Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
House of the Dragon, saison 1 épisode 9: The Green Council (2)
Vendredi 21/10 12:03 - Zakath-Nath
Dracula (1)
Vendredi 21/10 11:26 - ariannememphis
The Goes Wrong Show, saison 2 (2)
Jeudi 15/09 19:05 - Zakath-Nath
Call Me by Your Name (2)
Dimanche 21/08 09:12 - Zakath-Nath
Carnivàle - La Caravane de l'Étrange, saison 1 (1)
Samedi 20/08 22:04 - Yoda Bor
La Quête de Saint Camber (2)
Dimanche 05/06 11:14 - Zakath-Nath
Le 14e Docteur arrive! (2)
Lundi 09/05 18:56 - Zakath-Nath
Hermione Granger (28)
Lundi 20/06 07:39 - Emma
Les Maîtres Enlumineurs (2)
Dimanche 13/02 10:14 - Zakath-Nath
La Roue du Temps, saison 1 (2)
Dimanche 09/01 20:55 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
Tara Duncan: Les Sortceliers

Tara Duncan est une jeune fille de douze ans qui vit avec sa grand-mère dans le sud-ouest de la France. Elle partage avec ses deux meilleurs amis un lourd secret: elle a des pouvoirs magiques! Découvrant que sa mère qu'elle croyait morte a été en fait enlevée, elle est par la suite envoyée dans AutreMonde, un univers parallèle où elle apprendra entre autre à maîtriser ses pouvoirs de sortcelière.

Tara Duncan est une décalogie en devenir de fantasy jeunesse, écrite par l'auteur française Sophie Audouin-Mamikonian. Il s'agit visiblement d'une saga bien connue, particulièrement chez les préadolescents, et qui a été traduite en plusieurs langues. Le problème que m'a posé ce premier tome, ne tournons pas autour du pot, c'est que je l'ai trouvé vraiment très mauvais. Et ce pour plusieurs raisons.

Pour commencer, l'univers créé est foutraque au possible. On est submergé par le nombre de sorts, de créatures (imaginées par l'auteur ou non), de lieux magiques, de végétaux et objets merveilleux, etc. Cela pourrait indiquer un monde original et riche, ce qui n'est pas une mauvaise chose, évidemment, l'ennui c'est qu'ici on a surtout l'impression que l'auteur veut absolument convaincre que son imagination est fertile, qu'elle fourmille d'idées et le résultat c'est que rien n'est fouillé, rien n'est intéressant et on frise l'indigestion. Les noms des personnages ne semblent suivre aucune logique, ou presque: l'histoire commence dans le Sud-Ouest de la France, on a droit à un mélange de noms français et d'autres à consonnances anglo-saxonnes, sans parler du prénom de l'héroïne, car Tara n'est qu'un diminutif. Puis on passe dans AutreMonde, et bonjour le gloubi-boulga: avec tous ces peuples exotiques, on a droit à des noms exotiques, parfois d'origine nordique (pour la Naine) parfois non, enfin bref. Et quant aux noms terriens, là encore, c'est soit français, soit anglo-saxon. C'est un défaut qu'on rencontre parfois en fantasy et c'est plus ou moins gênant, en tout cas ici, ça m'a dérangée.

Le système de magie est à cette image: les personnages lancent des incantations (inutilement grotesques, d'accord, c'est de la fantasy jeunesse, et c'est peut-être à vocation humoristique, mais je ne trouve pas que ça fonctionne) et des actions d'envergures variables se produisent (ou pas). Là encore, aucune logique: nos héros peuvent avoir un mal fou à accomplir quelque chose de relativement simple, puis se montrer particulièrement puissants. On nous prévient au début que faire de la magie peut fatiguer en raison de l'effort que ça demande, mais là encore, les effets sont souvent en décalage par rapport à l'importance des sorts. Sans parler du fait qu'au niveau de l'apprentissage, il suffit de lire un livre pour qu'aussitôt on en retienne le contenu, et le reste c'est de la pratique. C'est bien facile, d'autant que quand on voit les exploits de nos personnages, on se demande comment ils vont pouvoir encore gagner en puissance et en savoir dans les tomes suivants, Tara en particulier.

