Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
La Roue du Temps, saison 1 (2)
Dimanche 09/01 20:55 - Zakath-Nath
O'Brother (2)
Samedi 23/10 22:18 - Zakath-Nath
La Tempête des Échos (2)
Jeudi 14/10 21:47 - Zakath-Nath
A Discovery of Witches, saison 2 (4)
Samedi 10/07 15:25 - Zakath-Nath
Un Long Voyage (2)
Dimanche 15/08 12:08 - Zakath-Nath
Sans un bruit 2 (2)
Vendredi 25/06 11:06 - Zakath-Nath
Split (1)
Samedi 17/07 11:44 - Vous-ne-savez-pas-Qui
The Mandalorian, saison 2 (2)
Jeudi 31/12 10:36 - Zakath-Nath
Doctor Who, saison 12 épisode 5: Fugitive of the Judoon (4)
Samedi 14/03 17:12 - Zakath-Nath
Doctor Who, saison 12 épisode 4: Nikola Tesla's Night of Terror (4)
Samedi 14/03 16:50 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
Miller's Crossing
--> It's Noirvember!
Pendant la Prohibition, Tom Reagan est le bras droit de Leo O'Bannion, gangster qui tient toute une ville sous sa coupe. Quand Johnny Caspar, un de ses rivaux, demande à Leo de le laisser tuer Bernie, un petit arnaqueur, Leo s'y oppose par amour pour la sœur de Bernie, Vera, dont il ignore qu'elle entretient une liaison avec Tom. Ce dernier est également sollicité par Caspar pour rejoindre son camp et va devoir se montrer particulièrement habile pour ne pas faire les frais de l'affrontement qui se profile entre les deux gangsters.

Après avoir regardé les deux adaptations officielles de La Clé de Verre de Dashiell Hammett, il était finalement logique que je poursuive en si bon chemin avec Miller's Crossing, troisième film des frères Coen et qui, s'il ne mentionne pas l'auteur au générique, emprunte beaucoup à son roman, ainsi que dans une moindre mesure à Moisson rouge (et peut-être au Faucon maltais sur un point). On y retrouve en effet un protagoniste bras droit d'un gangster à la tête d'une ville sans nom et désireux de se marier avec une femme qui lui préfère son homme de main, homme de main qui tout en se prenant quelques roustes au passage manipule son monde dans un objectif qui n'est pas tout de suite apparent. Rien ne manque à la reconstitution de la fin des années 20, de la mitraillette-camembert aux chapeaux mous (il est beaucoup question de chapeaux dans ce film), le thème musical arrangé par Carter Burwell à partir de The Lament of Limerick est entêtant, la photo de Barry Sonnenfeld, plus connu comme réalisateur de quelques cartons des années 90 comme La Famille Addams ou Men in Black qu'à ce poste est très jolie, et on pourrait avoir avec cela un hommage soigné mais un peu glacé à un pan de l'âge d'or d'Hollywood, ce qui serait déjà bien mais des frères Coen, on en attend un peu plus ou en tout cas autre chose.

Ça tombe bien. Malgré une scène d'ouverture qui rappelle celle du Parrain en plus décalée, on ne tombe jamais dans la parodie mais alors qu'on pourrait croire dans les premières scènes être devant un film inscrit dans une veine sérieuse, l'humour pointe quand on s'y attend le moins: de la famille étendue de Johnny Caspar (ce fou-rire lors du premier plan sur les cousins) à la manière dont on amène la première scène de tabassage de Tom en passant par des détails plus discrets (le cameo d'Albert Finney en plus de son rôle de Leo), le film donne régulièrement l'occasion de bien s'amuser. Sans pour autant se moquer de son sujet. Raison pour laquelle, en dépit de ne pas être ouvertement basée sur un de ses romans, on a probablement affaire à l'une des toutes meilleures adaptations de Hammett à l'écran, avec des personnages qui ne s'embarrassent pas de morale ou sont en tout cas difficile à cerner, à commencer par Reagan lui-même qui passe d'un camp à l'autre sans se dévoiler, jusqu'à une fin douce-amère où l'on a peut-être éliminé les individus les plus néfastes mais non sans en payer le prix.

Côté casting, Gabriel Byrne est impeccable en anti-héros hammettien et comme je n'avais jusque-là croisé Marcia Gay Harden que dans The Mist j'ai été agréablement surprise de voir qu'elle tenait la route en femme fatale. Néanmoins, on retiendra surtout quelques petits nouveaux dans l'univers des Coen qui n'allaient pas le rester longtemps: Jon Polito en gangster italo-américain haut-en-couleur mais surtout les premières apparitions devant la caméra des frères de John Turturro dans le rôle du fuyant Bernie et Steve Buscemi juste le temps d'une scène dans celui du volubile Mink. Albert Finney est tout aussi marquant en caïd qui perd pied mais n'en reste pas moins un virtuose de la mitrailleuse Thompson comme il le démontre dans une scène d'anthologie et on ne peut oublier de mentionner J.E. Freeman dans le rôle d'Eddie Dane, le menaçant second de Caspar qui physiquement parlant n'est pas sans évoquer Boris Karloff dans Scarface.

L'intrigue peut, au premier visionnage, paraître alambiquée, à l'image du monologue d'ouverture de Caspar exposant ses griefs qui se demande lui-même s'il a été clair pour s'entendre répondre par Leo (et les spectateurs) "comme de l'encre". Pas de panique cependant, tout se met tranquillement en place et s'éclaire petit à petit. On est loin du Grand Sommeil de Hawks par exemple, ne serait-ce que parce qu'ici on sait qui a tué qui sans oublier une victime en chemin et une fois n'est pas coutume, on en sait même un peu plus que les personnages même si cela ne concerne qu'une obscure histoire de moumoute.

Avec Miller's Crossing, Joel et Ethan Coen revisitent le film noir avec bonheur et y jettent un regard à la fois respectueux et sardonique. Tout en y débutant quelques collaborations qui s'avéreront durables.
potion préparée par Zakath Nath, le Jeudi 4 Novembre 2021, 18:03bouillonnant dans le chaudron "Films".