Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, saison 2 (2)
Lundi 30/04 18:01 - Zakath-Nath
La Partie de Chasse (2)
Mardi 13/02 14:02 - Zakath-Nath
La Nuit de la Louve (2)
Dimanche 21/01 12:47 - Zakath-Nath
La Louve et l'Enfant (2)
Jeudi 11/01 11:23 - Zakath-Nath
Doctor Who Christmas Special 2017: Twice Upon a Time (2)
Jeudi 04/01 17:37 - Zakath-Nath
Doctor Strange (4)
Lundi 01/01 12:33 - Zakath-Nath
Déracinée (2)
Mercredi 03/01 18:53 - Zakath-Nath
Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi (2)
Samedi 23/12 18:42 - Zakath-Nath
The OA, saison 1 (2)
Samedi 23/12 17:41 - Zakath-Nath
The Shannara Chronicles, saison 2 (2)
Lundi 27/11 22:21 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
The Hollow Crown saison 2
À la mort d'Henry V, la couronne revient à son tout jeune fils. L'affaiblissement du pouvoir royal conduit à la perte des territoires conquis en France mais attise également les ambitions de Richard Plantagenêt, dont l'ancêtre Richard II avait été détrôné par celui d'Henry VI.

En 2012, alors que Londres accueillait les JO, la BBC avait décidé de marquer le coup en participant aux Olympiades de la culture. Entre autres, cela avait conduit à adapter pour le petit écran trois pièce de Shakespeare, Richard II, Henry IV et Henry V avec un casting prestigieux, où l'on retrouvait des acteurs comme Ben Wishaw, Jeremy Irons et Tom Hiddleston pour ne parler que de ceux qui tenaient le rôle-titre. Les Jeux Olympiques ont passé mais il semblait dommage de s'arrêter en si bon chemin alors que deux autres pièces découlant directement de celles adaptées existaient, dont la plus représentée sur scène, Richard III. Et donc quatre ans plus tard, rebelote, avec toujours le gratin des acteurs britanniques en première ligne.

Je ne connaissais pas la pièce Henry VI, écrite en trois parties mais qui a été réduite à seulement deux pour l'occasion. C'est peut-être pour cette raison que j'ai trouvé certains passages rapides et abrupts et que certains personnages disparaissaient bien vite à l'image de Talbot, incarné par Philip Glenister. Tom Sturridge dans le rôle d'Henry VI n'a visiblement pas fait l'unanimité, pour ma part, peut-être parce que je n'ai pas de point de comparaison, je l'ai trouvé très bien et plus ou moins comme j'imaginais le monarque. Mais Sophie Okonedo en Margaret d'Anjou ou Adrian Dunbar, tout comme Benedict Cumberbatch qui fait son entrée dans la deuxième partie en Richard de Gloucester, marquent davantage.

Par rapport à la première saison, il y a un peu moins d'effets de style parfois étranges et les batailles, sans atteindre un niveau comparable à celles de Game of Thrones par exemple, faute de moyens, font beaucoup moins cheap qu'auparavant.

Reste que l'on retrouve un peu l'écueil, ou au moins la particularité du passage à l'écran pour les pièces de théâtre: les monologues et les regards lancés au public sont davantage fait pour la scène bien qu'on adopte ce parti-pris dans des œuvres spécifiquement faites pour la télévision aussi, les deux adaptations de House of Cards étant les exemples les plus connus. Néanmoins, c'est assez flagrant dans Richard III où l'on a régulièrement droit à des regards torves de ce fourbe de Gloucester. En territoire plus familier que pour la pièce précédente, j'ai beaucoup apprécié cette adaptation bien qu'elle aussi ait demandé quelques coupes. Contrairement à la pièce précédente, cependant, malgré les bonnes performances d'acteur, tout le monde a tendance à rester dans l'ombre de Richard, ce qui est plus compréhensible mais tout de même un peu dommage.

Quoiqu'il en soit l'ensemble ne manque pas d'allure et peut être une très bonne introduction à des pièces qui peuvent parfois donner la fausse impression d'être difficiles d'accès. On se prend à rêver, en cas de JO de Paris en 2024, que notre service public nous serve l'équivalent en puisant dans notre patrimoine, mais c'est sans doute un peu trop optimiste.
potion préparée par Zakath Nath, le Dimanche 21 Août 2016, 13:17bouillonnant dans le chaudron "Séries tv".