Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, saison 2 (2)
Lundi 30/04 18:01 - Zakath-Nath
La Partie de Chasse (2)
Mardi 13/02 14:02 - Zakath-Nath
La Nuit de la Louve (2)
Dimanche 21/01 12:47 - Zakath-Nath
La Louve et l'Enfant (2)
Jeudi 11/01 11:23 - Zakath-Nath
Doctor Who Christmas Special 2017: Twice Upon a Time (2)
Jeudi 04/01 17:37 - Zakath-Nath
Doctor Strange (4)
Lundi 01/01 12:33 - Zakath-Nath
Déracinée (2)
Mercredi 03/01 18:53 - Zakath-Nath
Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi (2)
Samedi 23/12 18:42 - Zakath-Nath
The OA, saison 1 (2)
Samedi 23/12 17:41 - Zakath-Nath
The Shannara Chronicles, saison 2 (2)
Lundi 27/11 22:21 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
Blackadder, saison 4: Blackadder goes forth
1917. Alors que le maréchal Haig met sur pied une attaque qui portera un coup fatal à l'armée allemande, le capitaine Edmund Blackadder ne rêve que de s'éloigner du front, ou en plus des balles et des obus ennemis, il doit supporter la compagnie de ses subordonnés stupides, le soldat S. Baldrick et le lieutenant George Colthurst St Barleigh, et ne pas s'attirer les foudres du général Melchett.

Chaque nouvelle saison de Blackadder a une ambiance propre et cette dernière, située pendant la Grande Guerre, ne fait pas exception. Bien sûr, on retrouve tous les éléments marquants de la série, que ce soit les répliques délicieusement sarcastiques ou les gags au-dessous de la ceinture. Mais le ton est un peu différent. Du côté des personnages principaux, on est en terrain familier. Blackadder n'est toujours pas gentil, il méprise copieusement tout le monde, mais dans cette saison, il pense avant tout à sauver sa peau plutôt qu'à s'enrichir ou prendre le pouvoir. Baldrick de son côté, est dans la lignée des deux saisons précédentes. Stephen Fry reprend le rôle d'un Melchett, aussi gueulard que son Wellington et offre une belle caricature de baderne incompétente. Dans le rôle de George, Hugh Laurie est délicieux de bêtise enthousiaste et semble préparer le terrain pour son rôle de Bertie Wooster. Le plus intéressant est le rôle échu à Tim McInnerny. Celui-ci n'avait pas souhaité reprendre son rôle de Lord Percy après la saison 2, ne souhaitant pas être catalogué, mais redevient un régulier après une courte apparition en saison 3. le rôle du gentil crétin étant revenu à Laurie, McInnerny joue un certain capitaine Darling, qui est ici un rival de Blackadder, un planqué qui veille à ce que son ennemi, de son côté, ne se défile pas face aux ordres. On a également droit aux apparitions de quelques visages familiers, comme Miranda Richardson et quelques figures historiques sont revisités (le Baron Rouge et le maréchal Haig).

Même si on rit beaucoup, il y a cependant dès le début un petit arrière-goût amer. La série a toujours fait dans l'humour noir, mais c'est une chose de montrer une Elizabeth Ière invraisemblablement puérile, tyrannique et capricieuse, une autre de voir des généraux au chaud dans des bureaux luxueux laisser mariner des troufions dans des tranchées avant de les envoyer se faire massacrer dans des missions idiotes. Même si le personnage de Melchett est totalement over-the-top, on pointe tout de même du doigt des comportements qui ont un peu plus de prises sur la réalité, et c'est accentué par le fait qu'on arrive à une période plus récente.

Le dernier épisode est d'ailleurs assez remarquable. S'il commence de façon assez classique, plus on avance, plus le ton est grave. George, jusque-là totalement inconscient des réalités de la guerre, confie sa peur après avoir réalisé que tous ses camarades de Cambridge ont été tué, le capitaine Darling, qui cirait les pompes de Melchett pour conserver une place confortable à l'arrière du front est sacrifié par celui-ci sans arrière-pensée, et Blackadder, après avoir tout fait pour fuir, finit par accepter son destin et abandonne ses habituels sarcasmes. Tout cela sans tomber dans un pathos exagéré. Si les précédents massacres de fin de saison prêtaient à rire, ici, il n'en est absolument rien, et même si la Première Guerre Mondiale est revisitée de façon délirante, ce n'est pas fait de façon irrespectueuse vis-à-vis de ceux qui y sont restés.

La série se clôt donc de belle manière, ou pas tout à fait, car s'il s'agit de la dernière saison, on a encore quelques spéciaux pour prolonger le plaisir.
potion préparée par Zakath Nath, le Jeudi 4 Octobre 2012, 20:17bouillonnant dans le chaudron "Séries tv".