Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
Un Long Voyage (2)
Dimanche 15/08 12:08 - Zakath-Nath
A Discovery of Witches, saison 2 (4)
Samedi 10/07 15:25 - Zakath-Nath
Split (1)
Samedi 17/07 11:44 - Vous-ne-savez-pas-Qui
Sans un bruit 2 (2)
Vendredi 25/06 11:06 - Zakath-Nath
The Mandalorian, saison 2 (2)
Jeudi 31/12 10:36 - Zakath-Nath
Maverick (2)
Dimanche 09/08 11:55 - Zakath-Nath
Lawrence d'Arabie (2)
Vendredi 31/07 22:05 - Zakath-Nath
Doctor Who, saison 12 épisode 5: Fugitive of the Judoon (4)
Samedi 14/03 17:12 - Zakath-Nath
Doctor Who, saison 12 épisode 4: Nikola Tesla's Night of Terror (4)
Samedi 14/03 16:50 - Zakath-Nath
Comparaison Harry Potter/Young Sherlock Holmes (11)
Dimanche 08/11 19:05 - Vous-ne-savez-pas-Qui

Potion précédente-Potion suivante
Britannia, saison 3
Aulus recherche toujours Cait et la visite d'une vieille connaissance, Hemple, pourrait constituer un atout dans sa quête ou une menace pour son autorité. La jeune celte, de son côté, croise la route de la reine déchue Antedia qui a réussi à regagner sa liberté et entend bien se venger de ceux qui ont tué son fils.

Discrètement mais sûrement, Britannia, ce mélange improbable de péplum, d'horreur et de comédie de stoner, est de retour pour une troisième saison. On retrouve un terrain familier ou aussi familier qu'il est possible dans le n'importe quoi à roulettes qu'est cette série. Revoilà donc l'ambitieux Aulus, dont on découvre à quel point il a pu aller loin déjà dans le passé pour obtenir le pouvoir, Cait qui doit prendre sa destinée d'Élue en main (pas très original certes, mais c'est Britannia donc le parcours lui-même est chaotique), Divis désormais contraint de former Phelan au druidisme parce que mettre deux losers ensemble devrait annuler la lose, je suppose, si elle ne la met pas au carré, Veran est toujours Veran et Antedia, quasiment absente la saison précédente, fait un grand retour bien jouissif. On aurait souhaité qu'elle passe plus de temps avec Cait avant que la bande ne s'agrandisse car le duo fonctionnait bien.

Parmi les nouveaux venus, une nouvelle venue de taille, Sophie Okonedo ,qui incarne une grande prêtresse d'un culte sanglant liée de très près à Aulus. Elle assure à elle seule une bonne partie du quota horrifique de la saison tandis que Veran s'est légèrement assagi, encore qu'il va mener une attaque transformé en arbre (enfin pas exactement mais un peu quand même. C'est Britannia). Tous ne sont pas aussi mémorable, comme Rayne qui vient s'associer à la bande de Cait et qui se fait presque voler la vedette par sa comparse mutique armée d'une proto-arbalète. Oh, nouvelle venue aussi, la chanson du générique, on abandonne Donovan pour T-Rex avec Children of the Revelution et ça fonctionne tout aussi bien.

Les huit épisodes nous conduisent à une dernière minute qui rebat largement les cartes en cas d'une éventuelle quatrième saison, sans laquelle on devrait donc se contenter d'une fin en forme de grosse claque avant le baisser de rideau. Pour y arriver cependant, on n'a pas l'impression qu'il s'est passé tant de choses que cela. Il y a eu quelques révélations, les personnages ne sont pas pour la plupart là où on les avait laissé en début de saison, il y a moins de digressions d'ailleurs que dans les précédentes, on ne s'ennuie pas et pourtant, reste l'impression bizarre qu'on n'a pas tant avancé globalement, hormis au moment de la conclusion.

Peut-être est-ce dû au ton de la série: malgré les séparations brutales, les tueries, les rituels glauques, les personnages sont souvent tellement décalés, parfois si flegmatiques et détachés, réagissant par un "oh" de moins en moins étonné à une catastrophe qu'on suit l'action comme eux, en planant légèrement. Cait est l'une des rares à avoir encore des réactions humaines et rationnelles face à ce qui l'entoure, la plupart du temps en tout cas. C'est ce qui fait la spécificité et le charme de la série et permet d'accepter pas mal d'absurdités qui seraient rédhibitoires chez des consœurs plus aux premier degré (comme The Bastard Exacutioner par exemple, largement aussi nawak mais avec un sérieux si papal que c'en était crispant). Néanmoins, on se dit que le tout gagnerait parfois, malgré tout, à être un peu plus direct ou rigoureux.

C'est toutefois avec plaisir qu'on revient une fois tous les deux ans à cet OVNI télévisuel, une incongruité qui continue sa route sans qu'on comprenne vraiment comment c'est possible, comment producteurs et diffuseurs continuent de marcher et de laisser les scénaristes continuer gentiment leur délire. Tant que ça marche en tout cas, on ne va pas se priver.
potion préparée par Zakath Nath, le Dimanche 29 Août 2021, 11:21bouillonnant dans le chaudron "Séries tv".