - Zakath-Nath
Doctor Who, saison 12 épisode 4: Nikola Tesla's Night of Terror (4)
Samedi 14/03 16:50 - Zakath-Nath
Maverick (2)
Dimanche 09/08 11:55 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
The Pale Horse (BBC 2020)
Après avoir découvert sa maîtresse morte, Mark Easterbrook apprend que leurs noms étaient tous les deux sur une liste retrouvée sur le cadavre d'une femme. Il semble y avoir un lien entre les patronymes inscrits, dont les propriétaires décèdent peu à peu de manière en apparence naturelle, et trois femmes pratiquant la sorcellerie dans une chaumière du tranquille village de Much Deeping.

Entre Sarah Phelps et la BBC, c'est visiblement une affaire qui roule depuis le succès de l'adaptation d'And then there were none il y a déjà presque cinq ans. Depuis, les adaptations d'Agatha Christie par la scénariste se succèdent, mais elles ont nettement plus divisées que la première, et celle-ci ne fera pas exception. Après une version d'A.B.C. contre Poirot où l'on avait bien du mal à reconnaitre le célèbre détective belge derrière la barbichette de John Malkovitch, c'est au tour de The Pale Horse d'être revisité. Le roman mettait en scène Ariadne Oliver, le double de papier de Christie, qui est ici aux abonnés absents. Peut-être parce que le personnage est trop amusant pour Sarah Phelps, qui, encore une fois, même si c'est moins flagrant que pour The A.B.C Murders, décide d'appuyer sur les points les plus sombres au dépend du reste.

Il faut dire qu'il y a un potentiel horrifique certain dans le livre d'Agatha Christie (dont l'édition dans lequel je l'ai lu m'impressionnait d'ailleurs pas mal) et Phelps en profite pour lorgner vers l'épouvante païenne à la Wicker Man, ce qui n'est pas inapproprié. Seulement voilà, à vouloir trop privilégier l'aspect malsain de la nature humaine, on finit par se désintéresser du sort des personnages. Que le protagoniste ne soit pas un ange, pourquoi pas, mais ici, il est dès le départ antipathique (sa jeune fiancée est morte, il est vite remarié et trompe sa nouvelle femme toute aussi jeune) et ce n'est que le début. Rufus Sewell a beau bien faire son boulot, on n'a pas spécialement envie de le voir démasquer le coupable et sauver sa peau, d'autant qu'il n'est même pas question de rédemption dans l'affaire. On ne nous laisse pas vraiment non plus sympathiser avec sa femme bafouée, jouée avec élégance par Kaya Scodelario, car Phelps est trop occupée à la montrer comme une suspecte potentielle à travers quelques explosions de violentes colères qu'à susciter l'empathie pour elle.

Ce qui est fort dommage car encore une fois, au niveau du casting ou de la réalisation, c'est très classe et soigné. Outre les deux acteurs cités plus haut, on a notamment droit à un petit numéro de Bertie Carvel en bonhomme bizarre qui tente d'alerter Mark de ce qui se passe (sans décéder promptement après cela, ce qui est... louche pour dire le moins). Sean Pertwee est solide en inspecteur, mais totalement sous-exploité. Phelps ne change pas l'identité de la personne qui tire les ficelles, comme cela a pu être le cas par le passé histoire de mieux surprendre les lecteurs d'Agatha Christie, mais la fin prend comme le reste quelques libertés et on ne peut pas dire que ce soit très convaincant.

Faute d'avoir la moindre sympathie pour le personnage principal, on ne trouve guère de satisfaction à le voir découvrir la clé du mystère et anéantir la menace. De plus, si l'histoire demande que l'on flirte avec le fantastique, ici on a une conclusion qui l'embrasse plus franchement, donnant le sentiment que l'on cherche à jouer sur les deux tableaux sans que cela fonctionne.

Ce n'est donc pas avec cette adaptation que Sarah Phelps va se réconcilier avec ses détracteurs. Et s'il est après tout compréhensible de ne pas coller religieusement à des romans aussi connus que ceux de la Reine du Crime, on peut regretter que ces mini-séries, hormis la première, manquent finalement de charme malgré des acteurs talentueux.
potion préparée par Zakath Nath, le Mercredi 1 Avril 2020, 14:31bouillonnant dans le chaudron "Séries tv".