Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
Un premier teaser pour HP7 (4)
Samedi 03/10 12:46 - Vous-ne-savez-pas-Qui
Maverick (2)
Dimanche 09/08 11:55 - Zakath-Nath
Lawrence d'Arabie (2)
Vendredi 31/07 22:05 - Zakath-Nath
Penny Dreadful: City of Angels, saison 1 (2)
Dimanche 05/07 19:07 - Zakath-Nath
Amour, Orgueil et Préjugés (1)
Jeudi 30/07 11:07 - Vous-ne-savez-pas-Qui
Into the Dark, saison 2 épisode 9: Good Boy (2)
Dimanche 21/06 21:04 - Zakath-Nath
Doctor Who, saison 12 épisode 5: Fugitive of the Judoon (4)
Samedi 14/03 17:12 - Zakath-Nath
Doctor Who, saison 12 épisode 4: Nikola Tesla's Night of Terror (4)
Samedi 14/03 16:50 - Zakath-Nath
Doctor Who, saison 12 épisode 8: The Haunting of Villa Diodati (3)
Dimanche 15/03 15:38 - Vert
Doctor Who, saison 12 épisode 3: Orphan 55 (4)
Mardi 21/01 11:06 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
Doctor Who, saison 12 épisode 3: Orphan 55
Le Docteur et sa bande ont gagné un petit séjour à Tranquility Spa, un hôtel de luxe dans un paysage paradisiaque... Bientôt attaqué par des créatures originaires de la planète, pourtant censée être inhabitée.

"Rien de telle qu'une Seigneuresse du Temps pour faire le ménage!" (pardon)

Durant la saison précédente, Ed Hime, nouveau venu sur la série, avait signé It Takes You Away, un épisode qui ne payait pas de mine au départ pour finalement proposer un concept un peu fou, de ceux qui avaient tant manqué depuis l'arrivée de Chris Chibnall aux commandes de Doctor Who. Cette nouvelle histoire va se révéler beaucoup moins originale. En fait, après Spyfall qui osait introduire un fil rouge pour le moins audacieux, on a ici une bonne grosse respiration avec une intrigue des plus traditionnelles où les héros espèrent passer du bon temps mais comme on n'est pas là pour regarder leurs films de vacances, ça va vite partir en sucette.

On nous présente donc une petite bande de vacanciers et d'employés bigarrés constituant le groupe qui va s'amenuiser au fil des attaques, un petit détail qui aura son importance pour la suite, et en TARDIS Simone! Dommage que dans le genre, on ait vu bien mieux. Le défaut majeur de cet épisode, ce sont ses personnages secondaires, qui peinent à être attachants et dont les réactions ne sont pas vraiment bien amenées. Évidemment, on a l'habitude de voir des personnages antipathiques qui se font dévorer ou non, des protagonnistes qui agissent bêtement dans la peur et empirent la situation, mais ici, ça ne parvient pas à passer, contrairement à d'autres épisodes du genre comme Midnight, Voyage of the Damned ou encore Flatline.

Difficile donc de se sentir concerné par la mission-sauvetage de Benni, de croire à la relation qui se noue entre Ryan et Bella ou de s'intéresser aux problèmes entre parents et enfants, et si les Dregs passent bien dans l'ombre, à l'air libre ils sont assez peu convaincants même si la série a offert bien pire. Le décor utilisé pour le Spa est en revanche bien choisi et n'est pas sans évoquer celui de Smile en saison 10, bien qu'on ne l'explore pas assez en détail, et pourtant qu'est-ce qu'on court dans ses couloirs, on est bien dans Doctor Who, pas de doute.

Le point mémorable d'Orphan 55 réside finalement dans la petite révélation à mi-parcours sur la planète-titre, qui se double d'un discours écolo d'actualité. Pour ma part, je ne l'ai pas vu venir et cela a contribué à raviver mon intérêt pour une intrigue qui paraissait jusque-là en pilotage automatique. On pourra toujours trouver que ça manque de finesse mais la série a pu dans le passé se montrer bien plus lourde dans sa manière de transmettre un message.

Tandis que Chris Chibnall a su monter en gamme pour ouvrir les réjouissances cette année, Ed Hime déçoit un peu en livrant un épisode standard et qui n'est pas honteux mais qui aurait été bien plus réussi avec des personnages secondaires mieux définis qui donnent envie de s'investir dans leurs problèmes personnels. Ce qui le rend plutôt moins attrayant que bon nombre d'épisodes tout aussi peu originaux mais qui bénéficiaient de seconds rôles solides.
potion préparée par Zakath Nath, le Dimanche 12 Janvier 2020, 22:59bouillonnant dans le chaudron "Whoniverse".


Ingrédients :

  Vert
19-01-20
à 15:11

Bon résumé, sur le coup j'ai pas passé un mauvais moment mais quand on revient dessus il ne reste pas grand chose. C'est dommage d'avoir raté à ce point les personnages secondaires, y'avait du potentiel pourtant.

  Zakath-Nath
Zakath-Nath
19-01-20
à 15:16

Re:

Oui, en fait cet épisode m'a rappelé quelque chose qui me gênait pas mal dans la saison précédente, au moins dans la première moitié et le final: on dirait qu'ils filment à partir d'un premier jet de script, on a l'histoire générale avec un début, un milieu et une fin, mais les dialogues, les transitions entre les scènes, les personnages, tout à l'air de ne pas avoir été assez retravaillé, du coup on comprend l'idée mais ça ne fonctionne pas vraiment.

  Campanita
Campanita
21-01-20
à 10:35

Sympa mais sans plus. Pris seul dans l'absolu, ça passe correctement, mais il y a tellement d'autres épisodes de cette série dans le même style mais qui font ça mieux. Celui-ci restera oubliable.

  Zakath-Nath
Zakath-Nath
21-01-20
à 11:06

Re:

Oui, pour le séjour touristique qui tourne mal, il vaut mieux ne pas comparer à Midnight et pour la vision déprimante de la déchéance de l'humanité, la fin de la saison 3 était bien plus marquante.