Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore

Potion précédente-Potion suivante
Tom Brown's schooldays
Le jeune Tom Brown est envoyé dans un pensionnat par son père. Là, sous la direction du sage Mr Arnold, il se fera de précieux amis et tiendra bon face aux brutes de tout poil.

Ce roman de Thomas Hughes écrit au XIXe siècle est un classique de la littérature britannique et a inspiré pas mal de monde dans le genre du roman de pensionnats, ainsi que George MacDonald Fraser pour son personnage de Flashman, à l'origine la brute qui donne du fil à retordre à Tom Brown et dont il a fait un anti-héros d'une série de romans.

Mais comme cela arrive quelques fois, un roman peut avoir une importance dans la littérature pour son influence, pour sa pertinence à l'époque de sa sortie, mais ne pas bien vieillir. À la lecture de ce livre, c'est l'impression que j'ai eu. Le personnage principal est tout ce qu'on sent que l'auteur pense qu'un héros devrait être: courageux, fidèle en amitié, dissipé mais doté d'une bonne nature, ne cherchant pas la bagarre mais ne se défilant pas quand elle est nécessaire, et sensible à l'influence positive d'un ami plus réfléchi. On doit patienter un moment avant de le voir arriver à l'école et le fameux Flashman n'a finalement qu'un rôle très réduit, difficile même de succomber au syndrome du bad boy.

Certains personnages secondaires comme Diggs ou Martin ont une excentricité qui les rendent attachants mais on ne les voit que très peu.

Surtout, le but avoué de l'auteur était moins de divertir ses lecteurs que dans faire de bons hommes, de bons Anglais, et de bons chrétiens. N'appartenant à aucune de ses catégories, autant dire que je ne me suis pas senties très concernée par les parties préchi-précha, et le reste des péripéties n'étaient pas étourdissantes. Je préfèrerais plutôt relire les bouquins d'Anthony Buckeridge.
potion préparée par Zakath Nath, le Dimanche 6 Septembre 2015, 14:02bouillonnant dans le chaudron "Littérature".