Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, saison 2 (2)
Lundi 30/04 18:01 - Zakath-Nath
La Partie de Chasse (2)
Mardi 13/02 14:02 - Zakath-Nath
La Nuit de la Louve (2)
Dimanche 21/01 12:47 - Zakath-Nath
La Louve et l'Enfant (2)
Jeudi 11/01 11:23 - Zakath-Nath
Doctor Who Christmas Special 2017: Twice Upon a Time (2)
Jeudi 04/01 17:37 - Zakath-Nath
Doctor Strange (4)
Lundi 01/01 12:33 - Zakath-Nath
Déracinée (2)
Mercredi 03/01 18:53 - Zakath-Nath
Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi (2)
Samedi 23/12 18:42 - Zakath-Nath
The OA, saison 1 (2)
Samedi 23/12 17:41 - Zakath-Nath
The Shannara Chronicles, saison 2 (2)
Lundi 27/11 22:21 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
Beowulf: Return to the Shieldlands saison 1
Beowulf retourne à Herot à la mort du Jarl Hrothgar, qui l'a élevé. Cette arrivée n'est pas pour réjouir Sleane et Rheda, le fils et la veuve de Hrothgar. Alors que les différents thanes se disputent le pouvoir, des créatures mystérieuses apparaissent sur le devant de la scène.

Au moins chaque année, elle est là. La série où rien ne semble fonctionner. Réussir une bonne série, ou un bon film, c'est compliqué, c'est un fait. Il y a tellement de paramètres à gérer qu'il n'est pas étonnant qu'à au moins un niveau ça foire et que le coup soit difficile à rattraper. Mais il y a aussi des fois où devant le résultat, on ne peut s'empêcher de se demander comment certaines choses ont pu passer. Comment qui que ce soit a pu se dire, à un moment: "oui, c'est une bonne idée" et que pas une voix ne se soit élevée pour dire "euh, vraiment?". Dans le cas de Beowulf ce n'est pas le fait de revisiter cette légende en lorgnant du côté d'un Game of Thrones plus grand public qui pose problème. Ça aurait pu marcher. Non, il suffit de voir les coiffures d'une bonne partie des personnages pour se dire d'entrée que ça ne va pas le faire. Florilège:

Elliot Cowan, qui arrive presque à rivaliser avec le Vercingétorix de Christophe Lambert.

Avec ce nouveau transfert de la saison, l'équipe de foot de Herot mise sur la jeunesse

Attention toutefois à ne pas subir le même sort que cette recrue à qui on avait promis d'entrée une grande carrière et qui vivote depuis en seconde division malgré quelques apparitions dans des clubs plus prestigieux comme le FC Wolf Hall ou l'Olympique de Downton Abbey

Si le reste était à l'avenant, au moins aurait-on pu caresser l'espoir de contempler une vraie série nanarde. Ce n'est pourtant pas le cas. Au niveau du budget, les effets spéciaux sont généralement honorables. Si le look des changeurs de peaux est trop lisse pour convaincre, les trolls et Grendel sont en revanche assez réussis, tout comme les ruines titanesques laissées par une ancienne civilisation. Dès qu'on se penche sur les humains, c'est beaucoup plus cheap. Le manque de figurants se fait cruellement sentir dans certaines scènes et en dehors du grand hall d'Herot, les habitations sont miséreuses et donnent l'impression que les clans n'ont droit qu'à deux options: des cabanes sur une plage façon clodos dans Kaamelott ou dans une carrière abandonnée façon extra-terrestres dans un épisode de Doctor Who des années 70. On aurait pu s'y retrouver si la pauvreté avait été assumée: après tout, les clans n'étaient pas forcément riches et importants et leur survie d'autant plus précaire. Hélas, au lieu de jouer la carte du primitif, on sort les costumes colorés et synthétiques, ce qui met surtout en valeur que ce ne sont pas les personnages qui manquent de moyens mais bien les créateurs de la série.

