Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
House of the Dragon, saison 1 épisode 9: The Green Council (2)
Vendredi 21/10 12:03 - Zakath-Nath
Dracula (1)
Vendredi 21/10 11:26 - ariannememphis
The Goes Wrong Show, saison 2 (2)
Jeudi 15/09 19:05 - Zakath-Nath
Call Me by Your Name (2)
Dimanche 21/08 09:12 - Zakath-Nath
Carnivàle - La Caravane de l'Étrange, saison 1 (1)
Samedi 20/08 22:04 - Yoda Bor
La Quête de Saint Camber (2)
Dimanche 05/06 11:14 - Zakath-Nath
Le 14e Docteur arrive! (2)
Lundi 09/05 18:56 - Zakath-Nath
Hermione Granger (28)
Lundi 20/06 07:39 - Emma
Les Maîtres Enlumineurs (2)
Dimanche 13/02 10:14 - Zakath-Nath
La Roue du Temps, saison 1 (2)
Dimanche 09/01 20:55 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
Trauma
Ben et Marian Rolf vont avec leur fils Davy et Elizabeth, la tante de Ben, passer l'été dans une superbe demeure campagnarde louée pour une très modique somme par un frère et une sœur âgés et excentriques. Mrs Allardyce, leur mère, restera sur place mais cloitrée dans ses appartements, elle ne les dérangera pas. Le séjour commence bien mais rapidement la maison semble avoir un effet dévastateur sur ses occupants.

Comme le roman de Robert Marasco (Burnt Offerings, sorti en France dans la défunte collection Pocket Terreur sous le titre Notre vénérée chérie) dont il est l'adaptation, ce film de Dan Curtis a probablement souffert d'être éclipsé par le roman puis le film Shining, sortis quelques années après et qui abritent de nombreux points communs, notamment avec un point de départ similaire. Trauma n'est pas exactement un film de maisons hantées (on ne verra pas d'apparition spectrale à proprement parler) mais appartient néanmoins à la tradition des maisons maléfiques: la demeure des Allardyce se régénère en absorbant l'essence vitale de ses locataires.

Cette progression de la résurrection de la maison alors que la famille Rolf se désintègre est une des réussites du film: l'évolution du décor est tout d'abord imperceptible, faite de détails (une ampoule grillée qui remarche, ce que l'on pourrait mettre sur le compte d'un faux contact si on ne savait pas déjà quel type de film on regarde) puis de plus en plus évidente, au point de ne plus pouvoir être ignorée par ses habitants.

Ceux-ci sont interprétés par un excellent casting: ce n'est probablement pas le rôle le plus mémorable de Bette Davis, qui ne tenait pas le film dans son cœur, mais elle est excellente en vieille dame qui arrive pleine de vitalité pour tomber en décrépitude sous les effets nocifs de la baraque. Oliver Reed est tout aussi solide en père de famille tranquille qui va être mis à rude épreuve, tour à tour "incité" à noyer son fils et conscient du danger qui plane. Difficile de ne pas penser à Jack Torrance bien que le personnage de Ben ne soit pas le plus atteint de la famille, et Reed ne donne pas, contrairement à Jack Nicholson, l'impression d'être cinglé d'entrée de jeu (alors qu'il en aurait été capable). Karen Black est également convaincante dans le rôle de Marian, finalement la plus vulnérable et qui va vite devenir obsédée par le bien-être de leur nouveau logis. Quant à Lee Montgomery dans le rôle du jeune fils, il est lui aussi plus que correct.

Dan Curtis, en revanche, n'est pas Stanley Kubrick et on ne percevra pas forcément quelque chose de très remarquable dans sa mise en scène. Le rythme est lent, surtout au début, ce qui est compréhensible pour une histoire où le mal progresse de manière insidieuse, et il y a des séquences marquantes (la scène de la piscine, les apparitions cauchemardesques du chauffeur de corbillard) mais il est dommage que la fin du film diffère du livre (dans la manière et non dans le résultat) pour donner un aspect plus spectaculaire à la conclusion, mais pas nécessairement plus effrayant (la rémission des personnages parait peu crédible avant la rechute brutale de l'un d'eux).

Malgré ce bémol, Trauma reste un petit classique de l'épouvante et, sorti directement en vidéo en France, mérite d'être redécouvert (il est sorti récemment dans un joli combo dvd-blu-ray-livret, ça tombe bien).
potion préparée par Zakath Nath, le Dimanche 10 Novembre 2019, 14:05bouillonnant dans le chaudron "Films".