Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
La Partie de Chasse (2)
Mardi 13/02 14:02 - Zakath-Nath
La Nuit de la Louve (2)
Dimanche 21/01 12:47 - Zakath-Nath
La Louve et l'Enfant (2)
Jeudi 11/01 11:23 - Zakath-Nath
Doctor Who Christmas Special 2017: Twice Upon a Time (2)
Jeudi 04/01 17:37 - Zakath-Nath
Déracinée (2)
Mercredi 03/01 18:53 - Zakath-Nath
Doctor Strange (4)
Lundi 01/01 12:33 - Zakath-Nath
Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi (2)
Samedi 23/12 18:42 - Zakath-Nath
The OA, saison 1 (2)
Samedi 23/12 17:41 - Zakath-Nath
The Shannara Chronicles, saison 2 (2)
Lundi 27/11 22:21 - Zakath-Nath
Ça - Chapitre Un (3)
Vendredi 22/09 12:04 - Escrocgriffe

Potion précédente-Potion suivante
Hunger Games: L'Embrasement
Contre toutes attentes, Katniss et Peeta ont survécu tous les deux aux Hunger Games, mais leur victoire commune en contournant les règles a été perçues comme un signe de défi au gouvernement en place, que ce soit par les habitants des Districts au bord de la rébellion qui font de Katniss un symbole de révolte ou le président Snow qui voit en elle un agent perturbateur à éliminer d'une façon ou d'une autre. Alors que les 75e Hunger Games approchent, Katniss va encore une fois se retrouver malgré elle au centre des événements.

Comme le précédent volet, L'Embrasement est une adaptation fidèle qui sait retenir l'essentiel du livre et les axes les plus intéressants, mais se heurtent aux mêmes limites posées par un récit destiné à un public encore jeune. Commençons par le positif. Le film est plutôt joli à regarder (si l'on excepte évidemment le mauvais goût de tout ce qui a trait au Capitole, mais c'est voulu), Francis Lawrence abandonne la shaky-cam tant décriée de Gary Ross (mais qui ne m'avait dérangé que dans une seule scène) et livre une mise en scène carrée et efficace. Le casting est de très bonne tenue, Jennifer Lawrence en tête. Liam Hemsworth et Josh Hutcherson sont plus en retrait, ce qui est surtout gênant pour le premier qui n'était déjà pas très en valeur dans le précédent film. Sam Caflin, dont je craignais la performance dans le rôle de Finnick, s'avère finalement convaincant, son personnage étant moins neuneu que dans les précédents films où je l'ai vu. J'ai eu bien du mal à reconnaître Jena Malone, la Lydia Bennet d'Orgueil et Préjugés, dans le rôle de Johanna (et comme je n'ai que des souvenirs assez vagues des livres et aucun de ce personnage, je ne savais pas à quoi m'attendre et j'ai donc été agréablement surprise, notamment par son entrée en scène).

Si l'on ne vient voir le film que pour les fameux Hunger Games, on risque d'être déçus: ils arrivent assez tard, et s'ils proposent des aspects différents (concurrents plus âgés, nouvel environnement, nouveaux dangers...) on n'y passe pas tant de temps que ça et ils se finissent en queue de poisson, même si c'est justifié par l'intrigue. L'intérêt se situe surtout avant, dans la façon dont Katniss et son entourage doivent vivre après une victoire qui n'en est pas vraiment une, et la façon dont le personnage est utilisé, par le Capitole mais également par la rébellion. L'héroïne manipulée permet de sortir du personnage habituel qui accepte son rôle de leader. Ce n'est pas ce qu'on lui demande, juste d'être un symbole, mais à elle de décider lequel.

Malheureusement, comme dans le premier film, une fois les Hunger Games commencés, les bornes impossibles à franchir pour un film PG-13 se font cruellement sentir (même si on sent qu'ils ont fait de leur mieux pour aller au plus près des bornes sans les franchir. Jolies cloques), ainsi que le problème de la non-caractérisation du bonne partie des concurrents, qui vont disparaître pour la plupart hors-champs avant même d'avoir réussi à exister, et encore une fois, même si l'intrigue le justifie un peu mieux, on évite de mettre Katniss en position de devoir tuer un concurrent sympathique pour survivre. De plus, Peeta passe ici pour un vrai poids-mort, ne souffrant pas du même handicap que dans le livre. Bon, et les triangles amoureux, rien à faire, ça me gave, même si ce n'est pas non plus le centre du récit.

Le film reste quand même plaisant à suivre et posant des pistes de réflexion intéressantes (à défaut de les explorer en profondeur).
potion préparée par Zakath Nath, le Mercredi 4 Décembre 2013, 16:44bouillonnant dans le chaudron "Films".


Ingrédients :

  Escrocgriffe
04-12-13
à 17:45

C’est vrai que lorsqu’on réalise que seuls les concurents les plus méchants sont tués par Katniss, on se dit que le hasard fait bien les choses :)

  Zakath-Nath
Zakath-Nath
04-12-13
à 20:12

Re:

Oui, elle ne se retrouve jamais vraiment en situation de buter une gentille petite gamine ou quelqu'un qui l'a aidé, à part Peeta à la fin du premier film et elle trouve tout de suite une combine. C'est un peu facile, du coup.