Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore

Potion précédente-Potion suivante
Assassin's Fate
--> Fitz and the Fool 3
Fitz a juré de se venger des ravisseurs de sa fille, sans savoir que celle-ci est toujours vivante et entre les mains de Dwalia. Pour voyager jusqu'à Clerres, l'assassin et le Fou vont s'en remettre à de vieux amis de ce dernier.

Assassin's Fate vient conclure un cycle, ou plutôt une série de cycles, démarré il y a plus de vingt ans de cela par Robin Hobb, et à peine moins par la lectrice que je suis. Bien que l'auteure et son univers de figurent plus forcément à mes yeux comme le summum de ce que la fantasy peut proposer, rien que pour cela, ce tome revêt une certaine importance malgré ses défauts.

Des défauts, il y en a, à commencer par le personnage du Fou qui épuise les réserves de patience qu'on peut avoir à son égard en n'en faisant qu'à sa tête (ou ce qu'il interprète comme sa destinée), et en mettant ses amis devant le fait accompli, sans se soucier des conséquences pour eux. Il était plaisant de voir converger tous les personnages des précédents cycles pour un dernier baroud d'honneur, mais finalement l'équilibre trouvé à la fin des Aventuriers de la Mer est brisé par un acte du Fou. On peut comprendre évidemment le besoin de libérer les dragons transformés en Vivenefs, mais la façon dont cela se passe laisse à désirer. De plus, alors que The Farseer Trilogy et The Liveships Traders présentaient des enjeux simples et compréhensibles (se sauver soi, sauver ses proches, sauver son peuple...), tout le mobile derrière les actions du Fou se résume finalement à faire revenir les dragons dans le monde, sans qu'il ait l'air de se demander une seule fois si c'est une bonne chose pour le monde en question.

Néanmoins, la réaction de Bee quand elle rencontre enfin le Fou illustre bien les griefs que l'on peut ressentir face à ce personnage et il est donc tout à fait possible que ce soit volontaire de la part de Robin Hobb de mettre en avant le côté malsain de sa relation avec Fitz.

Enfin, la fin où l'on revient dans un lieu important de la trilogie originelle pour renouer avec une idée évoquée à la fin de celle-ci parvient à émouvoir. Qu'importe l'agacement que certains personnages ont pu provoquer et les longueurs pour arriver à ce point, ce n'est pas sans un pincement au cœur qu'on dit enfin adieu à ce Calimero de Fitz après l'avoir suivi pendant des années.
potion préparée par Zakath Nath, le Mardi 24 Avril 2018, 14:31bouillonnant dans le chaudron "Fantasy".