Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
The Great God Pan (2)
Jeudi 06/09 07:21 - Zakath-Nath
Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, saison 2 (2)
Lundi 30/04 18:01 - Zakath-Nath
La Partie de Chasse (2)
Mardi 13/02 14:02 - Zakath-Nath
La Nuit de la Louve (2)
Dimanche 21/01 12:47 - Zakath-Nath
Doctor Strange (4)
Lundi 01/01 12:33 - Zakath-Nath
La Louve et l'Enfant (2)
Jeudi 11/01 11:23 - Zakath-Nath
Doctor Who Christmas Special 2017: Twice Upon a Time (2)
Jeudi 04/01 17:37 - Zakath-Nath
Déracinée (2)
Mercredi 03/01 18:53 - Zakath-Nath
Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi (2)
Samedi 23/12 18:42 - Zakath-Nath
The OA, saison 1 (2)
Samedi 23/12 17:41 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
Le Grand Budapest Hotel
Zero Moustafa a fui son pays en guerre pour devenir groom dans un prestigieux hôtel perché dans les montagnes qui dominent la République de Zubrowska. Monsieur Gustave H., le concierge, qui lui apprend les ficelles du métier, est tout entier au service de ses clients, et surtout de ses clientes âgées, qu'il satisfait dans tous les domaines. Quand l'une d'elle, Madame D. lègue à Gustave un précieux tableau, ses héritiers ne l'entendent pas de cette oreille et Gustave et Zero sont entraînés dans des aventures rocambolesques.

Wes Anderson fait parti de ces réalisateurs qui ont leur univers et même si j'ai plutôt bien aimé le seul film que j'ai vu de lui, À bord du Darjeeling Limited, cet univers ne m'a jamais franchement attirée ni convaincue de voir le reste de sa filmographie. Jusqu'à ce Grand Budapest Hotel dont la bande-annonce m'a immédiatement séduite. On pourrait d'ailleurs craindre que comme souvent, celle-ci recèle les meilleurs moments mais si elle donne un aperçu de pas mal de séquences, cela reste un aperçu et le film se révèle burlesque, dynamique et ne s'essoufle jamais. On rit aux morceaux de bravoures délirants comme l'évasion de la prison ou la poursuite à ski et aux remarques pince-sans-rire des personnages, Gustave H. en tête. Le film est une excellente comédie d'aventures, qui n'est pas sans évoquer Tintin dans son sens du rythme et des rebondissements souvent teintés d'humour dans un pays imaginaire d'Europe de l'Est dans les années 30 qui pourra rappeler la Bordurie ou la Syldavie. Ce n'est cependant pas l'influence principal d'Anderson qui revendique s'être inspiré de Stefan Zweig, et c'est vrai que les récits enchâssés (une jeune fille lit le roman d'un auteur racontant comment plusieurs années auparavant, Moustafa lui a raconté ses aventures) et le spectre du totalitarisme qui devient plus évident au fur et à mesure que le film avance y font penser.

Avec un scénario aux petits oignons et une réalisation hyper soignée, Le Grand Budapest Hotel bénéficie d'une distribution prestigieuse: on croise des habitués du cinéma d'Anderson comme Bill Murray ou Owen Wilson, souvent dans des petits rôles, et quelques nouveaux venus. Tony Revolori dans le rôle du jeune Zero est une révélation, Saoirse Ronan continue très bien sa carrière brillamment débutée avec Reviens-moi mais c'est Ralph Fiennes qui décroche la timbale dans le rôle de Gustave H., concierge vain, égocentrique et à cheval sur les détails mais loyal et terriblement attachant. Cela faisait un bout de temps que Fiennes n'avait pas décroché un rôle aussi excellent, et on sent qu'il en a conscience et se fait plaisir, plaisir contagieux. Un mot enfin de la musique de Desplat, compositeur que j'apprécie sans qu'il ne me renverse en général et qui livre une partition excellente et parfaitement adaptée.

Wes Anderson livre là ce qui semble être un des meilleurs films de l'année et qui est en tout cas un véritable coup de cœur, celui que, comme d'habitude, je n'attends pas avec impatience depuis des mois, et le mois de février se termine à peine. Le reste de l'année risque de me paraître fade.
potion préparée par Zakath Nath, le Vendredi 28 Février 2014, 18:48bouillonnant dans le chaudron "Films".


Ingrédients :

  Escrocgriffe
28-02-14
à 21:33

J’ai hâte de le voir car Wes Anderson est l’un de mes réalisateurs préférés.

Je te conseille vivement "la Vie Aquatique » et surtout « la famille Tenenbaum », qui est pour moi son chef d’oeuvre...

  Zakath-Nath
Zakath-Nath
01-03-14
à 18:06

Re:

OK, je verrais ça.

Tu as vu la parodie du SNL, à propos?


  Escrocgriffe
01-03-14
à 18:11

Re:

Hahahaha :D J'étais plié de rire, merci ! :D