Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore

Potion précédente-Potion suivante
Inquisitio
En 1370, Clément VII en Avignon et Urbain VI à Rome se disputent le titre de pape. Alors que Clément cherche de l'argent pour renforcer une armée capable d'écraser Rome, Urbain a chargé Catherine de Sienne de décrédibiliser son adversaire. Bientôt, Clément convoque le Grand Inquisiteur Barnal d'enquêter sur la mort de plusieurs religieux.

Au pays pas vraiment folichon de la fiction télévisuelle hexagonale, Inquisitio se révèle une très bonne surprise. Pourtant, ça commence mal avec un prologue qui enchaîne les situations dramatiques (tentative de fratricide, peste, mutilation...) sur un ton horriblement plat. Peut-être cette partie de l'histoire aurait-elle gagné à être révélée petit à petit par flashback? Quoiqu'il en soit, une fois entrée dans le vif du sujet, la série se révèle bien plus convaincante.

Même si le contexte est celui du Schisme d'Occident et qu'on croise des personnages historiques, il ne faut pas exiger une grande exactitude. On est plus dans le divertissement, une série d'aventures qui connait ses références (le Grand Inquisiteur dont le vrai nom est Guillaume de Tasteville, flanqué d'un jeune novice, enquêtant que la mort de prêtres, forcément, un petit côté Kingdom of Heaven - ou Assassin's Creed? - dans la photo...)

Avouez qu'on leur donnerait le bon Dieu sans confession...

Il y a cependant des défauts, comme des visions de certains personnages qui amènent les informations dont on a besoin au bon moment, alors que par ailleurs on arrive bien à montrer le côté rationnel derrière de faux miracles ou de fausses malédictions, et un retournement de dernière minute d'Eleonore assez peu crédible.

Heureusement, à côté de ça l'intrigue tient en haleine, le Grand Inquisiteur échappe au rôle de grand méchant hystérique caricatural, et globalement, les acteurs sont très bons, évitant le côté je récite ou je déclame qui revient souvent dès qu'en France on se frotte à la fiction historique. Seul l'acteur jouant Pierre du Luxembourg manquait totalement de naturel, mais peut-être était-ce pour montrer le côté bienheureux coupé des vrais gens du personnage?

Une enquête plutôt sympathique avec une période intéressante en toile de fond, donc, même s'il est un peu surprenant que France 2 n'ait pas choisi une mini-série un peu plus légère pour l'été.
potion préparée par Zakath Nath, le Jeudi 26 Juillet 2012, 10:45bouillonnant dans le chaudron "Séries tv".