Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
The Great God Pan (2)
Jeudi 06/09 07:21 - Zakath-Nath
Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, saison 2 (2)
Lundi 30/04 18:01 - Zakath-Nath
La Partie de Chasse (2)
Mardi 13/02 14:02 - Zakath-Nath
La Nuit de la Louve (2)
Dimanche 21/01 12:47 - Zakath-Nath
Doctor Strange (4)
Lundi 01/01 12:33 - Zakath-Nath
La Louve et l'Enfant (2)
Jeudi 11/01 11:23 - Zakath-Nath
Doctor Who Christmas Special 2017: Twice Upon a Time (2)
Jeudi 04/01 17:37 - Zakath-Nath
Déracinée (2)
Mercredi 03/01 18:53 - Zakath-Nath
Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi (2)
Samedi 23/12 18:42 - Zakath-Nath
The OA, saison 1 (2)
Samedi 23/12 17:41 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
Doctor Who saison 8 épisode 4 - Listen
N'avez-vous jamais rêvé d'une créature sous votre lit, prête à vous attraper le pied quand vous le poserez par terre? N'avez-vous jamais eu l'impression d'être observé même quand vous étiez complètement seul? Le Docteur est convaincu que derrière cette crainte courante se cache une véritable créature, et invite Clara à élucider le mystère.

Ce n'est pas le premier épisode depuis Midnight à jouer sur l'angoisse, mais c'est sans doute le premier épisode depuis Midnight qui parvient à être réellement angoissant, à partir d'une peur particulièrement simple, celle du noir. Annoncé depuis au moins une semaine comme le meilleur épisode de Moffat, voire de Doctor Who depuis Blink, on promettait que Listen ferait très peur et que sa conclusion diviserait le fandom. Si l'épisode a effectivement des points communs avec Blink (des boucles temporelles et une menace aussi simple qu'effrayante) il est néanmoins un peu mensonger de le présenter comme une histoire de pure épouvante. Quant à la conclusion, si elle peut agacer les spectateurs qui trouvent déjà Clara un peu trop intrusive dans l'histoire du Docteur, elle ne propose finalement aucun bouleversement, ni même démythification du personnage (en tout cas pas plus et certainement beaucoup moins que ce que Davies proposait avec le Maître).

Listen peut être déstabilisant si on espère y trouver uniquement ce que laissait voir la bande-annonce. Si on a droit à deux séquences de tension réussies (celle dans la chambre de Rupert en particulier puis celle à la fin de l'univers) l'intrigue n'est pas à proprement parler consacrée à un monstre de la semaine dont la nature restera assez ambiguë bien que la conclusion de Clara apporte une réponse (sa réponse) mais plus aux différents personnages. On avance du côté de Clara et Danny malgré une première scène dont le mode Coupling était assez superflu, surtout après une séquence semblable dans Into the Dalek et on entrevoit assez bien vers quoi on tend, mais surtout, c'est encore le Docteur qui se trouve au centre de tout cela. Malgré son air abrupt, ce Docteur est peut-être celui qui laisse le plus entrevoir ses peurs, après tout, ne demande-t-il pas dès le premier épisode à ce que Clara ne l'abandonne pas? Cet épisode est finalement dans la continuité de cette évolution dans leur relation, qui change un peu des compagnes invitées pour tromper la solitude du Docteur ou parce qu'elles constituent un mystère à élucider.

Si les nombreux voyages dans le temps au sein de l'épisode peuvent faire craindre de perdre le fil, l'ensemble est en réalité assez simple (le TARDIS suit la ligne temporelle de Clara, liée à celle du Docteur) et ne présente pas d'incohérence concernant une séquence à un certain endroit ni les raisons pour laquelle Clara désire ne pas s'y attarder.

Listen n'est peut-être pas le meilleur épisode de tous les temps mais il fait néanmoins parti de ceux qui se détache du lot par leur caractère assez remarquable, au sein d'une saison pour l'instant assez agréable dans son équilibre entre les différents tons des histoires.
potion préparée par Zakath Nath, le Dimanche 14 Septembre 2014, 16:38bouillonnant dans le chaudron "Whoniverse".


Ingrédients :

  Persis
Persis
14-09-14
à 20:03

Je ne rate aucun de tes billets sur la nouvelle saison de Dr Who. J'aime tes analyses fouillées et percutantes. Si je n'ai pas encore mis des commentaires jusqu'à présent c'est qu'il me semblait qu'il n'y avait rien à ajouter.

Cet épisode ne m'a pas particulièrement angoissée. Il m'a rappelé un tour pendable que j'ai joué à ma petite sœur quand je devais avoir environ dix ou onze ans. Je me suis cachée en dessous de son lit et le l'ai attrapée par les pieds. Je ne te dis pas le hurlement ...

Donc, dans le genre effrayant, je me serais plutôt attendue à une réaction de panique de la part des victimes de la main sous le lit.

