Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
The Great God Pan (2)
Jeudi 06/09 07:21 - Zakath-Nath
Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, saison 2 (2)
Lundi 30/04 18:01 - Zakath-Nath
La Partie de Chasse (2)
Mardi 13/02 14:02 - Zakath-Nath
La Nuit de la Louve (2)
Dimanche 21/01 12:47 - Zakath-Nath
Doctor Strange (4)
Lundi 01/01 12:33 - Zakath-Nath
La Louve et l'Enfant (2)
Jeudi 11/01 11:23 - Zakath-Nath
Doctor Who Christmas Special 2017: Twice Upon a Time (2)
Jeudi 04/01 17:37 - Zakath-Nath
Déracinée (2)
Mercredi 03/01 18:53 - Zakath-Nath
Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi (2)
Samedi 23/12 18:42 - Zakath-Nath
The OA, saison 1 (2)
Samedi 23/12 17:41 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
Good Morning England

Dans les années 60, Carl, renvoyé du lycée pour avoir fumé, est expédié par sa mère sur un bateau en Mer du Nord tenu par son parrain Quentin, histoire de lui apprendre à filer doux. Une fois à bord, Carl s'aperçoit vite que ce n'est pas là qu'il apprendra à rentrer dans le rang: il se trouve en fait sur la station de Radio Rock, qui émet de la pop et du rock 24h/24h quand la BBC ne consacre à cette musique même pas une heure par jour. Le garçon ne tarde pas à se trouver une place parmi la bande de DJs qui font vivre la station et font les 400 coups. Pendant ce temps, le ministre Dormandy, lui compte bien voir la disparition de toute radio-pirate.

Encore un titre "français" à la gomme. Je veux bien que The Boat that rocked soit trop compliqué pour les non-anglophones, mais il y avait moyen de trouver mieux (là on dirait qu'on s'est dit: c'est comme Good Morning Vietnam avec un animateur radio spécial, mais ça se passe en Angleterre, alors on va appeler ça Good Morning England, ouais! ). Bref. Après une foule de scénarii de comédies romantiques à succès (Quatre Mariages et un Enterrement, Notting Hill...) et un premier film, Love Actually, Richard Curtis décide de mettre le frein aux histoires d'amour entre personnes pour se consacrer à un autre genre d'amour: celui de la musique pop-rock. La bande-son de son nouveau film à ce titre est un petit bijou.

Qu'en est-il du reste? Eh bien même si l'histoire n'a rien à voir avec Love Actually, le film m'a laissé un peu la même impression: les acteurs s'en donnent à coeur joie, quel que soit leur rôle, il y a de très bons passages, je suis ressortie de bonne humeur (c'est un feel good movie, donc on peut supposer que le but cherché est atteint) mais en même temps, j'ai trouvé le tout assez inégal, l'humour est plus potache que subtil, c'est parfois un peu long, parfois trop plat ou répétitif, et manquant un peu d'enjeux (les tentatives du gouvernement pour les faire fermer qui ponctuent le film tombent à l'eau aussi vite qu'elles arrivent, et la seule fois où les personnages sont vraiment en danger n'a rien à voir avec elles). De plus, comme pour son précédent film, Richard Curtis y va à fond: dans le traitement des personnages, dans l'expression des sentiments. Amoureux de la sobriété, passez votre chemin!

Si le scénario n'est pas toujours à la hauteur, le grand atout avec la musique, ce sont les acteurs, qui ont tous l'air de bien s'amuser, que ce soit les membres de Radio Rock, tous plus branques les uns que les autres (parmi lesquels Bill Nighy, Rhys Ifans, Philip Seymour Hoffman et Nick Frost dans un tout autre registre qu'en comparse benêt de Simon Pegg, mais c'est vraiment pour ne citer que les plus connus, car ils sont tous excellents) ou leurs farouches opposants bien gratinés, incarnés par Kenneth Branagh (qui m'a bizarrement fait penser à John Cleese par moment) et Jack Davenport. Bien sûr, la caractérisation et l'interprétation de ces derniers est à l'image du reste et ne fait pas dans la demi-mesure pour nous présenter les rabat-joie de service d'une façon qui confine au grotesque. Si on ne trouve pas ça crispant, c'est franchement drôle (le repas de Noël étant le pompom). Sans oublier une courte mais mémorable apparition d'Emma Thompson dans le rôle de la mère de Carl.

Il est en fait assez difficile de conseiller ce film car si la musique et le casting de malades réunis ne permettent pas dès le départ d'accrocher et d'occulter les défauts du film, on risque quand même de passer plus de 2 heures en enfer. Pour les autres, rock n' roll!

potion préparée par Zakath Nath, le Mercredi 6 Mai 2009, 19:58bouillonnant dans le chaudron "Films".