Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
House of the Dragon, saison 1 épisode 9: The Green Council (2)
Vendredi 21/10 12:03 - Zakath-Nath
Dracula (1)
Vendredi 21/10 11:26 - ariannememphis
The Goes Wrong Show, saison 2 (2)
Jeudi 15/09 19:05 - Zakath-Nath
Call Me by Your Name (2)
Dimanche 21/08 09:12 - Zakath-Nath
Carnivàle - La Caravane de l'Étrange, saison 1 (1)
Samedi 20/08 22:04 - Yoda Bor
La Quête de Saint Camber (2)
Dimanche 05/06 11:14 - Zakath-Nath
Le 14e Docteur arrive! (2)
Lundi 09/05 18:56 - Zakath-Nath
Hermione Granger (28)
Lundi 20/06 07:39 - Emma
Les Maîtres Enlumineurs (2)
Dimanche 13/02 10:14 - Zakath-Nath
La Roue du Temps, saison 1 (2)
Dimanche 09/01 20:55 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
Le Cas Malaussène, tome 1: Ils m'ont menti
Verdun, C'Est Un Ange, Monsieur Malaussène, Maracunja, ces enfants nés durant les précédentes mésaventures de Benjamin Malaussène sont désormais de jeunes adultes. Quand George Lapietà, ancien ministre et homme d'affaires, est enlevé, cela n'a au premier abord guère de rapport avec une famille qui a mené une vie étonnamment tranquille après avoir été mêlée à une série d'affaires ébouriffantes. Pourtant, après quelques décennies de répit, Benjamin va encore se retrouver au centre d'une histoire de fous.

Depuis quelques années, on a vu nombre de suites tardives arriver sur les écrans, avec un bonheur inégal. La littérature n'est pas en reste puisque environ vingt ans après Aux Fruits de la Passion, Daniel Pennac revient à la tribu Malaussène, en prenant en compte les deux décennies passées et les évolutions technologiques et culturelles qui les ont accompagnées. On aborde ce nouvel opus avec les sentiments mêlés habituels: évidemment on veut retrouver les personnages que l'on aime dans une intrigue du même tonneau que les autres, en contrepartie il y a l'inquiétude de ne plus les reconnaître, que le XXIe siècle ne convienne pas à leur univers, ou qu'au contraire rien n'ait bougé en vingt ans au risque de ne pas voir l'intérêt de faire grandir les personnages si c'est pour ressortir toujours les mêmes situations. On veut des nouvelles de tout le monde, et en même temps il y a une vraie histoire à raconter, qui ne doit pas s'effacer derrière le défilé des vieux amis. Pennac relève-t-il le gant? Pas complètement.

D'un côté, on retrouve ce qui a fait le sel des romans précédents, la fantaisie, l'humour, les personnages si hors du commun, et l'arrivée des réseaux sociaux, de skype... est prise en compte sans que cela ne devienne trop envahissant ni ne donne l'impression d'être en face d'un dinosaure essayant de capter l'air du temps. Peut-être parce que Benjamin lui-même y est plutôt hermétique, tout comme il n'avait pas de télévision dans les années 80. Pour ce qui est des personnages, Verdun est aussi étrange qu'on pouvait l'attendre mais pour ce qui est de ses nièces et neveux, difficile de se faire une véritable idée en dehors d'un talent pour semer accidentellement la désolation. Il faut dire que ceux que l'on guette, ce sont les anciens, qui restent fidèles à eux-même pour certains (la reine Zabo), assagis pour d'autre (Julie ne mène pas d'enquête-choc) ou à peine évoqué (on parlait tellement peu de Jérémy, à part au passé, que j'ai imaginé un instant qu'il y aurait un twist, qu'on nous annoncerait sa mort des années auparavant, ou qu'il était tombé du côté obscur... mais non, le voilà présent lors d'une réunion familiale, sans plus). De ce côté-là, le mélange entre la parade des personnages emblématiques et la frustration de les voir aussi en retrait dans certains cas est bien tel que l'on pouvait s'en inquiéter.

Néanmoins, on retrouve le bonheur de se retrouver dans une affaire improbable avec un enlèvement et une demande de rançon bien particulière et aussi une intrigue secondaire à base d'écrivain ayant dressé un portrait au vitriol de ses parents adoptifs, au grand dam du reste de la famille. Le genre de sous-intrigue qui a l'air détachée du reste alors qu'elle y est liée, cependant, et c'est aussi là un point qui peut chagriner, on ne le saura pas dans ce tome: Ils m'ont menti est en effet le premier volet d'une trilogie et s'achève donc sur un cliffhanger, situation inédite dans la saga.

Difficile de se faire un avis définitif sur une œuvre dont on ne nous livre finalement que le premier tiers. Était-il bien nécessaire de découper celle-ci? Il faudra attendre la suite, mais ce retour tardif se fait pour l'instant en demi-teinte, non sans déplaisir toutefois.
potion préparée par Zakath Nath, le Vendredi 28 Février 2020, 17:08bouillonnant dans le chaudron "Littérature".


Ingrédients :

  Vert
15-03-20
à 15:32

Pour ma part j'avais commencé à me laisser avec Monsieur Malaussène et Les fruits de la passion avait vraiment le goût du tome de trop. Je vais attendre avant de me ruer sur celui-là, même si j'aurais bien envie de retrouver toute la famille ^^

  Zakath-Nath
Zakath-Nath
15-03-20
à 15:35

Re:

Oui, je l'ai lu parce qu'après m'être replongée dans les premiers tomes j'étais sur ma lancée, mais je pense qu'avoir toute l'histoire d'un coup est préférable dans ce cas-là. Pas trop compris le besoin d'en faire une trilogie.