Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore

Potion précédente-Potion suivante
The Last Tycoon, saison 1
Monroe Stahr travaille pour le compte du studio hollywoodien de Pat Brady, et est particulièrement talentueux pour gérer les stars, pousser les scénaristes à améliorer leur travail, et faire de films mal embarqués des succès. Son grand projet est un film hommage à sa femme récemment décédée, l'actrice Minna Davis.

J'avais parlé l'année dernière de cette nouvelle adaptation du roman inachevé de Fitzerald, que je n'ai pas lu entretemps, alors qu'Amazon en avait dévoilé le pilote. Un pilote classique et lent mais joli et bien joué, et jugé suffisamment convaincant pour donner lieu à une saison entière. Malheureusement, avec huit épisodes suivants, la série ne décolle pas vraiment au-delà de ce qui avait été proposé, et souffre de gros problèmes de rythme.

Une œuvre peut avoir un rythme lent sans pour autant ennuyer, pour peu que l'on pose une ambiance envoutante ou que les personnages et les événements que l'ont met en place soient passionnants. Ici, c'est juste mou et il est difficile de trouver les nombreuses sous-intrigues vraiment prenantes, qu'elles soient sentimentales ou concernent le fonctionnement du studio.

De ce côté, la série lance pourtant des pistes intéressantes: ingérence des nazis dans le contenu des scénarios pour que les films soient exportables en Allemagne, enfant-star insupportable mais surtout exploitée et droguée par sa mère, immigrés européens talentueux qui doivent se plier aux dictats des gros studios pour pouvoir continuer leur métier (à ce sujet, Fritz Lang avait-il un caractère aussi difficile dans la réalité, et des mœurs aussi libres?)...

Mais tout est survolé, ou noyé au milieu de scènes trop platement écrites pour vraiment convaincre. Tout est très propre, très lisse, et si le décalage entre l'esthétique glamour et la corruption du milieu hollywoodien aurait pu être intéressant, on a surtout l'impression d'être devant un magazine en papier glacé, qui montre un univers luxueux mais dans lequel on ne rentre pas.

Dommage pour les acteurs qui font de leur mieux, et un thème qui à la base avait de quoi retenir l'attention. Une éventuelle saison 2 pourrait peut-être donner un coup de fouet au récit, mais pour l'instant c'est beaucoup trop languissant pour convaincre.
potion préparée par Zakath Nath, le Samedi 12 Août 2017, 15:10bouillonnant dans le chaudron "Séries tv".