Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
The Great God Pan (2)
Jeudi 06/09 07:21 - Zakath-Nath
Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, saison 2 (2)
Lundi 30/04 18:01 - Zakath-Nath
La Partie de Chasse (2)
Mardi 13/02 14:02 - Zakath-Nath
La Nuit de la Louve (2)
Dimanche 21/01 12:47 - Zakath-Nath
Doctor Strange (4)
Lundi 01/01 12:33 - Zakath-Nath
La Louve et l'Enfant (2)
Jeudi 11/01 11:23 - Zakath-Nath
Doctor Who Christmas Special 2017: Twice Upon a Time (2)
Jeudi 04/01 17:37 - Zakath-Nath
Déracinée (2)
Mercredi 03/01 18:53 - Zakath-Nath
Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi (2)
Samedi 23/12 18:42 - Zakath-Nath
The OA, saison 1 (2)
Samedi 23/12 17:41 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
Lady Hamilton

En hiver 1815 s'éteind dans la misère une femme qui laisse derrière elle ses mémoires. Cette femme, c'est Emma Hamilton, surtout connue pour avoir été la maîtresse d'Horatio Nelson.

 J'ai découvert par hasard dans une borne de livres-échanges une oeuvre de Dumas dont j'ignorais totalement l'existence. Et c'est un coup de bol que quelqu'un ait décidé de se débarasser de ce roman en deux volumes, car il n'a plus l'air édité nulle part depuis un bout de temps.

On suit donc l'ascension d'Emma Lyonna, partie de loin, et sa chute après la mort de son célèbre amant. Ses mémoires apocryphes sont assez agréables, mais ne constituent pas un chef-d'oeuvre. Un peu répétitif dans la première partie (les performances d'Emma dans les réceptions, et l'admiration qui en découle) la seconde est consacré à des événements où Emma ne joue qu'un petit rôle, et elle agit plus comme observatrice. Un portrait assez peu flatteur est dressé du roi et de la reine des Deux-Siciles, et la relation d'Emma et Nelson, surtout à ses débuts, est traitée de façon superficielle (sans doute par rapport aux attentes: disons que si on s'attend à voir un couple légendaire en scène, c'est finalement assez en retrait et manquant un peu de passion).

Néanmoins, c'est une découverte qui fait plaisir, et je n'ai pas eu l'impression de tomber sur un fond de tiroir comme avec Le Capitaine Paul.

potion préparée par Zakath Nath, le Samedi 30 Octobre 2010, 22:40bouillonnant dans le chaudron "Littérature".