Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, saison 2 (2)
Lundi 30/04 18:01 - Zakath-Nath
La Partie de Chasse (2)
Mardi 13/02 14:02 - Zakath-Nath
La Nuit de la Louve (2)
Dimanche 21/01 12:47 - Zakath-Nath
La Louve et l'Enfant (2)
Jeudi 11/01 11:23 - Zakath-Nath
Doctor Who Christmas Special 2017: Twice Upon a Time (2)
Jeudi 04/01 17:37 - Zakath-Nath
Doctor Strange (4)
Lundi 01/01 12:33 - Zakath-Nath
Déracinée (2)
Mercredi 03/01 18:53 - Zakath-Nath
Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi (2)
Samedi 23/12 18:42 - Zakath-Nath
The OA, saison 1 (2)
Samedi 23/12 17:41 - Zakath-Nath
The Shannara Chronicles, saison 2 (2)
Lundi 27/11 22:21 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
Le Procès du Siècle
Deborah Lipstadt, historienne américaine, est attaquée en justice par le négationiste David Irving qui estime qu'elle l'a diffamé dans un de ses ouvrages. Le procès ayant lieu en Angleterre, ce n'est pas à Irving de prouver qu'elle est coupable mais à elle de démontrer que son adversaire a sciemment menti en niant l'existence des chambres à gaz.

Sous ce titre français à la fois plat et sensationnaliste se trouve le film Denial réalisé par Mick Jackson, qui livra, il y a un quart de siècle déjà, The Bodyguard, qui eu un succès certain chez les collégiennes de ma génération. On est a des lieues de Whitney Houston et de son protecteur incarné par Kevin Costner puisque le procès du titre est donc celui qui opposa Deborah Lipstadt à David Irving en 2000. Label "inspiré d'une histoire vraie", sujet fort et toujours tristement d'actualité, voilà de quoi piquer l'intérêt mais aussi susciter certaines craintes, les bonnes intentions ne faisant pas les bons films et plus le thème abordé est grave, plus le ratage est difficile à pardonner. Le résultat est heureusement tout à fait honorable.

Mick Jackson a en effet le bon goût de ne pas tirer sur la corde sensible plus que de raison et de se concentrer principalement sur les coulisses et le déroulement du procès. Sa réalisation est carrée, sans grand imagination, mais à l'exception d'un plan furtif mais franchement dispensable, évite les sorties de route. Il peut surtout compter sur ses acteurs pour livrer des performances solides.

Rachel Weisz incarne admirablement une femme refusant un arrangement à l'amiable malgré les risques qu'un échec comporteraient, on ne peut que partager son indignation et son incrédulité face aux accusation d'Irving et en même temps le scénario ne cherche pas à la faire apparaître trop parfaite non plus dans ses interventions avec ses avocats dont elle n'interprète pas toujours bien les manœuvres. Dans le rôle de ces derniers, on retrouve avec plaisir Tom Wilkinson et Andrew Scott, tandis que l'on croisera également Mark Gatiss ou Alex Jennings.

Pour interpréter Irving, on a fait appel à Timothy Spall (qui a pas mal fondu depuis la dernière fois que je l'avais vu d'ailleurs) qui campe un personnage qui fait froid dans le dos dans sa manière de retourner les situations en sa faveur, se faisant passer pour une victime, avec des raisonnements qui bien que ne soutenant pas un examen sérieux, n'en font pas moins de dégâts.

La fin laisse d'ailleurs un sentiment doux/amer puisque même si la justice triomphe et que le verdict fera date, on ne peut se défaire de l'impression qu'on en est toujours au même point aujourd'hui.

Si Le Procès du Siècle n'est pas un chef-d’œuvre, il remplit en tout cas son contrat en retraçant une affaire qui mérite d'être connue et se tire plutôt bien de l'exercice du film édifiant.
potion préparée par Zakath Nath, le Vendredi 28 Avril 2017, 22:54bouillonnant dans le chaudron "Films".