L'intrigue en elle-même en vaut une autre: une jeune fille qui apprend qu'elle a des pouvoirs magiques, qui fait son apprentissage, un vilain de service, un peu de mystère avec des enlèvements. Malheureusement, là encore, l'auteure en fait trop. Peut-être a-t-elle peur que son lecteur s'ennuie, mais les péripéties s'enchaînent à toute vitesse, laissant à peine le temps de souffler et de développer les personnages. De plus, les révélations en pagaille sont rarement passionnantes: unetelle est en fait une princesse (et alors?) untel se révèle un semi-elfe fils du chef de la police secrète (et alors?) et bien sûr, Tara est héritière d'un trône, ce qu'on n'avait pas vu, mais alors pas du tout vu venir.

Autre chose. Sophie Audouin a précisé qu'elle avait commencé à écrire Tara Duncan avant la sortie d'Harry Potter et il est en effet tout à fait possible qu'elle ait commencé à bosser dessus avant, mais certains éléments sont vraiment semblables, ce qui peut laisser quand même penser à une influence. Que ce soit le cas ou pas, il y a des choses vraiment comparables, (j'y reviendrais plus tard) et la comparaison se fait aux dépens de Tara Duncan (cela dit je n'ai pas eu non plus cette impression de copier-coller constant que j'avais avec Eragon).

Le style est aussi maladroit. Au niveau du dialogue ou du récit, on navigue entre le familier (on a droit plusieurs fois au verbe "rigoler", par exemple) et le soutenu, mais sans que là encore ça semble suivre une logique: les gamins parlent entre eux comme des gens de leur âge puis soudain (généralement quand ils donnent des explications) on dirait des diplômés d'université. Il y a également un tic assez agaçant: des points de suspension dans les phrases en veux-tu en voilà. Un peu ça va, mais là, on en a en moyenne une fois par page: "Ce qui faisait que la faune et la flore d'AutreMonde étaient... adaptives", "Les tissus étaient... étranges". Certains s'amusaient à dire qu'en enlevant les ralentis dans 300, le film ne durerait que 30 minutes. Là, si on enlevait ces points de suspension, le livre ferait bien 100 pages de moins!

Le côté "trop" dans l'univers et l'intrigue se retrouve aussi dans le style. Par exemple, un des personnages est un elfe, il s'appelle T'andilus, il est chef des services secrets. On en parle et on le voit apparaître plusieurs fois et on connait donc son CV quand on a droit à la fin à un: "Montrez-les moi, chuchota l'elfe T'andilus, chef des services secrets de Lancovit". On aurait pu se passer d'au moins un élément sur trois, on aurait parfaitement compris qui parlait, mais là, non, on a droit à tout. Ce qui ne donne pas l'effet d'un style riche, ça me rappelle surtout les dissertations au lycée quand on devait remplir une copie-double, que ce qu'on savait n'y suffisait pas, et du coup on usait de toutes les astuces pour rallonger la sauce en espérant que le prof s'y laisserait prendre (il ne s'y laissait pas prendre). Sauf qu'ici, ce n'est pas une dissert' et on ne paie pas au mot.

Venons en enfin aux personnages et, honneur aux dames et à l'héroïne, Tara Duncan. Sa description pourrait tenir en un mot composé: Mary-Sue. Le nom est à coucher dehors: Tara'tylanhnem Duncan, et encore, ce n'est pas son nom complet. L'apparence: blonde avec une mèche blanche, yeux bleus marines, sourire magnifique, bref, que de l'anodin. Elle a un pouvoir qui surpasse celui de tout le monde, quand un animal doit se lier à elle, elle a droit à un pégase alors que tous les autres ont des animaux normaux, elle se comporte de façon étrangement mûre pour une fille de douze ans, j'en passe, et des meilleures.

