Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
La Partie de Chasse (2)
Mardi 13/02 14:02 - Zakath-Nath
La Nuit de la Louve (2)
Dimanche 21/01 12:47 - Zakath-Nath
La Louve et l'Enfant (2)
Jeudi 11/01 11:23 - Zakath-Nath
Doctor Who Christmas Special 2017: Twice Upon a Time (2)
Jeudi 04/01 17:37 - Zakath-Nath
Déracinée (2)
Mercredi 03/01 18:53 - Zakath-Nath
Doctor Strange (4)
Lundi 01/01 12:33 - Zakath-Nath
Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi (2)
Samedi 23/12 18:42 - Zakath-Nath
The OA, saison 1 (2)
Samedi 23/12 17:41 - Zakath-Nath
The Shannara Chronicles, saison 2 (2)
Lundi 27/11 22:21 - Zakath-Nath
Ça - Chapitre Un (3)
Vendredi 22/09 12:04 - Escrocgriffe

Potion précédente-Potion suivante
Dragonfly in Amber
--> Outlander 2
1968. Claire Randall et sa fille Brianna se rendent en Écosse. Claire a l'intention de découvrir ce que Jamie est devenu. Est-il mort à Culloden? Un autre but du voyage est de révéler à Brianna le secret de sa naissance.

Le premier tome m'avait laissé un sentiment mitigé, le deuxième ne redresse pas la barre mais le niveau ne décline pas non plus. En fait les qualités et les défauts sont peu ou prou les mêmes. Il faut quand même accorder à Diana Gabaldon d'être capable d'écrire des pavés dont on tourne les pages sans même s'en rendre compte, quand bien même on n'accroche pas plus que cela aux personnages et à leur destin. Le début est intrigant puisqu'on ne reprend pas le fil de l'histoire au moment où Outlander se finissait, et on se demande donc dans quelles circonstances Claire est revenue à son époque. Gabaldon évite également, d'une façon certes expéditive, de bassiner le lecteur avec un triangle amoureux. Adieu Frank, donc, il y avait sans doute mieux à faire avec ce personnage mais commencer ce deuxième volume après son décès n'était pas non plus le plus mauvais choix.

Le problème, c'est qu'une fois entré dans le cœur du récit, encore une fois, il est difficile d'ignorer les problèmes et les facilités. Et surtout, l'impression que l'auteur essaie de nous faire partager son fantasme, sauf que dans mon cas, c'est un échec. Je n'apprécie pas le couple formé par Claire et Jamie. J'imagine qu'on doit tomber sous le charme d highlander rebelle mais je ne l'aime pas. je n'aime pas sa façon d'appeler sa bien aimée Sassenach à tout bout de champs, je ne trouve pas son côté protecteur sexy du tout. Même quand il parait en faute on lui trouve toujours une bonne excuse comme lorsqu'il provoque Randall en duel malgré sa promesse de ne pas le faire. Pire, alors que dans le premier tome Claire arrivait à s'imposer, là elle lui réclame carrément un châtiment corporel quand elle s'estime fautive. J'ai l'impression de retrouver le personnage d'Edward dans Twilight même si Gabaldon a un bien meilleur sens du récit que Meyer ce qui empêche le livre d'être le même genre de naufrage.

De plus, même si on sent à plusieurs reprises que l'auteure a fait des recherches, la facilité avec laquelle les personnages évoluent n'est pas toujours crédibles. Claire avait déjà peu de mal à s'intégrer à l'Écosse du XVIIIe siècle, ici la voilà capable de sa balader à la cour de Louis XV sans faux pas et sans malaise particulier, avec juste un zeste d'étonnement devant les mœurs étranges des aristocrates du lieu. Ce n'est pas comme si l'étiquette était particulièrement contraignante, après tout. Parallèlement à cela elle va exercer dans un hôpital parisien sans que cela provoque de réactions particulières passé là encore un certain étonnement. On a ensuite l'impression que Gabaldon se rappelle que son héroïne ne fait pas du tourisme, et on a donc droit à quelques tentatives de viol pour qu'on comprenne qu'elle court de gros dangers. Je préfère ne pas parler de tout ce qui tourne autours du comte de Saint-Germain.

Le voyage temporel est rarement traité au-delà du simple prétexte pour confronter une femme du XXe siècle indépendante à un homme du XVIIIe siècle. Claire s'étonne, alors que l'ancêtre (présumé) de Frank est sensé être mort sans descendance, de ne pas voir l'alliance de son premier mariage disparaître. Mais quand elle essaie ensuite de convaincre Jamie de ne pas tuer Randall (qui est en fait vivant) elle n'a que comme argument de protéger la future existence de Frank. Aucun des deux ne semble effleuré par l'idée que si Frank n'existe pas, la suite d'événements amenant Claire au cercle de pierres non plus et que donc elle et Jamie seraient probablement séparés. Même si Claire essaie de changer le futur en empêchant la bataille de Culloden, on n'a pas vraiment l'impression que le personnage réfléchit à toutes les conséquences possibles et imaginables.

Dragonfly in Amber peut se lire agréablement comme un gros feuilleton avec ses rebondissements, ses beaux héros et ses méchants dépravés mais encore une fois les défauts ont tendance à l'emporter sur le reste.
potion préparée par Zakath Nath, le Samedi 15 Novembre 2014, 18:37bouillonnant dans le chaudron "Littérature".