Problème supplémentaire, le rythme est très mou et il est donc difficile de se passionner pour les intrigues. On sent que les scénaristes ont cherché à faire un effort sur les personnages: Sleane aurait pu se contenter d'être le mauvais fils pourri gâté jaloux du héros, mais il est bien plus complexe et parfois même plus sympathique que le fade Beowulf. Pareil pour Breca, a priori le bon copain rigolo mais finalement pas si proche du personnage principal et au passé peu glorieux. Hélas, cela ne suffit pas à maintenir l'intérêt d'une série qui ne joue ni la carte du familial rigolo à la Merlin, ce qui inclinerait à l'indulgence sur certaines facilités, ni du côté impitoyable d'un Game of Thrones. Il y a pourtant largement la place pour qu'un programme se situe entre les deux, mais Beowulf n'y arrive tout simplement pas et on ne sait pas trop à qui elle est destinée, à la fois trop sérieuse et trop simpliste. Au moins, en jouant la carte du grand public on évite le racolage et cela reste toujours plus agréable à regarder que The Bastard Executioner

Côté casting, en dépit d'un William Hurt fantomatique dans tous les sens du terme en Hrothgar, il n'y a pas de quoi se relever la nuit malgré quelques noms que j'aime bien tels Edward Hogg ou Joanne Whalley. Kieran Bew dans le rôle principal manque de charisme et n'est pas aidé par son personnage: un bon guerrier mais pas non plus exceptionnel au point d'en être légendaire, mais trop lisse pour qu'explorer l'individu derrière le mythe soit intéressant. On note aussi la présence d'un autre ancien de Da Vinci's Demons, Elliot Cowan, et ce n'est pas avec cela qu'il va remonter dans mon estime (pourtant j'avais bien aimé son Darcy). Impossible de prendre ce personnage au sérieux ou de comprendre son point de vue malgré certains efforts pour le mettre en valeur (dont une scène étrange où il pêche des espèces de piranhas). À cette exception près et hors considérations capillaires, la distribution ne se couvre pas trop de ridicule mais il vaut mieux qu'on ne se souvienne pas d'eux pour ce programme et qu'on leur donne vite l'occasion de jouer dans quelque chose de plus réussi.

Attendez, on dit chef de clan parce qu'il faut dire quelque chose, hein ! Mais Conran, il doit y avoir trois cahutes sur la plage, ils sont une dizaine à tout casser, et c'est tous des clodos, alors...

Décidément, ITV semble avoir un peu de mal cette année à proposer des programmes convaincants ou à savoir comment les mettre en valeur (par exemple,pourquoi cantonner The Frankenstein's Chronicles sur ITV Encore, à la base destinée aux rediffusions, quand les moyens et la tête d'affiche pouvait laisser supposer qu'elle aurait droit à ITV1?). Ce n'est pas avec ce Beowulf que la barre va être redressée, ce qui est dommage parce que le principe de lancer plusieurs séries sur le thème des mythes littéraires britanniques revisités n'était pas mauvaise, mais Return to the Shieldlands s'avère bien faible et une saison 2 remontant le niveau est très peu probable.
potion préparée par Zakath Nath, le Mercredi 23 Mars 2016, 15:45bouillonnant dans le chaudron "Fantasy".


Ingrédients :

  Yoda Bor
04-04-16
à 11:22

C'est vrai qu'entre les coiffures, les fringues (le boa en fourrure fluo reste encore imprimé dans ma rétine XD ) et les décors (trois cabanes au bord de la plage), cette série aura réussi à ressembler à rien :D

  Zakath-Nath
Zakath-Nath
04-04-16
à 12:18

Re:

Oui, le boa, on y avait aussi droit dans la saison 2 de Salem même s'il faisait moins mité. Je veux bien que le budget ne soit pas luxueux mais on ne va pas me faire croire qu'on ne peut pas trouver quelque chose comme une fausse étole en renard ou une bestiole comme ça à bas pris s'il faut absolument que le personnage se trimballe avec quelque chose pour montrer son rang social.