Ce quatrième épisode est bon, mais sans plus. Capaldi ne me convainc pas vraiment dans le rôle — il campe un Docteur trop effacé, il lui manque une certaine consistance — et cette fois, c'est Clara qui mène le jeu. D'ailleurs avant d'avoir lu ton billet, je ne me posais même pas la question de savoir s'il pouvait exister une autre explication que la sienne.

J'ai aimé la boucle temporelle. Par contre, je n'ai pas très bien ce que faisait Orson à cette fin de l'univers, puisqu'on en a vu une autre dans les précédentes saisons.

Au plaisir de te lire !

  Zakath-Nath
Zakath-Nath
14-09-14
à 21:04

Re:

Concernant la fin de l'univers, elle diffère de celle d'Utopia mais dans Utopia on n'était pas vraiment à une seconde avant la fin du monde: on voyait une poignée de survivants construisant une fusée pour atteindre une autre destination - où ils avaient le temps de connaître un sort peu enviable et il aurait été préférable que ce soit de suite la fin pour eux - des humains dégénérés dont on ne sait pas combien il leur reste à vivre dans leur situation: quelques jours, un mois le temps de s'entredévorer?. Donc là ça diffère un peu, le Docteur appelle cela la fin de l'Univers mais ça peut se dérouler un peu avant dans un endroit qui a disparu avant l'endroit où ils atterrissent dans Utopia c'est peut-être la fameuse Utopia après la disparition des toclafanes (même si c'est un peu trop lumineux). Je vois la fin de l'univers un peu comme quand on dit la fin de l'Antiquité ou du Moyen Âge, ces périodes ont bien fini par disparaître mais pas d'un seul coup au même endroit, donc les différences ne me choquent pas vraiment, malgré le nom donné on n'est pas forcément la même année, ni même sur la même planète.

Pour Capaldi, je ne pourrai être plus satisfaite de lui, je ne trouve pas qu'il manque de présence, il a tous les éléments qu'il faut pour le Docteur et on a déjà eu l'occasion d'en voir pas mal en quatre épisodes. Clara a de l'importance mais dès le départ les compagnons sont davantage au centre, ce n'est pas nouveau, le Docteur évolue bien sûr à leurs contacts mais c'est souvent la façon dont les compagnons sont affectés par lui qui est mis en avant (à la base, malgré le titre de la série on avait affaire à des aventures de groupes ou chacun avait un rôle assez typé, le Docteur changeant avec les régénérations ça a un peu modifié les rapports mais que le Docteur ne soit pas nécessairement au centre de l'intrigue et que le compagnon soit mis en avant n'est pas un signe d'inconsistance de la part de l'acteur ou du personnage. Là, Clara a un rôle de protectrice assez insistant depuis le début de la saison, mais c'est justement grâce à ce changement de Docteur, c'est quand même l'évolution de celui-ci qui pousse Clara à s'adapter. Je trouve justement intéressant d'avoir un Docteur aussi vulnérable et ayant ouvertement besoin de quelqu'un, ça le rend plus consistant que l'espèce de Dieu auquel on avait parfois affaire avec Ten et Eleven, du coup il soulève plus d'interrogation.

J'aime également qu'ils prennent cette fois leur temps pour lui donner ses "trucs" alors qu'avec Eleven on nous a imposer d'emblée son mot fétiche, son thème musical, son tournevis... Sans doute pour donner des repères rassurants au spectateur à cause des nombreux changements liés au départ simultané de Tennant et de l'équipe de Davies mais on nous imposait un peu une caractérisation d'entrée alors que les autres Docteurs mettaient plus de temps à se dévoiler et c'est ce qu'on retrouve avec Twelve. Il n'a pas encore de thème musical bien défini (pour Nine, le thème du Docteur semblait correspondre à Bad Wolf, pour Ten on a dû attendre la saison 4 pour le réentendre réorchestré, et c'était rare, avec Eleven c'était dès son premier épisode), pour le mot fétiche il fallait attendre l'avant-dernier épisode de la saison 2 pour que Ten dise son premier Allons-y et rien n'indiquait alors qu'il serait réutilisé (et tous les Docteurs n'ont pas ça, d'ailleurs), Ten n'a pas eu de TARDIS redécoré pour lui (sans doute parce qu'il n'y avait pas le budget pour tout refaire après seulement une saison, ils ont dû vouloir amortir), ni de tournevis personnalisé... Bref, je trouve que Twelve a droit à un traitement normal pour un Docteur, on le découvre peu à peu alors qu'Eleven était un peu trop livré clé en main et ça ne le rendait pas plus consistant, sans doute beaucoup moins mystérieux, finalement. Je trouve que c'est celui qui a le moins évolué pendant son existence malgré son coup de blues suite au départ des Pond et son existence largement plus étendue que celle de ses prédécesseurs.