Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
House of the Dragon, saison 1 épisode 9: The Green Council (2)
Vendredi 21/10 12:03 - Zakath-Nath
Dracula (1)
Vendredi 21/10 11:26 - ariannememphis
The Goes Wrong Show, saison 2 (2)
Jeudi 15/09 19:05 - Zakath-Nath
Call Me by Your Name (2)
Dimanche 21/08 09:12 - Zakath-Nath
Carnivàle - La Caravane de l'Étrange, saison 1 (1)
Samedi 20/08 22:04 - Yoda Bor
La Quête de Saint Camber (2)
Dimanche 05/06 11:14 - Zakath-Nath
Le 14e Docteur arrive! (2)
Lundi 09/05 18:56 - Zakath-Nath
Hermione Granger (28)
Lundi 20/06 07:39 - Emma
Les Maîtres Enlumineurs (2)
Dimanche 13/02 10:14 - Zakath-Nath
La Roue du Temps, saison 1 (2)
Dimanche 09/01 20:55 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
Nope
OJ Haywood a repris le ranch familial, spécialisé dans le dressage de chevaux pour le cinéma, à la mort de son père. Il a bien du mal à garder la tête hors de l'eau, peu aidé par sa sœur Emerald. Des phénomènes étranges les persuadent qu'un OVNI hante la région et décident d'en tirer de bonnes images pour faire fortune.

Jordan Peel, moitié du duo comique Key & Peele, avait surpris et frappé fort d'entrée de jeu en réalisant Get Out, satire horrifique sur le racisme dans un pays venant d'élire Trump président. Son deuxième film, Us, faisait preuve d'une grande maîtrise formelle mais son scénario se perdait dans sa dernière partie à vouloir donner une explication bancale à un phénomène qui aurait mieux fait de rester entouré d'un mystère symbolique. Nope se montre encore plus ambitieux et sur le moment, déconcertant. En s'attaquant au thème des OVNIs, Peele se livre surtout à une charge sur Hollywood, la société du spectacle et notre besoin de nous repaître d'images sans réfléchir aux conséquences.

Il faut se montrer patient si l'on entre dans la salle pour assister à une chasse aux soucoupes volantes. Pourquoi passe-t-on autant de temps à parler de Gordy, chimpanzé devenu fou sur le tournage d'une sitcom dont un des acteurs est devenu le directeur du parc d'attractions western voisin du ranch des Haywood? Au point d'en faire l'ouverture du film, même. La scène du tournage de la pub, qui introduit certes Em, Lucky et Antlers, semble trop longue également. Pourtant, ces à-côtés prennent tout leur sens une fois le film fini. L'envie de profit et de célébrité est pointée du doigt, la recherche du plan parfait entraîne à sa perte un pseudo Werner Herzog, TMZ en prend pour son grade et on montre les intervenants du show-business répétant sans cesse les mêmes erreurs: du sort de Gordy au manque d'attention relatif aux consignes de sécurité qu'essaie de donner OJ sur un tournage, l'utilisation des animaux sur les plateaux est vertement critiquée et l'incapacité de Jupe à tirer les leçons de son propre traumatisme apparait comme une conséquence logique dans l'une des scènes les plus marquantes et cruelles du film.

Le film n'est pas sans défauts. L'humour ne fait pas toujours mouche avec des personnages un peu forcés (Em est insupportable de pétulance dans les premières scènes même si Keke Palmer sait la rendre touchante au fur et à mesure que le film avance). Peele truffe son intrigue de références, à l'histoire du cinéma notamment au travers de l'ancêtre des Haywood, mais la richesse peut laisser place à un manque de spontanéité quand tout doit faire sens, tout doit être recherché, ce qui n'est pas un défaut en soi sauf quand cela se ressent trop. Cependant, la mise en scène est toujours aussi carrée et le look de l'entité intéressant, là encore brassant des sources diverses, de la soucoupe volante classique aux anciennes représentations d'anges (pas les androgynes blondinets avec deux ailes, donc).

Côté interprétation, outre Palmer donc qui parvient à rendre attachant un personnage mal parti, Daniel Kaluuya campe un protagoniste mutique (son incrédulité devant les événements se manifestant par des laconiques "nope" - voilà pour le titre - plutôt que de grands airs ahuris) mais dont on sent la frustration face aux problèmes qui s'accumulent sur ses épaules. On remarquera aussi Michael Wincott et le reste fait le job.

Jordan Peele poursuit donc son chemin en revisitant cette fois-ci le thème de la rencontre du troisième type matiné de réflexions sur notre propre rapport à l'image et à son exploitation à des fins mercantiles. C'est ambitieux (prétentieux, diront les détracteurs du monsieur), parfois au risque de partir un peu dans tous les sens mais cela vaut toujours le coup d’œil.
potion préparée par Zakath Nath, le Jeudi 11 Août 2022, 15:38bouillonnant dans le chaudron "Films".