Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore

Potion précédente-Potion suivante
Doctor Strange
Stephen Strange, brillant mais arrogant neurochirurgien, voit sa vie prendre un tour tragique quand un accident le prive de l'usage de ses mains. Désespéré par une suite d'opérations et de séances de rééducation infructueuses, Strange se résout à partir pour Katmandou où il a entendu qu'un groupe mystérieux était capable de miracles en matière de guérison. Ce qu'il découvre va bien au-delà.

Je n'ai croisé le Docteur Strange qu'il y a fort longtemps dans un comic appartenant à mon oncle et dont l'édition française devait dater des années 80, autant dire qu'en dehors de son look et du fait qu'il faisait de la magie, je n'en savais pas grand chose. Le film a donc la charge de poser les bases pour les néophytes et le fait à travers une origins story dont le schéma général ne brille pas par son originalité, même sans avoir avalé des tonnes d'histoires de super-héros auparavant, ce qui est un peu dommage. Certes, du moment qu'elle est bien racontée, une histoire n'a pas forcément besoin d'une construction originale, mais on ne peut se défaire d'avoir un peu trop l'impression de savoir tout le temps où l'on va. Plus gênant, cela donne aussi le sentiment, encore une fois, de n'assister qu'à une introduction promettant davantage pour l'avenir maintenant que les bases sont posées et l'on doit donc se contenter d'un antagoniste peu marquant quand bien même on a engagé Mads Mikkelsen pour le jouer, ce qui laisse un goût d'occasion manquée.

Le film souffre également d'un humour pas toujours bien dosé. Quelques répliques font sourire, mais il est parfois malvenu, tentant inutilement de désamorcer des scènes dramatiques comme si on ne les assumait pas.

J'ai néanmoins passé un bon moment devant ce film. Tout d'abord, l'univers et la manifestation des pouvoirs des personnages permet d'en mettre plein la vue. On a souligné l'aspect Inception du chamboulement des décors, mais contrairement au film de Nolan où on nous faisait miroiter des possibilités infinies avant d'immédiatement en poser des limites, Doctor Strange exploite le potentiel offert, et ne rechigne pas à plonger dans le psychédélique (on aurait d'ailleurs peut-être pu aller encore plus loin).

De plus, le casting est plaisant bien que certains soient sous-exploités, comme Mikkelsen, donc, mais aussi Rachel McAdams, dont le statut d'urgentiste sert une fois mais qui n'a sinon pas grand chose à faire. Benedict Cumberbatch, en tout cas, colle parfaitement à son personnage bien que le rôle du génie arrogant de service ne doit pas trop le dépayser. Les seconds rôles se défendent bien mais il est dommage que bien que les bases soient posées au long du film, l'évolution de Mordo paraisse tout de même expédiée et exagérée.

La musique de Giacchino offre également quelques beaux passages et un thème accrocheur mais au long du film elle semble un peu noyée et guère mise en valeur.

Doctor Strange en met donc plein les mirettes et reste agréable à suivre mais il est dommage de constater qu'avec les perspectives ouvertes par les pouvoirs des personnages, la trame de l'histoire reste elle aussi linéaire et sage.
potion préparée par Zakath Nath, le Vendredi 11 Novembre 2016, 12:35bouillonnant dans le chaudron "Films".


Ingrédients :

  Campanita
Campanita
22-11-16
à 16:11

J'ai été le voir avec mon neveu qui est en pleine période Marvel, sinon, je ne suis pas trop films de super-héros (et j'ai tellement l'impression qu'on nous noie là-dessous en ce moment). Je commence à peine à comprendre ces histoires de Phase 3, mais si j'ai suivi, ce film servait avant-tout à présenter les origines d'un nouvel arrivant chez les Avengers, ce qui explique l'aspect formaté (et c'est dommage). Pour ma part, j'ai passé un bon moment malgré ça. Quant à BC, je me suis dit que refuser d'être un Seigneur du Temps pour finalement en arriver au personnage qui, parmi tous les super-héros existants, s'en rapproche le plus (et qui en plus es un docteur), c'était quand même assez ironique.

  Zakath-Nath
Zakath-Nath
22-11-16
à 16:31

Re:

Oui, je ne suis pas trop toute l'actualité Marvel et je ne suis pas du tout à jour des films mais c'est ce que j'avais cru comprendre. J'ai beaucoup aimé le personnage mais je ne sais pas si j'irais au cinéma pour le voir en second rôle.