Face à elle nous avons Magister, le chef des Sangraves, un groupe de Sortceliers qui veulent conquérir le monde et réduire en esclavage les Moldus, pardon, les Nonsos, autrement dit ce qui n'ont pas de pouvoirs magiques. Dès son premier affrontement avec lui au début du livre, Tara se dit que ce type est trop nul. Force m'est d'être d'accord avec elle: ce méchant est trop nul. On a beau dire qu'il est surpuissant, terrifiant, dès que Tara et ses amis se trouvent face à lui, ils parent ses coups sans trop d'effort, n'ont aucun mal à le berner, etc. On se demande d'ailleurs comment Tara ne l'écrase pas comme une mouche tant elle semble plus forte que lui.

Les amis de Tara n'ont rien d'exceptionnel: un Voleur malicieux, une timide qu'il ne faut pas contrarier, le costaud de service, le semi-elfe super fort et amoureux de Tara, et c'est tout ce qu'il y a à en dire.

Enfin, on arrive à Angelica et Dragosh. Angelica, c'est le fruit des amours coupables de Drago Malefoy et de Nellie Olson. Elle est à Tara ce que Drago est à Harry Potter. Quant à Dragosh, dont elle est l'apprentie, sans surprise, il est à Tara ce que Rogue était à Harry (et c'est un Vampyr, quand on se souvient de cette théorie sur Rogue le vampire, enfin bref...). Même si le ou la rival(e) peste du personnage principal est un grand classique que Rowling n'a certainement pas inventé, la dynamique entre ces trois-là est trop semblable pour ne pas être évoquée, et même en étant juste et en ne tenant compte que d'Harry Potter à l'école des Sorciers où les personnages n'ont pas encore pris toutes leur profondeur, ça fait mal.

Angelica est arrogante, lâche, elle déteste Tara dès le premier regard, elle est jalouse, ne cesse d'essayer de la piéger, ne cesse de dire qu'elle va se plaindre à son père (qui a priori aurait de la sympathie pour les Sangraves), du classique. Mis à part qu'Angelica a seize ans et on a bien du mal à croire qu'elle est plus âgée que Tara. Ensuite, si Drago est aussi arrogant, lâche, déteste Harry, non pas au premier regard et pour une peccadille, mais parce que celui-ci lui refuse son amitié (ce qui change déjà beaucoup de choses), il y a quelque chose qu'il n'est pas, et c'est un boulet. Or, cette Angelica en est un d'une force que ça en devient vite insupportable (cf. sa conduite quand elle décide d'accompagner les autres dans leur évasion de la forteresse, sans qu'on sache pourquoi vu qu'elle ne semblait pas trouver à redire à ce qui se passait là-bas, et ne cesse ensuite de geindre tout en continuant de rejeter tous les problèmes sur Tara). Drago, tout imbuvable qu'il est, agit comme un bon contrepoids à Harry et amène des difficultés et des rebondissements nécessaires. Rien de tout cela avec Angelica.

Quant à Dragosh, il déteste Tara dès le départ, l'accuse de toujours vouloir attirer l'attention, essaie de la rabaisser et de la punir, et là, on se heurte à une différence de taille. Si la conduite de Rogue amène Harry à le mépriser et le détester, si Harry ne tremble pas devant Rogue comme peut le faire Neville, il ne le sous-estime pas pour autant. Il a conscience que Rogue est un sorcier d'un niveau bien supérieur au sien et il le craint quand même un peu, comme n'importe quel élève craint un prof sadique (avec en bonus le fait qu'il pense que Rogue veut le tuer). Malheureusement, Tara étant la meilleure du monde, elle n'a rien à craindre de Dragosh qu'elle pourrait écraser sans problème. D'un personnage qui peut avoir une vraie capacité de nuisance, on a ici un petit chieur que personne n'écoute dès qu'il est question de Tara.

