Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
The Great God Pan (2)
Jeudi 06/09 07:21 - Zakath-Nath
Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, saison 2 (2)
Lundi 30/04 18:01 - Zakath-Nath
La Partie de Chasse (2)
Mardi 13/02 14:02 - Zakath-Nath
La Nuit de la Louve (2)
Dimanche 21/01 12:47 - Zakath-Nath
Doctor Strange (4)
Lundi 01/01 12:33 - Zakath-Nath
La Louve et l'Enfant (2)
Jeudi 11/01 11:23 - Zakath-Nath
Doctor Who Christmas Special 2017: Twice Upon a Time (2)
Jeudi 04/01 17:37 - Zakath-Nath
Déracinée (2)
Mercredi 03/01 18:53 - Zakath-Nath
Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi (2)
Samedi 23/12 18:42 - Zakath-Nath
The OA, saison 1 (2)
Samedi 23/12 17:41 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
Sorcerer to the Crown
La position de Sorcier Royal a de quoi exciter les ambitions et Zacharias Whyte a fort à faire entre découvrir l'origine du tarissement de la magie anglaise et éviter les pièges de ses rivaux l'estimant indigne de sa charge à cause de sa couleur de peau. L'arrivée dans sa vie de Prunella Gentleman, orpheline aux pouvoirs prodigieux, ne va pas amener plus de calme dans sa vie, mais elle saura être d'une aide précieuse.

Malgré un résumé correspondant à mes goûts et une jolie couverture, j'hésitais un peu à me lancer dans ce premier roman de Zen Cho. En effet, les thèmes, qu'il s'agisse de l'aspect purement fantasy de l'histoire ou de la critique de la société anglaise du début du XIXe siècle, me rappelaient fortement Jonathan Strange & Mr. Norrell et comme il s'agit d'un de mes romans préférés, Sorcerer to the Crown risquait de trop pâtir de la comparaison, d'autant que la compétition que certains lecteurs avaient lancé entre les deux avait aussi pour effet de m'agacer et pouvait me prévenir injustement contre le Zen Cho.

En fin de compte, oui, on retrouve nombre de points communs, tout simplement parce que le folklore exploré est le même et le contexte assez semblable, avec ses problèmes de racisme, de sexisme et dans une mesure bien moindre que son aîné, de classisme. Néanmoins, le roman se rapproche plus, dans son style assez direct, des livres de Naomi Novik et de Marie Brennan. À ce titre, la période historique n'est malheureusement guère fouillée: si l'on souhaitait lire des affrontements magiques contre les armées napoléoniennes qui ce coup-ci auraient eu elles aussi des sorciers dans leurs rangs, on en sera pour ses frais, les différents partis ayant estimé plus sûr de ne pas utiliser la magie sur le champ de bataille. De plus, le souverain n'est jamais nommé, pas plus que des membres de son gouvernement. Comme il n'est pas question de régent, on devine que l'action doit se situer avant 1812, et qu'on doit parler de George III, mais guère plus. Ce flou donne finalement l'impression que Zen Cho aurait pu, comme Marie Brennan dans Une Histoire Naturelle des Dragons, placer son intrigue dans un univers totalement fictif bien que fortement inspiré de notre monde sans qu'il y ait la moindre différence, puisque finalement on n'exploite pas vraiment cette période de l'histoire et ses grandes figures.

L'intrigue elle-même, en tout cas, est plutôt sympathique, avance parfois un peu trop rapidement alors que certaines idées auraient demandé d'être davantage creusées: explorer davantage le folklore malais aurait vraiment permis au roman de sortir du lot car ce n'est pas quelque chose qu'on voit souvent de part chez nous, contrairement au surnaturel dans l'Angleterre du XIXe siècle.

Du côté des personnages, Zacharias est plutôt intéressant, précipité à un poste qu'il n'a pas demandé dans des circonstances mystérieuses mais bien décidé à remplir son office, et partagé entre la gratitude pour ses parents adoptifs et le ressentiment lié à l'impression qu'ils auraient pu faire davantage sans que cela leur coûte. Hélas, Prunella est beaucoup moins réussie. Alors que son point de départ était plutôt intriguant, une fois qu'elle a quitté l'école, elle est beaucoup trop sûre d'elle, traîne des pieds chaque fois que Zacharias veut lui enseigner la magie, et pour cause, elle n'en fait qu'à sa tête et c'est toujours payant. L'ennui c'est que ce n'est ni très drôle, ni très stimulant et à trop vouloir montrer qu'une femme peut faire de la magie et être puissante (ce dont le lecteur ne devrait pas douter de toutes façons), on oublie que les personnages faillibles sont plus attachants, ce qui ne les empêche pas d'être doués par ailleurs.

Sorcerer to the Crown est donc un roman très plaisant à lire, avec une touche d'humour qui fonctionne, mais qui aurait mérité davantage de développement dans la caractérisation des personnages et des points de l'univers les plus originaux.
potion préparée par Zakath Nath, le Lundi 14 Novembre 2016, 14:23bouillonnant dans le chaudron "Fantasy".