Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore

Potion précédente-Potion suivante
The Lost City of Z
En 1905, le Major Percy Fawcett est envoyé cartographier la zone frontalière entre le Brésil et la Bolivie. Remontant l'Amazone, il découvre dans la jungle des morceaux de poterie qui lui font soupçonner l'existence de traces d'une civilisation disparue. De retour à Londres, il décide de monter une nouvelle expédition pour prouver ce qu'il avance.

Le nouveau film de James Gray était une de mes attentes de l'année, et je n'ai pas été déçue. On a affaire à un beau film d'aventures, qui malgré ses 2h20 tient bien son rythme (je m'attendais à quelque chose d'un peu plus contemplatif, d'ailleurs). Pourtant, le déroulement pourrait paraître répétitif dans les allers et retour entre l'Europe et l'Amazonie et les obstacles que rencontre Fawcett. Tout d'abord chez lui, où malgré ses capacités évidentes, le fait qu'on le juge "infortuné dans le choix de ses ancêtres" freine sa carrière (mais en même temps l'envoie justement vers le début de sa quête), ensuite en Amazonie, où les aléas du climat, des rencontres et des compagnons de voyage peu fiables le poussent à faire demi-tour. Néanmoins, aucune frustration ou passage à vide y compris dans les moments qui pourraient paraître hors sujet (la séquence de la Somme, qui a son importance mais qu'on aurait pu imaginer plus courte).

The Lost City of Z a beau être le récit d'une obsession, il ne faut pas s'attendre à voir Fawcett basculer dans une folie hallucinée. Même si ses périples lui causent bien des soucis et que sa famille en paie le prix (et qu'un des personnages les plus antipathiques n'a pas tort sur un point), Fawcett n'apparait jamais totalement déraisonnable... Peut-être parce que le spectateur moderne sait que justement, son raisonnement sur la présence de traces d'une riche civilisation n'est pas erroné.

Le voyage est de plus magnifié par la photographie de Darius Khondji. Quant aux acteurs, si l'on n'a pas grand numéro, Charlie Hunnam porte bien son personnage, Sienna Miller est également impeccable en épouse capable de l'aider dans ses recherches mais reléguée à son rôle de gardienne de foyer et un Robert Pattinson très poilu arrive à faire oublier le rôle qui fit à la fois sa notoriété et la raison pour laquelle son nom suscite encore la méfiance quand il apparait au générique. On croise également quelques seconds rôles sympathiques, de Ian McDiarmid à Angus MacFadyen en passant par Franco Nero et même Harry Melling qui poursuit sa carrière post-Harry Potter discrètement mais tranquillement.

À ce jour, le destin de Fawcett reste un mystère et la fin du film ne prétend pas apporter de réponse.
potion préparée par Zakath Nath, le Samedi 18 Mars 2017, 14:34bouillonnant dans le chaudron "Films".