Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
La Nuit de la Louve (2)
Dimanche 21/01 12:47 - Zakath-Nath
La Louve et l'Enfant (2)
Jeudi 11/01 11:23 - Zakath-Nath
Doctor Who Christmas Special 2017: Twice Upon a Time (2)
Jeudi 04/01 17:37 - Zakath-Nath
Déracinée (2)
Mercredi 03/01 18:53 - Zakath-Nath
Doctor Strange (4)
Lundi 01/01 12:33 - Zakath-Nath
Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi (2)
Samedi 23/12 18:42 - Zakath-Nath
The OA, saison 1 (2)
Samedi 23/12 17:41 - Zakath-Nath
The Shannara Chronicles, saison 2 (2)
Lundi 27/11 22:21 - Zakath-Nath
Kingsman: le Cercle d'Or (2)
Mardi 17/10 15:42 - Zakath-Nath
Ça - Chapitre Un (3)
Vendredi 22/09 12:04 - Escrocgriffe

Potion précédente-Potion suivante
Sherlock, saison 2, épisode 2: The Hounds of Baskerville
--> Celui qui a un clebs de mauvais poil
Sherlock, en manque de nicotine et surtout d'affaires intéressantes, tourne en rond dans son appartement et mène la vie dure à son entourage. Heureusement, le jeune Henry Knight vient lui donner du grain à moudre: son père a été tué il y a vingt ans par un chien gigantesque, et le monstre est de retour dans le voisinage.

Le Chien des Baskerville est sans doute l'aventure de Sherlock Holmes la plus célèbre écrite par Conan Doyle, et le roman a été maintes fois adaptées. C'est pourtant une des adaptations les plus casse-gueules: l'attrait du livre tient à l'atmosphère fantastique et à l'angoisse provoquée par l'évocation du chien fantôme. L'esprit de déduction de Holmes n'est pas tant sollicité que cela, et il est d'ailleurs en apparence absent pendant une grande partie de l'histoire. Et surtout, il y a le chien. Comme la plupart des films de monstres qui jouent sur la suggestion, une fois que le streum apparait en pleine lumière, qu'il en soit vraiment un ou que l'explication soit rationnelle d'ailleurs, la déception est souvent de mise (je me souviendrai toujours de la mienne à la fin de la version avec Peter Cushing et Christopher Lee). Mark Gatiss s'attelait donc à une tâche considérable, en grande partie réussie.

Encore une fois, la remise au goût du jour passe bien. Si Paul McGuigan met bien en valeur une lande mystérieuse à souhait, on délaisse le côté gothique pour un laboratoire d'expérimentations génétiques, thème certes pas neuf non plus, mais tout de même. Les lecteurs repéreront les clins d’œil (le major Barrymore en lieu et place du majordome, base militaire plutôt que manoir oblige, les mystérieux signaux lumineux n'ayant rien à voir avec l'intrigue principale) ou seront pris à contrepied (forcément, je m'attendais à ce que ce soit le Dr Stapleton la coupable, alors que le vrai était tout de même plus louche). Le tempo et la construction sont plus classiques que la semaine précédente, ce qui n'est pas un défaut, puisqu'ici l'intérêt est de poser une ambiance plutôt que d'assister au pingpong mental entre deux esprits particulièrement brillants et imprévisibles.

Il y a quelques défauts, malgré tout. Certaines coïncidences sont un peu grosses (le cas Bluebell, même si le coup du lapin phosphorescent - encore un clin d’œil! - était amusant), des indices un peu trop évidents (on insiste bien sur la note de viande dans le resto végétarien) et le coup du mind palace était un peu trop poussé dans le genre "regarder comment l'esprit de Sherlock fonctionne!").

Néanmoins, cela reste une réussite, toujours grâce au duo central, moins séparés que dans l’œuvre d'origine même s'il s'agit pour l'instant de l'épisode où la tension entre les deux est la plus vive. Comme dans le livre, Lestrade fait une apparition (donc le G. ici, voudrait dire Greg...) ainsi que Mycroft, dans ce qui semble être le Diogenes Club, et dans une dernière scène intrigante quand on connait le sujet du prochain épisode. Il faut également saluer la prestation de Russell Tovey dans le rôle d'Henry Knight. Et un mot sur le chien, quand même.

La solution trouvée est assez habile, et s'inspire d'ailleurs d'une autre aventure de Sherlock Holmes, The Devil's Foot. Du coup, cela contourne le problème de la représentation de l'illustre clébard: il fait totalement irréaliste, et pour cause, ce que les personnages voient n'est pas la réalité.
potion préparée par Zakath Nath, le Mardi 10 Janvier 2012, 22:16bouillonnant dans le chaudron "Sherlock Holmes".


Ingrédients :

  Vous-ne-savez-pas-Qui
11-01-12
à 11:39

Je suis tous tes commentaires avec une assiduité fanatique , bonne continuation.

Amicalement.

  Zakath-Nath
Zakath-Nath
11-01-12
à 12:27

Re:

Merci pour ta fidélité!

  leodagane
leodagane
28-03-12
à 23:20

Excellent épisode au niveau de l'ambiance, j'étais pétrifiée lors de la scène de la cuisine de Henry et celle de Watson dans le labo... Je craignais le pire, j'ai été agréablement surprise. Par contre, pas bien compris la fin mais je suppose qu'on saura la semaine prochaine ? C'était qui les deux types ? L'un des deux était Mycroft ?

  Zakath-Nath
Zakath-Nath
28-03-12
à 23:21

Re:

Oui, c'est bien Mycroft, on y reviendra dans le prochain épisode.

  leodagane
leodagane
29-03-12
à 19:06

Ah ok. Merci ! Vivement la semaine prochaine !