Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, saison 2 (2)
Lundi 30/04 18:01 - Zakath-Nath
La Partie de Chasse (2)
Mardi 13/02 14:02 - Zakath-Nath
La Nuit de la Louve (2)
Dimanche 21/01 12:47 - Zakath-Nath
La Louve et l'Enfant (2)
Jeudi 11/01 11:23 - Zakath-Nath
Doctor Who Christmas Special 2017: Twice Upon a Time (2)
Jeudi 04/01 17:37 - Zakath-Nath
Doctor Strange (4)
Lundi 01/01 12:33 - Zakath-Nath
Déracinée (2)
Mercredi 03/01 18:53 - Zakath-Nath
Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi (2)
Samedi 23/12 18:42 - Zakath-Nath
The OA, saison 1 (2)
Samedi 23/12 17:41 - Zakath-Nath
The Shannara Chronicles, saison 2 (2)
Lundi 27/11 22:21 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
In the Loop

Simon Foster, ministre britannique du Développement mondial, déclare un soir à la radio que la guerre est "imprévisible". La phrase ne passe pas inaperçue, et Malcolm Tucker, le responsable de la communication, tente de faire oublier la bévue, tandis qu'aux Etats-Unis, une sous-secrétaire d'Etat doit faire face aux faucons.

In the Loop d'Armando Iannucci est une satire politique britannique absolument hilarante. Située à la veille de la guerre en Irak, elle montre une bande de politiciens magouilleurs, hystériques et/ou incompétents prêts à tout pour arriver à leurs fins.

Les cinq première minutes, caméra sur l'épaule, sont un peu déstabilisantes, mais ensuite, c'est du bonheur. Les comédiens sont survoltés (particulièrement Peter Capaldi en Tucker, mais Tom Hollander dans le rôle du ministre qui accumule les gaffes et James Gandolfini en général inspiré de Colin Powell sont également délicieux).

 

L'heure et demie que dure le film passe à toute vitesse et on rit aux éclats (tout en étant légèrement horrifié en se disant que la réalité n'est pas forcément moins délirante) tant les noms d'oiseaux fusent à tout bout de champs (de quoi enrichir son répertoire d'insultes).

potion préparée par Zakath Nath, le Samedi 21 Novembre 2009, 22:04bouillonnant dans le chaudron "Films".