Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
The Great God Pan (2)
Jeudi 06/09 07:21 - Zakath-Nath
Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, saison 2 (2)
Lundi 30/04 18:01 - Zakath-Nath
La Partie de Chasse (2)
Mardi 13/02 14:02 - Zakath-Nath
La Nuit de la Louve (2)
Dimanche 21/01 12:47 - Zakath-Nath
Doctor Strange (4)
Lundi 01/01 12:33 - Zakath-Nath
La Louve et l'Enfant (2)
Jeudi 11/01 11:23 - Zakath-Nath
Doctor Who Christmas Special 2017: Twice Upon a Time (2)
Jeudi 04/01 17:37 - Zakath-Nath
Déracinée (2)
Mercredi 03/01 18:53 - Zakath-Nath
Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi (2)
Samedi 23/12 18:42 - Zakath-Nath
The OA, saison 1 (2)
Samedi 23/12 17:41 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
It Follows
Après avoir couché avec son petit ami, Jay est menacée par une créature implacable qui la suit à la trace en adoptant plusieurs formes différentes. La jeune femme peut-elle éviter d'être la victime suivante du monstre, et ce sans mettre d'autres personnes en danger?

Lors de sa sortie, ce deuxième film de David Robert Mitchell a reçu un accueil très positif mais je l'avais loupé en salle à l'époque. Avec cette séance de rattrapage, je comprend les éloges bien qu'It Follows ne soit pas dépourvu d'imperfections.

Le réalisateur pose dès le départ une ambiance angoissante, avec un décalage entre les banlieues américaines proprettes et la menace toujours présente mais pas toujours visible. Ce n'est évidemment pas neuf mais c'est ici particulièrement efficace. "It" apparait le plus souvent en arrière-plan, ce qui fait que l'on est conscient avant le personnage du danger et le fait que le monstre avance lentement mais surement évite le recours trop régulier aux jump-scare. La créature étant invisible aux yeux de ceux qui n'ont pas hérité de la malédiction, cela rajoute à la tension puisque personne ne peut prévenir Jay quand la menace est dans son dos.

Autre point assez agréable, une fois n'est pas coutume l'héroïne ne passe pas tout le film à essayer de convaincre son entourage qu'elle n'est pas folle, après un moment de doute raisonnables ses amis s'emploient à l'aider.

Bien qu'original, le concept du monstre qui se refile comme une MST pourrait facilement passer pour très puritain (ne couchez pas en dehors du mariage pour éviter de gros ennuis). C'est heureusement plus complexe que cela, puisque le moyen n°1 donné pour s'en débarrasser est de coucher avec quelqu'un qui devra à son tour se dépêcher d'avoir une relation sexuelle puisque visiblement le monstre ne peut pas remonter la chaîne au-delà de deux personnes. En terme d'appel à l'abstinence, on aura donc vu mieux.

Le dilemme moral qui se pose est donc de savoir si on est capable de se mettre hors d'atteinte en mettant d'autres personnes en danger mais c'est un ressort classique d'histoires de malédiction au-delà de l'aspect sexuel présent ici (Le Diable dans la Bouteille de Robert Louis Stevenson ou plus récemment Jusqu'en Enfer de Sam Raimi). On peut également voir là-dedans une métaphore du passage à l'âge adulte qui entraîne implacablement une mort qui prend son temps pour arriver mais est inévitable. On peut aussi n'y voir rien d'autre qu'une idée un peu neuve dans le domaine du film d'épouvante, sans message particulier.

Malgré ses qualités, que ce soit esthétiques ou dans la manière d'instiller l'angoisse, le film n'est pas parfait. Le rythme lent participe à l'ambiance mais dans la deuxième partie l'attention s'égare un peu. Quant au climax dans la piscine, il est moins stressant qu'espéré. De plus, on se demande tout de même comment on a pu trouver la parade pour arrêter d'être poursuivi par le monstre pour que l'héroïne en soit informée dès sa contamination (mais là, on tomberait sans doute dans des explications amenées de façon un peu lourdingues, donc il valait peut-être mieux faire quelques entorses à la cohérence pour établir les règles sans perdre de temps).

Néanmoins, It Follows n'en demeure pas moins un très bon film d'épouvante. Apparemment, une suite est déjà envisagée mais j'avoue que je ne vois pas comment on peut élargir le concept de façon à ne pas tomber dans la simple répétition d'une formule.
potion préparée par Zakath Nath, le Dimanche 24 Juillet 2016, 11:23bouillonnant dans le chaudron "Films".