Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
La Partie de Chasse (2)
Mardi 13/02 14:02 - Zakath-Nath
La Nuit de la Louve (2)
Dimanche 21/01 12:47 - Zakath-Nath
La Louve et l'Enfant (2)
Jeudi 11/01 11:23 - Zakath-Nath
Doctor Who Christmas Special 2017: Twice Upon a Time (2)
Jeudi 04/01 17:37 - Zakath-Nath
Déracinée (2)
Mercredi 03/01 18:53 - Zakath-Nath
Doctor Strange (4)
Lundi 01/01 12:33 - Zakath-Nath
Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi (2)
Samedi 23/12 18:42 - Zakath-Nath
The OA, saison 1 (2)
Samedi 23/12 17:41 - Zakath-Nath
The Shannara Chronicles, saison 2 (2)
Lundi 27/11 22:21 - Zakath-Nath
Ça - Chapitre Un (3)
Vendredi 22/09 12:04 - Escrocgriffe

Potion précédente-Potion suivante
Les Heures Sombres
Mai 1940. Alors que le Premier Ministre Neville Chamberlain est désavoué par la majorité de la Chambre des Communes, le parti conservateur, en désespoir de cause, choisit pour le remplacer Winston Churchill, le seul que l'opposition est prête à accepter. Mais avec un bilan plus que mitigé, le nouveau chef du gouvernement suscite la méfiance de beaucoup. Alors que les Nazis envahissent implacablement l'Europe, Churchill doit faire face aux manigances à l'intérieur de son propre camp des partisans de négociations avec le IIIe Reich pour éviter à la Grande-Bretagne de subir le même sort.

Personnalité historique emblématique, Churchill a été incarné à l'écran à de nombreuses reprises et en moins de deux ans, on aura pu par exemple découvrir John Lithgow et Brian Cox dans le rôle. C'est au tour d'un Gary Oldman métamorphosé par le maquillage de Kazuhiro Tsuji de s'y coller dans le nouveau film de Joe Wright. Alors que ce dernier m'avait laissée sur la touche avec son adaptation d'Anna Karenine stylisée jusqu'à l'indigestion, il retrouve ici ce qui m'avait plu dans Atonement, un de mes films favoris: une mise en scène qui échappe à un académisme plat et impersonnel sans pour autant se perdre trop en afféteries: la première moitié du film est extrêmement dynamique, dès son ouverture houleuse à la Chambre des Communes (du reste on parle beaucoup et à raison du maquillage d'Oldman mais David Schofield est plutôt bien transformé en Clement Attlee). Travellings et mouvements de camera en tout genre, entrées et sorties théâtrales sans pour autant paraître artificielles, plans inattendus, Joe Wright use de tous ses tours pour ne pas livrer ce qui pourrait facilement tomber dans une copie trop sage et ennuyeuse à base de vieux bonshommes discutant entre eux sans que l'on perçoive l'importance de l'enjeu, et ça marche plutôt bien.

Les bonnes reparties ne manquent pas, et le tout est servi par une brochette d'acteurs en bonne forme. Évidemment, on retiendra surtout Gary Oldman. Il y a toujours un risque de se reporter sur la transformation physique, mais il campe un Churchill tel qu'on pourrait l'imaginer, avec le risque de trop en faire mais le sujet avait lui-même une personnalité over-the-top, donc difficile de rester sobre. De plus, ses collègues sont loin de se borner à être de simples sparring-partners et arrivent à tirer leur épingle du jeu. Kristin Scott-Thomas en épouse dévouée mais seule capable de le recadrer, notamment, mais aussi Ben Mendelsohn en George VI tout d'abord sceptique vis-à-vis d'un Premier Ministre qui n'a pas vraiment brillé à ses yeux auparavant mais qui va finalement se rallier à sa cause, ou encore Ronald Pickup et Stephen Dillane dans les rôles ingrats de Chamberlain et Halifax. Lily James était également convaincante, mais si son personnage a existé, après The Crown et Churchill j'avoue être lassée du personnage de la pimpante jeune secrétaire qui découvre le grand homme en même temps que le spectateur, doit subir son mauvais caractère tout en lui servant à l'occasion de compas moral. Pour le reste, on croisera avec plaisir des visages familiers des productions britanniques tels que David Bamber, Samuel West ou Pip Torrens.

Cependant, dans sa deuxième moitié, le film cale un moment, à l'image de son protagoniste, ce qui donne l'impression que malgré les qualités d'ensemble, il est vraiment le seul moteur de l'histoire. De plus, si le scénario nous montre Churchill en proie au doute, à deux doigts de baisser les bras, ne cache pas son caractère difficile pour ses proches aimants autant que pour ses collaborateurs et évoque ses nombreux échecs (bien moins souvent portés à l'écran, étrangement...), le fait d'avoir plusieurs décennies de recul freine un peu l'inquiétude qu'on a à son égard, même quand les revers de fortune s'empilent. De la même façon, sachant où l'on va, il est difficile de trouver les arguments en faveur de négociations aussi tentants qu'ils devaient le paraître à l'époque, d'autant que si Chamberlain s'en tire finalement à bon compte en vieil homme mourant désespéré de comprendre qu'il ne verra jamais son pays à nouveau en paix, Halifax est d'emblée bien trop cauteleux et antipathique pour qu'on envisage un seul instant qu'il puisse suggérer des pistes envisageables. Malgré une envie d'égratigner le mythe en montrant ses travers et ses doutes, on renoue encore une fois avec le portrait rassurant de l'homme providentiel qui va surmonter les obstacles amenés par ses adversaires et ses propres défauts pour mener le peuple au triomphe.

À ce titre, la scène du métro apparait comme bien trop facile pour emporter l'adhésion. Les scénaristes aiment bien dans ce type de film user d'une scène-pivot. S'il arrive dans la réalité d'avoir une illumination ou de vivre un événement précis qui va tout faire basculer, c'est souvent une suite d'éléments, pas toujours perceptibles sur le moment, qui fait pencher la balance, mais c'est nettement plus ardu à amener dans un long-métrage, d'où le recours à ce type de scène, ici malheureusement tellement artificielle qu'elle en devient gênante.

Malgré tout, et même si l'on pourra accuser Les Heures Sombres de trop sentir la machine à récompenses (biopic d'un personnage célèbre, performance d'acteur méconnaissable, distribution prestigieuse et jolie reconstitution, il ne manquait que les Weinstein à la production mais cette case là n'a heureusement pas été cochée), le film demeure de la belle ouvrage.
potion préparée par Zakath Nath, le Mercredi 3 Janvier 2018, 22:30bouillonnant dans le chaudron "Films".