Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore

Potion précédente-Potion suivante
Into the Dark, saison 1 épisode 8: All That We Destroy
Victoria Harris a perfectionné la technique du clonage et s'en sert pour fournir à son psychopathe de fils Spencer des répliques de la première femme qu'il a tué, dans le but de préserver d'autres personnes de devenir ses victimes. Mais Spencer ne se satisfait pas de ces doubles et une nouvelle voisine emménage.

Contrairement à la plupart des épisodes de l'anthologie qui mettaient une bonne trentaine de minutes à poser la situation et l'ambiance, All That We Destroy entre rapidement dans le vif du sujet, en montrant Spencer commettre un meurtre puis en dévoilant qu'il a assassiné un clone produit sa mère, qui s'empresse aussitôt d'en produire un nouveau, espérant qu'en rendant ce dernier plus humain et au background plus étoffé que le précédent, il suffira à satisfaire les pulsions du fiston.

On est ici davantage dans l'anticipation que dans le thriller comme les épisodes précédents, et la mise en jambes percutante ouvre des pistes de réflexions passionnantes, que ce soit de voir jusqu'où une mère est prête à aller pour aider son fils tout en sachant très bien de quoi il est capable, ou en ce qui concerne les clones elles-mêmes, considérées comme des victimes jetables mais dont la dernière en date commence à avoir des souvenirs et se poser des questions, bref, où commence et s'arrête l'humanité d'une personne, tout ça tout ça.

L'ennui, c'est que si l'on a une bonne base avec l'intrigue proposée, on n'arrive toujours pas à la faire tenir sur 1h30. En dehors de l'aspect répétitif des meurtres, dont le premier est déjà forcément déplaisant mais dont on comprend l'intérêt de le montrer, on ne va jamais vraiment au bout des pistes lancées, en préférant privilégier l'aspect "histoire de serial-killer" en amenant la voisine sur le tapis. Cette dernière va immédiatement s'intéresser à Spencer, qui est bien mignon mais pas suffisamment attirant dans son attitude pour que la jeune femme cherche aussi régulièrement à le revoir. La clone d'Ashley est bien plus intéressante dans sa prise de conscience, mais on n'accorde pas assez de place à son parcours.

On comprend également le motif d'offrir la chute à laquelle on a droit, mais il y a de quoi se poser des questions sur la possibilité de Victoria de continuer ses pratiques après ce qui s'est passée chez elle, même avec quelqu'un à qui faire porter le chapeau sous la main.

Contrairement aux précédents épisodes qui étiraient la mise en place à l'infini pour dissimuler le fait qu'il n'y avait pas grand chose à raconter, All That We Destroy démarrait avec un point de départ riche en possibilité. Hélas, les promesses ne sont finalement pas tenues.
potion préparée par Zakath Nath, le Samedi 4 Mai 2019, 13:50bouillonnant dans le chaudron "Séries tv".