Bien sûr, Dragosh est soupçonné par les héros d'être le méchant, on surprend une conversation éclairante à ce sujet, on le voit se disputer avec une personne en qui Tara a confiance, c'est le coupable idéal, et naturellement, c'est faux, on a tout mal interprété. Là encore, si la conduite de Rogue était à la fin du premier tome suffisamment bien expliquée pour que l'intrigue se tienne parfaitement et que le personnage commence déjà à montrer une certaine profondeur que l'on n'attendait pas forcément, ici, il n'en est rien, tout est encore survolé et mal amené. Cette partie du livre est un vrai cas d'école quand on voit la différence de traitement à partir d'une intrigue semblable.

Arrêtons les frais, toujours est-il que je peux comprendre l'engouement de cette série chez de jeunes lecteurs: il faut avouer que malgré tous les défauts cités et les autres, les pages se tournent très vite et on ne s'ennuie pas. On peut toutefois regretter la mise en avant de cette série quand d'autres, sans même être des chefs-d’œuvre, sont nettement plus recommandables (par exemple Le Livre des Étoiles d'Eric LHomme qui s'adresse au même public).

 

potion préparée par Zakath Nath, le Jeudi 30 Avril 2009, 17:32bouillonnant dans le chaudron "Fantasy".


Ingrédients :

  Betsan
Betsan
30-04-09
à 20:40

Très... intéressant... ton exposé... :D

J'hésitais justement à l'acheter à mes enfants, parce que je n'en n'avais pas eu un écho formidable. Ta critique arrive juste à point.

Ce qui m'interpelle tout de même c'est la sélection qui se pratique chez les éditeurs, parce que ce ne sont pas les vrais auteurs talentueux qui manquent. Mais voilà, tous les domaines culturels sont touchés par le culte de la réussite facile et on nous refourgue des auteurs tout juste médiocres.

Enfin bref, heureusement qu'il nous reste tous les bons vieux classiques, alors après tout pourquoi se casser la tête à chercher systématiquement des nouveautés.

Par contre, je ne connais pas le Livre des Etoiles, tu as prévu d'en faire une présentation (je n'ai pas trouvé sur ton joueb) ?

  Zakath-Nath
Zakath-Nath
30-04-09
à 21:34

Re:

En effet, je l'ai lu il y a un moment, et j'ai totalement oublié d'en parler. Je le relirais pour me rafraîchir un peu la mémoire et je ferais un article dessus (ce n'est pas exceptionnel, mais ça se place 100 coudées au-dessus de Tara les doigts dans le nez).

  Melusinewitch
Melusinewitch
01-05-09
à 22:04

Re:

Eh ben...lorsque j'ai fait mon stage en bibliothèque, c'est un livre que j'ai souvent vu au rayon jeunesse (le deuxième, après Stephenie Meyer, que j'ai du ranger un million de fois parce que tous se l'arrachent), je n'y ai même pas jeter un oeil, parce que depuis peu, les auteurs qui surfent sur la vague fantasy-Harry-Potter me lassent, mais maintenant, je sais que j'ai rien perdu...Je serais presque tentée d'utiliser une expression que tu n'aimes pas des masses "C'est de la fanfic!" tellement ça m'a l'air d'être la description d'une fic écrite par une gamine de 14 ans qui n'a pas encore compris les pièges des clichés et des Mary-Sue...

  Zakath-Nath
Zakath-Nath
01-05-09
à 23:27

Re:

En même temps, c'est logique, les défauts qu'on trouve dans les fanfics, ce sont ceux qu'on trouve dans les mauvais bouquins (orthographes et grammaire mis à part quand même), ça saute plus aux yeux car il y a forcément plus de jeunes auteurs et des amateurs, mais les incohérences, la psychologie sommaire ou inexistante, les personnages trop beaux pour être vrai, les maladresses et les tics dans l'écriture, ça a toujours existé.