Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore

Potion précédente-Potion suivante
The Rain, saison 2
Simone, son frère et ses amis fuient l'organisation Apollon et parviennent à une base où des scientifiques pourraient avoir le remède permettant de vaincre le virus dont est porteur Rasmus. Le premier essai tourne mal, et le garçon se révèle aussi dangereux que précieux.

La première saison de The Rain, série danoise de Netflix, proposait une idée séduisante: elle se déroulait encore une fois dans un univers post-apocalyptique après qu'un virus ait décimé la population, mais le danger principal était la pluie porteuse de la maladie, aussi le moindre crachin pouvait se révéler fatal... Hélas, dès le premier épisode, les incohérences s'accumulaient: comment, si la pluie est mortelle, le mal peut-il être circonscrit au Danemark? On a une explication plus tard, la pluie ne présentait plus de danger depuis les premières averses (maintenant qu'on le sait, il ne tombera pas une goutte en saison 2) mais comment personne ne s'en est rendu compte plus tôt en six ans? Le comportement des personnages variaient d'une scène sur l'autre selon les besoins, comme lorsqu'ils soulignent les danger de s'aventurer en ville avant de faire exactement cela, sans que la nécessité les y poussent, juste pour amener un danger... Heureusement, le rythme des épisodes et les rebondissements réguliers permettaient de se laisser entraîner tout en roulant des yeux.

La saison 2 entre dans le vif du sujet sur les chapeaux de roue et on prend une direction très différente, avec un virus ayant évolué et Rasmus, patient zéro, au centre de tout. Les personnages secondaires comme Patrick, Jean et Lea ont un peu de mal à exister, même s'ils se rendent utiles sur la fin et les nouveaux personnages, à l'exception peut-être de Sarah, et encore surtout pour la fin de saison, sont peu intrigants.

Malgré la menace que présente le virus, on a surtout l'impression d'assister à la naissance d'un super-héros ou d'un super-vilain en la personne de Rasmus, qui peut parfois contrôler le mal qui l'habite (et qui donne par moment l'impression d'être un obscurus), parfois non, et le plus intéressant est de savoir ce que va faire Simone: sacrifier son frère avant qu'il ne soit trop tard, ou au contraire tout tenter pour le soigner?

On est donc bien loin du concept de départ, ce qui n'est pas plus mal vu qu'il n'a jamais été correctement exploité, et la suite ouvre encore sur de nouvelles perspectives. Dommage que les protagonistes, bien que leur comportement soit moins aberrant que la saison précédente, ne perdent pas totalement leur côté agaçant (encore que Rasmus est nettement plus supportable alors que le danger qu'il présente aurait dû en faire plus que jamais le personnage à abattre).

Alors qu'en saison 1 les personnages étaient sans cette en mouvement, ici l'action tourne en grande partie autour d'un seul lieu, mais le nombre réduit d'épisodes et leur durée raisonnable empêche le spectateur de s'ennuyer, ce qui est la principale raison de revenir vers cette série très imparfaite.
potion préparée par Zakath Nath, le Lundi 20 Mai 2019, 14:51bouillonnant dans le chaudron "Séries tv".