Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, saison 2 (2)
Lundi 30/04 18:01 - Zakath-Nath
La Partie de Chasse (2)
Mardi 13/02 14:02 - Zakath-Nath
La Nuit de la Louve (2)
Dimanche 21/01 12:47 - Zakath-Nath
La Louve et l'Enfant (2)
Jeudi 11/01 11:23 - Zakath-Nath
Doctor Who Christmas Special 2017: Twice Upon a Time (2)
Jeudi 04/01 17:37 - Zakath-Nath
Doctor Strange (4)
Lundi 01/01 12:33 - Zakath-Nath
Déracinée (2)
Mercredi 03/01 18:53 - Zakath-Nath
Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi (2)
Samedi 23/12 18:42 - Zakath-Nath
The OA, saison 1 (2)
Samedi 23/12 17:41 - Zakath-Nath
The Shannara Chronicles, saison 2 (2)
Lundi 27/11 22:21 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
Versailles, saison 1
Désireux de s'éloigner de Paris et de consolider son autorité sur les nobles, le jeune Louis XIV décide de s'installer à Versailles et de développer sa demeure en un palais d'une splendeur inégalée.

Je ne pensais pas regarder cette série, en me basant sur la campagne publicitaire aperçue dans les rues ou le métro, avec ce Louis XIV apparemment élémentaliste spé feu (parce que Roi Soleil, tout ça tout ça). J'avoue que c'est la présence d'Alexander Vlahos dans le rôle de Monsieur, frère du roi, qui m'a convaincue de lui laisser sa chance, car le jeune homme avait déjà su tirer son épingle du jeu en Mordred dans l'ultime saison de Merlin. Au bout de cette première saison de 10 épisodes, je n'ai pas passé un mauvais moment (ce n'est clairement pas The Bastard Executioner) mais elle se classe dans la catégorie "séries que je regarde pour les beaux yeux d'un acteur, parce que sinon...".

Comme avec Borgia, chapeautée par Tom Fontana, la chaîne cryptée a fait appel à des scénaristes expérimentés, Simon Mirren et David Wolstencroft, mais plus rompus à l'exercice des séries d'espionnage ou policières. Un choix pas forcément idiot pour une série faisant la part belle aux complots et aux tractations entre différentes nations mais qui pour l'instant n'est pas très convaincant.

Le premier épisode expose très maladroitement les personnages, le ton et les enjeux. La série à vocation a s'exporter, ce qui implique un casting international mais aussi de faire comprendre la situation politique à des spectateurs qui ne sont pas familiers avec l'Histoire de France. On s'y prend de la manière à éviter, à savoir expliquer la conjoncture comme à un enfant de cinq ans à un personnage qui ne peut pas être ignorant. La version Showtime des Borgias usait d'un procédé classique mais simple pour faire un point sur l'Italie de l'époque: Rodrigo faisait la leçon à son jeune fils, carte à l'appui, et le spectateur en profitait. Pas de cela ici. La réalisation est assez esthétisante et la bande-son électro, partis-pris qui ont leurs fans mais qui ne sont pas originaux et contribuent à l'aspect très artificiel de la série, qui malgré les scènes de sexe et les meurtres, reste assez lisse et propre (on est loin des outrances délirantes de Borgia).

Enfin, ce pilote s'achève sur une image qui pourra se faire étrangler pas mal de spectateurs. Renseignement pris, les scénaristes n'ont pas totalement déjanté mais se basent sur un mélange de deux histoires ayant donné lieu à une légende urbaine à peu près aussi sérieuse que celle du Masque de Fer jumeau de Louis, mais ce n'est pas pour mettre en confiance.

Heureusement, la suite relève peu à peu le niveau. Si le complot n'est pas des plus passionnants, il se laisse suivre et donne lieu à quelques retournements de situation bienvenus. Les acteurs s'en sortent bien même si je réserve mon jugement pour George Blagden dans le rôle principal. Pas mauvais, mais pas assez imposant et transpirant l'autorité. Peut-être est-ce un choix d'interprétation pour permettre une évolution, aussi n'ai-je pas encore d'avis définitif. Encore une fois, Vlahos émerge du lot, bénéficiant d'un rôle intéressant, car on échappe au Philippe d’Orléans caricature de grande folle souvent servie pour se concentrer sur ses rapports complexes avec son frère. Stuart Bowman dans le rôle de Bontemps assure également.

Je m'attendais dans le meilleur des cas, à une série du niveau des Tudors, avec un rythme assez mou et un casting de beaux jeunes gens (même la reine est belle et mince), mais Versailles ne se hisse pour l'instant même pas à cette hauteur. Ce n'est pas non plus un ratage total, il y a parfois de beaux plans, des scènes qui fonctionnent et une distribution loin de se couvrir de honte mais le traitement est loin d'être à la hauteur de son passionnant sujet.
potion préparée par Zakath Nath, le Mardi 15 Décembre 2015, 12:50bouillonnant dans le chaudron "Séries tv".