Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, saison 2 (2)
Lundi 30/04 18:01 - Zakath-Nath
La Partie de Chasse (2)
Mardi 13/02 14:02 - Zakath-Nath
La Nuit de la Louve (2)
Dimanche 21/01 12:47 - Zakath-Nath
La Louve et l'Enfant (2)
Jeudi 11/01 11:23 - Zakath-Nath
Doctor Who Christmas Special 2017: Twice Upon a Time (2)
Jeudi 04/01 17:37 - Zakath-Nath
Doctor Strange (4)
Lundi 01/01 12:33 - Zakath-Nath
Déracinée (2)
Mercredi 03/01 18:53 - Zakath-Nath
Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi (2)
Samedi 23/12 18:42 - Zakath-Nath
The OA, saison 1 (2)
Samedi 23/12 17:41 - Zakath-Nath
The Shannara Chronicles, saison 2 (2)
Lundi 27/11 22:21 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
La Belle et la Bête
Un riche marchand, père de trois garçons et trois filles, se retrouve soudain ruiné. Alors qu'il entrevoit le moyen de recouvrer sa fortune, il promet à ses filles de leur rapporter des cadeaux de leur choix. La plus jeune, Belle, ne demande qu'une simple rose.

J'avais entendu Gans dire que s'il obtenait une prise visuellement magnifique mais que l'acteur jouait faux, il préférait la garder plutôt que l'inverse ou quelque chose dans cet ordre là. Eh bien sur ce film, ça se sent vraiment. Les décors sont magnifiques et les ruines du château en particulier, je ne sais pas pourquoi, m'ont rappelé ma petite enfance (pourtant je ne vivais pas dans les ruines d'un château ...), c'est beau (okay, il y a des fois ça me rappelait un peu des pubs pour parfum, comme le moment où la Bête rattrape Belle sur le lac gelé), c'est travaillé. par contre si au niveau des décors et des costumes je n'ai rien à redire, dès que c'était des créatures ou des racines en mouvement, c'était beaucoup moins convaincant sans être déshonorant. Là où j'ai trouvé que ça coinçait, c'était au niveau de la direction d'acteurs et de certains points du scénario. Je n'ai rien contre Léa Seydoux, je l'ai trouvé très bien dans Les adieux à la reine (peut-être aidée par le fait qu'elle jouait un personnage renfermé), dans Robin des Bois elle ne m'a pas tourneboulée mais elle ne s'en tirait pas mal, et dans Inglourious Basterds, elle était là, quoi. Là, ça cloche, ce n'est pas la cata, j'aime beaucoup son physique mais le personnage est trop hautain par moment, je ne sais pas si c'est seulement ses intonations mais j'avais parfois l'impression de voir une moralisatrice un peu pimbêche que quelqu'un qui allait transformer la Bête par sa bonté et sa droiture. Je ne sais pas si c'est imputable à l'actrice seule parce que dès le départ j'ai eu cette impression et surtout à cause d'un point de scénario: la montrer bien s'adapter à sa vie simple après la ruine de son père par contraste avec ses sœurs superficielles pourquoi pas, l'ennui c'est qu'on a l'impression que finalement elle ne fait pas contre mauvaise fortune bon cœur en se mettant courageusement à vivre de son travail mais que c'est ce dont elle a toujours rêvé et que le possible retour en grâce de son père l'enquiquine plus qu'autre chose. Du coup, alors qu'elle devait sans doute paraître meilleure que le reste de la famille, je l'ai trouvé à sa manière presque aussi égoïste, elle aime ce train de vie donc tout le monde devrait partager son point de vue parce que c'est plus sain que la ville corrompue.

Pour les autres acteurs, ceux qui ont pas mal de bouteille s'en tirent bien comme Cassel ou Dussolier, le premier se tire assez bien du fait qu'il n'a pas vraiment un physique de prince charmant standard. Par contre le reste, ce n'est pas joyeux, c'est pour ça que je ne peux pas franchement accabler Seydoux sous prétexte que c'est la petite-fille du producteur, le problème de direction d'acteurs est tellement général qu'on est au-delà des histoires de piston: les frères sont particulièrement mauvais et on se demande à quoi bon les caractériser à la truelle puisqu'à part l'aîné à la limite, ils ne jouent aucun rôle dans l'histoire (à la fin Belle aurait pu aller seule au château, Tristan ne sert à rien). Eduardo Noriega, je l'aime bien à cause de L'échine du diable, alors je vais tout mettre sur le dos du doublage mais c'était pas bien fameux. Et donc, le scénario, qui m'a fait un peu le même effet que Blanche-Neige et le Chasseur dans le sens où on essayait de donner un côté "concret" en expliquant la situation, en donnant un peu de background aux personnages pour expliquer leur façon d'agir au-delà de "Trucmuche est gentille, Bidule est méchant", ce dont on se contente souvent quand on lit des contes et à côté de ça, on passe en vitesse sur des trucs parce que justement, c'est un conte et ça se passe de développement, tout est dans le symbole. Donc au début on nous présente soigneusement Maxime, Perducas et patincouffin, mais quand on arrive au cœur de l'histoire, c'est à dire comment la Belle et la Bête vont tomber amoureux, c'est fait en trois coups de cuiller à pot, on a l'impression que ça arrive quand Belle est sauvée du lac gelé par la Bête... Ou elle ne serait jamais tombée s'il ne l'avait pas plaqué au sol comme une grosse brute. Limite si l'histoire entre le Prince et sa femme dans les flashback n'était pas ce qu'il y avait de plus intéressant au niveau conte de fée en tout cas. Ça a le cul entre deux chaises.

La relation entre les personnages du titre est bâclée et on n'a pas vraiment l'impression que la Bête évolue, elle doit s'excuser une ou deux fois d'être un peu brusque, wahou, quelle rédemption! et l'assaut final avec les géants de pierre est du coup assez peu prenant, on en prend plein la vue mais c'est presque hors-sujet tellement les deux personnages n'ont pas eu le temps de nouer une relation puissante (ou tout simplement crédible). C'est joli, la musique aussi (cela dit je suis partie quand la chanson a commencé, d'ordinaire je n'aime pas quand on rallume avant la fin mais là autant faire évacuer la salle...) mais je n'avais vraiment pas l'impression que le réalisateur avait quelque chose à faire de son sujet et de ses acteurs qui servaient juste de prétexte à filmer de beaux décors et à faire de beaux plans, c'est dommage.
potion préparée par Zakath Nath, le Lundi 24 Février 2014, 20:12bouillonnant dans le chaudron "Fantasy".


Ingrédients :

  leodagane
leodagane
25-02-14
à 12:03

Eh ben... j'avais déjà pas très envie d'aller le voir,là, c'est tout vu !! :-D
Je préfère rester sur la poésie du film de Cocteau (même si je ne suis pas sûre que ça me plairait encore, ça fait longtemps que je l'ai vu) ou le côté bon enfant du dessin animé de Disney !

  Zakath-Nath
Zakath-Nath
25-02-14
à 17:25

Re:

J'ai des souvenirs très flous du Cocteau et du Disney car je les ai vu il y a des plombes, mais même sans soutenir de comparaison avec des versions connus, ce n'est guère convaincant, ça peut attendre un passage à la télé.