Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
House of the Dragon, saison 1 épisode 9: The Green Council (2)
Vendredi 21/10 12:03 - Zakath-Nath
Dracula (1)
Vendredi 21/10 11:26 - ariannememphis
The Goes Wrong Show, saison 2 (2)
Jeudi 15/09 19:05 - Zakath-Nath
Call Me by Your Name (2)
Dimanche 21/08 09:12 - Zakath-Nath
Carnivàle - La Caravane de l'Étrange, saison 1 (1)
Samedi 20/08 22:04 - Yoda Bor
La Quête de Saint Camber (2)
Dimanche 05/06 11:14 - Zakath-Nath
Le 14e Docteur arrive! (2)
Lundi 09/05 18:56 - Zakath-Nath
Hermione Granger (28)
Lundi 20/06 07:39 - Emma
Les Maîtres Enlumineurs (2)
Dimanche 13/02 10:14 - Zakath-Nath
La Roue du Temps, saison 1 (2)
Dimanche 09/01 20:55 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
Yojimbo - Le Garde du Corps
Un samouraï solitaire se faisant appeler Sanjuro arrive dans un village, où deux clans s'affrontent. Le premier, dirigé par Seibei, est allié au maire sans autorité des lieux tandis que le second, mené par Ushitora, a le soutien du marchand de saké qui se voit bien prendre la place du maire. Sanjuro manipule les deux bandes pour pousser ses membres à s'entretuer.

Réalisé au début des années 60 par le légendaire Akira Kurosawa, Yojimbo témoigne du chemin que peuvent prendre inspiration et influences à travers les continents, les cultures et le temps. En effet, l'histoire de ce samouraï au nom douteux venu restaurer l'ordre dans un village perdu à la fin du XIXe siècle se basait, à en croire le réalisateur, sur La Clé de Verre de Dashiell Hammett bien que les ressemblances soient plus flagrantes avec Moisson rouge du même auteur où un détective anonyme allait instaurer la paix des cimetières dans une ville américaine au temps de la Prohibition. Sergio Leone réalisera peu de temps après avec Pour une poignée de dollars un remake en transposant l'intrigue à la frontière entre les États-Unis et le Mexique, lançant les vrais débuts du western italien qui aura une influence sur le cinéma américain dans les années qui suivront, et dans les années 90, Walter Hill signera un nouveau remake avec Dernier Recours avec pour toile de fond les États-Unis de la Prohibition, la boucle est bouclée.

Tout ceci est évidemment fascinant mais le film vaut, sans surprise vu son auteur, plus que d'être le maillon d'une chaîne de créativité et d'échanges culturels, encore que ce ne soit pas à négliger. L'histoire de base a donc fait ses preuves, avec un justicier solitaire rude mais qui s'appuie sur des principes et qui utilise aussi bien la ruse que son habileté au combat pour libérer de pauvres villageois du joug de deux gangs rivaux. Dans le rôle principal, Toshiro Mifune transpire la classe, observant ses adversaires avec nonchalance et une distance amusée au départ puis de plus en plus de sérieux alors que l'on découvre qu'il prend à cœur l'objectif qu'il s'est fixé, prend des risques pour réunir une famille et passe bien près d'y perdre la vie mais gagne en échange la confiance et l'assistance de l'aubergiste du coin.

Le décor du village, désolé et battu par les vents est fort réussi (difficile de ne pas penser au western, et de trouver le lien évident même si c'est facile avec Pour une poignée de dollars en tête, aux plans très voisins). Les seconds rôles ont tous de bonnes gueules mais Tatsuya Nakadai se détache du lot en frère d'un des caïds muni d'un colt aussi bien que d'un sabre.

Le scénario, plus étoffé en personnages que son remake italien, montre la corruption qui pouvait régner dans des localités isolées, avec des riches commerçants s'affrontant par l'entremise de bandes criminelles et où les représentants gouvernementaux de passage ne vont pas chercher très loin du moment que les rues sont paisibles à leur arrivée et que les notables n'oublient pas de leur transmettre une petite somme à l'heure du repas. On voit également l'impact d'un tel régime sur les habitants, pas seulement ceux terrifiés par les gangs mais aussi les plus jeunes et influençables qui le rejoignent au travers du jeune paysan croisé par Sanjuro au début du film qui abandonne sa famille en s'imaginant mener une vie aventureuse et plus faste aux côtés d'Ushitora, pour revenir brutalement à la réalité dans la bataille finale.

On peut néanmoins, dans la deuxième partie, regretter un petit aspect répétitif au travers de deux échanges de prisonniers successifs et l'intrigue de la femme séquestrée et séparée de son fils arrive un peu sans avertissement, de ce côté-ci la version de Leone amenait mieux cette sous-intrigue. Il ne s'agit cela dit que de peccadilles au sein d'un récit qui ne s'essouffle guère.

Yojimbo vaut donc le coup d'être découvert et pas seulement par curiosité si l'on connait déjà un de ses remakes. Toshiro Mifune et Akira Kurosawa se réuniront du reste un an plus tard pour une nouvelle aventure de Sanjuro, dans un film intitulé, eh bien, Sanjuro.
potion préparée par Zakath Nath, le Dimanche 25 Septembre 2022, 22:03bouillonnant dans le chaudron "Films".