Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
House of the Dragon, saison 1 épisode 9: The Green Council (2)
Vendredi 21/10 12:03 - Zakath-Nath
Dracula (1)
Vendredi 21/10 11:26 - ariannememphis
The Goes Wrong Show, saison 2 (2)
Jeudi 15/09 19:05 - Zakath-Nath
Call Me by Your Name (2)
Dimanche 21/08 09:12 - Zakath-Nath
Carnivàle - La Caravane de l'Étrange, saison 1 (1)
Samedi 20/08 22:04 - Yoda Bor
La Quête de Saint Camber (2)
Dimanche 05/06 11:14 - Zakath-Nath
Le 14e Docteur arrive! (2)
Lundi 09/05 18:56 - Zakath-Nath
Hermione Granger (28)
Lundi 20/06 07:39 - Emma
Les Maîtres Enlumineurs (2)
Dimanche 13/02 10:14 - Zakath-Nath
La Roue du Temps, saison 1 (2)
Dimanche 09/01 20:55 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
Lady Hamilton
Une vieille ivrogne erre dans Calais et finit par conter son histoire à une compagne d'infortune: autrefois, elle était connue de tout le monde comme Emma Hamilton, femme de l'ambassadeur d'Angleterre à Naples et maîtresse du célèbre amiral Nelson.

Comme Le Jeune William Pitt, Lady Hamilton a été réalisé pendant la Seconde Guerre Mondiale, et derrière la célébration d'un personnage historique, il faut y voir des allusions à la situation d'alors, où on cherchait à mobiliser les efforts face à une menace venue du continent. Cela étant, le film de Korda met tellement l'accent sur la romance au détriment de la politique que le côté propagandiste est assez léger. On suit donc Emma Hamilton, s'assurant une position confortable en épousant le vieil oncle de son ex-amant, avant de tomber amoureuse d'Horatio Nelson. Vivien Leigh est parfaite dans le rôle d'Emma (personnage que je n'ai jamais trouvé très sympathique, tandis que Laurence Olivier campe un Nelson peu à l'aise dans l'expression de ses sentiments mais tout de même plus glamour que l'original (un petit bonhomme édenté).

Tout cela est bien mignon mais risque de frustrer un peu ceux qui viennent y chercher davantage qu'une belle histoire d'amour qui finit mal. Les traits les moins agréables des personnages principaux sont évacués (on ne dit mot de l'exécution de Caracciolo, et on ne parle pas de la façon dont Nelson a traité sa femme une fois qu'il a décidé qu'Emma était son seul amour. Même si lady Nelson n'est pas diabolisée, on a du mal à prendre parti pour cette espèce de Bernadette Chirac version guerres napoléoniennes).

La bataille de Trafalgar, même si on n'échappe à aucune image d'Épinal (mais vu le contexte, on n'en attendait pas moins) est assez bien rendue quoiqu'un peu courte.

Au final, c'est un bon film pour les amateurs de romance historique, mais ça pêchait trop sur les autres points pour que je trouve ça vraiment mémorable.
potion préparée par Zakath Nath, le Jeudi 27 Décembre 2012, 11:38bouillonnant dans le chaudron "À l'abordage !".