Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
The Great God Pan (2)
Jeudi 06/09 07:21 - Zakath-Nath
Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, saison 2 (2)
Lundi 30/04 18:01 - Zakath-Nath
La Partie de Chasse (2)
Mardi 13/02 14:02 - Zakath-Nath
La Nuit de la Louve (2)
Dimanche 21/01 12:47 - Zakath-Nath
Doctor Strange (4)
Lundi 01/01 12:33 - Zakath-Nath
La Louve et l'Enfant (2)
Jeudi 11/01 11:23 - Zakath-Nath
Doctor Who Christmas Special 2017: Twice Upon a Time (2)
Jeudi 04/01 17:37 - Zakath-Nath
Déracinée (2)
Mercredi 03/01 18:53 - Zakath-Nath
Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi (2)
Samedi 23/12 18:42 - Zakath-Nath
The OA, saison 1 (2)
Samedi 23/12 17:41 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
Spin City

Randall Winston, maire de New York, est désespérément gaffeur et il faut bien de la volonté à son adjoint Mike Flaherty pour réparer ses bourdes. Il peut néanmoins compter sur l'aide des membres de son staff... ou pas, car chacun d'entre eux est un générateur potentiel de catastrophes.

Spin City, diffusée à partir de 1996, comporte six saisons d'une vingtaine d'épisodes chacune. Si cette sitcom se déroule dans le milieu de la politique, celle-ci est généralement reléguée à l'arrière-plan, les intrigues se concentrant bien souvent sur les amours contrariés de nos héros. À commencer par Mike Flaherty, incarné par un Michael J. Fox plein d'énergie, mais le reste de l'équipe est composé de personnages tout aussi réussi et souvent délirant, comme le maire incarné par Barry Bostwick, Stuart Bondeck (Alan Ruck), obsédé sexuel notoire, Carter Heywood (Michael Boatman) le responsable des minorités aussi engagé pour aider son prochain qu'il est égocentrique et vaniteux, ou Paul Lassiter, (Richard Kind) attaché de presse pingre et incompétent.

La plupart des gags font mouche, même les plus téléphonés, et les personnages sont attachants malgré leurs défauts. Malheureusement, à la fin de la saison 4, Michael J. Fox a été contraint d'abandonner la série à cause de sa maladie de Parkinson (il reviendra néanmoins pour 3 épisodes de la saison 6). Le poste d'adjoint au maire est récupéré par Charlie Crawford, joué par Charlie Sheen. Le changement d'un des acteurs principaux est toujours chose risquée, mais dans un style radicalement différent Sheen arrive finalement à s'imposer, et le fait que les personnages les plus drôles du lot (Winston, Stuart, Carter et Paul) soient toujours là facilite la transition.

Je reprocherais cependant deux choses à la série: tout d'abord, les rôles féminins sont bien plus fades que les rôles masculins. Nikki (Connie Britton) tire son épingle du jeu en Bridget Jones avant l'heure, ainsi que Stacey (Jennifer Esposito)  en secrétaire italo-américaine délurée, et Caitlin Moore (Heather Loacklear) en rivale/collègue de Mike et Charlie, mais pour le reste, c'est le grand désert. Carla Gugino dans le rôle d'Ashely, petite amie journaliste de Mike, quitte très tôt la série et si le personnage était sympathique, son absence est plus bénéfique qu'autre chose car les histoires du couple aurait vite pu tourner en rond. Janelle (Victoria Dillard) est totalement inintéressante même si elle a droit à une petite sous-intrigue quand elle a une liaison avec le Maire, les autres sont inexistantes. En fait, on dirait que les personnages féminins doivent tous rester un minimum désirable alors que les hommes peuvent se permettre d'être de vrais repoussoirs pour faire rire.

L'autre grand reproche est la disparition de personnages sans qu'un seul mot d'explication soit donné. Si le départ de Mike est organisé comme il se doit, d'une saison sur l'autre James, Nikki, Janelle ou Stacey disparaissent (alors que les épisodes sont parfois des suites directes des précédents même si séparés d'une saison) et on n'en parle tout simplement pas. On dirait qu'aucun des personnages restant ne se souvient d'eux, pas d'explication, certes facile mais au moins existante comme "Machin a été muté à...". À croire que ces braves gens ont été éradiqués par la Chronogarde.

Malgré ces principaux défauts et quelques éléments répétitifs (un cameo d'Heidi Klum dans son propre rôle dans un épisode, c'est amusant, au-delà, ce n'était pas nécessaire, les crises de jalousie de Mike puis Charlie vis-à-vis des petits copains de Nikki ou Caitlin), Spin City est néanmoins un exemple de sitcom réussie, capable de faire rire presque sans baisse de régime durant six ans (bien que la période Charlie Sheen soit souvent moins appréciée).

potion préparée par Zakath Nath, le Mardi 23 Mars 2010, 18:19bouillonnant dans le chaudron "Séries tv".