Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
House of the Dragon, saison 1 épisode 9: The Green Council (2)
Vendredi 21/10 12:03 - Zakath-Nath
Dracula (1)
Vendredi 21/10 11:26 - ariannememphis
The Goes Wrong Show, saison 2 (2)
Jeudi 15/09 19:05 - Zakath-Nath
Call Me by Your Name (2)
Dimanche 21/08 09:12 - Zakath-Nath
Carnivàle - La Caravane de l'Étrange, saison 1 (1)
Samedi 20/08 22:04 - Yoda Bor
La Quête de Saint Camber (2)
Dimanche 05/06 11:14 - Zakath-Nath
Le 14e Docteur arrive! (2)
Lundi 09/05 18:56 - Zakath-Nath
Hermione Granger (28)
Lundi 20/06 07:39 - Emma
Les Maîtres Enlumineurs (2)
Dimanche 13/02 10:14 - Zakath-Nath
La Roue du Temps, saison 1 (2)
Dimanche 09/01 20:55 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
La Clé de Verre (1942)
--> It's Noirvember!
À l'approche des élections, Paul Madvig, soutien du sénateur Henry, est accusé du meurtre du fils de ce dernier. Victime d'une campagne de presse menée par son rival, soupçonné même par ses proches, il peut au moins compter sur son bras droit Ed Beaumont pour mener l'enquête.

Sept ans seulement après une première adaptation signée Frank Tuttle du roman de Dashiell Hammett, la Paramount a mis en chantier une nouvelle version, cette fois-ci avec Stuart Heisler derrière la caméra. Ce film-ci est considéré comme supérieur au premier. Il est aussi plus connu. D'une durée également assez ramassée, il compte néanmoins dix minutes de plus qui sont bien mises à profit. L'intrigue est encore une fois simplifiée, la mère de Madvig disparait (dommage, j'appréciais le personnage dans le livre et dans la version de Tuttle), sa fille Opal devient sa sœur pour on ne sait qu'elle raison tandis que Ned est encore rebaptisé Ed, qu'est-ce que les scénaristes ont contre la lettre N, à la fin? Cependant, les activités de Paul Madvig apparaissent avec davantage de clarté, et la collusion entre lui et la justice au travers de la visite de Beaumont au procureur général, ou le monde de la presse avec les pressions qu'exercent tour à tour Varna et Beaumont sur Matthews.

De plus, là où le personnage de Janet Henry était grandement sacrifié dans le film de 1935, elle tient ici un rôle important. Il faut dire que l'on reformait à l'écran le couple Alan Ladd/Veronica Lake qui avait fait ses preuves peu de temps auparavant dans Tueur à Gages (réalisé par... Frank Tuttle) et qui avait lancé la carrière du futur Homme des Vallées Perdues. On nous offre donc là un vrai duo de film noir, le mauvais garçon et la dame de la haute société qui n'est peut-être pas aussi convenable qu'elle le laisse paraître. Les seconds rôles sont solides, notamment William Bendix en grosse brute qui prend un plaisir étrange à voir sans cesse revenir son souffre-douleur ou Brian Donlevy en Madvig, qui a toujours l'air suffisamment veule pour qu'on le soupçonne d'être effectivement capable des crimes dont on l'accuse.

Encore une fois, la séquence la plus mémorable reste celle de la captivité de Beaumont et son tabassage en règle, qui ne démérite pas par rapport à la précédente (la jolie figure de Ladd prend cher) et propose une évasion plus spectaculaire. Dans les deux cas c'est ce qui reste de vraiment hard-boiled entre le passage du papier à l'écran car si l'on nous épargne le comparse comique cette fois-ci, le ton reste tout de même encore un peu trop gentillet sur la fin, l'attitude de Madvig étant bien plus bienveillante et résignée que dans le roman.

J'avoue toutefois avoir trouvé George Raft plus convaincant que Ladd dans le rôle de Beaumont, non parce que Ladd jouait faux mais pour des raisons purement physiques: Raft n'avait pas besoin de déployer beaucoup d'efforts pour avoir l'air vaguement trouble, Ladd a trop une allure de gendre idéal et son sourire dans ses premières scènes m'a fait me demander s'il n'étrennait pas de nouvelles dents. Il parvient toutefois à s'imposer doucement alors que le film progresse (la scène de torture parvient d'ailleurs à installer une image de dur à cuire qui n'était pas gagnée). La mise en scène d'Heisler est plus dynamique que celle de Tuttle. Il est peut-être injuste de comparer car j'ai vu ce film en blu-ray et la version de 1935 en... pas en blu-ray en tout cas mais le noir et blanc y est aussi nettement plus beau.

La Clé de Verre n'a certes pas l'aura du Faucon maltais de John Huston mais cela n'en reste pas moins une bonne adaptation de Dashiell Hammett, quoiqu'un brin trop édulcorée.
potion préparée par Zakath Nath, le Mercredi 3 Novembre 2021, 12:30bouillonnant dans le chaudron "Films".