Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, saison 2 (2)
Lundi 30/04 18:01 - Zakath-Nath
La Partie de Chasse (2)
Mardi 13/02 14:02 - Zakath-Nath
La Nuit de la Louve (2)
Dimanche 21/01 12:47 - Zakath-Nath
La Louve et l'Enfant (2)
Jeudi 11/01 11:23 - Zakath-Nath
Doctor Who Christmas Special 2017: Twice Upon a Time (2)
Jeudi 04/01 17:37 - Zakath-Nath
Doctor Strange (4)
Lundi 01/01 12:33 - Zakath-Nath
Déracinée (2)
Mercredi 03/01 18:53 - Zakath-Nath
Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi (2)
Samedi 23/12 18:42 - Zakath-Nath
The OA, saison 1 (2)
Samedi 23/12 17:41 - Zakath-Nath
The Shannara Chronicles, saison 2 (2)
Lundi 27/11 22:21 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
Hornblower, saison 3 épisode 2: Duty
Déjà le dernier épisode, hélas!

Photobucket

En tout cas, ça commence bien: quand nous retrouvons Horatio, il est dans sa cabine, alternant air catatonique et crise de vomissement. Il a beau annoncer à Bush que tout cela est dû à la cuisine infâme de Styles, son fidèle lieutenant n'est pas dupe: Horatio va se marier, et il n'est pas certain que ce soit une bonne idée, parce que sa promise est bien brave, mais est-ce qu'elle est ce qu'il faut à un capitaine de la Royal Navy? Enfin, trop tard pour faire marche arrière...

Photobucket

C'est donc l'air radieux qu'Hornblower passe la bague au doigt de son épousée. Heureusement que le reste des convives est plus souriant, d'ailleurs, et tout ce beau monde file à la réception (où la mère de la mariée en profite pour mettre le grappin sur Bush, visiblement ravi):

Photobucket

C'est le moment que choisit Pellew pour s'inviter. Entre deux toasts, il informe Horatio que le Grasshoper, navire commandé par Bracegirdle, son fidèle lieutenant, au temps lointain de la saison 1, a disparu près des côtes françaises. À Hornblower d'aller enquêter même s'il a quand même droit à sa nuit de noces d'abord, Pellew n'étant pas chien.

Photobucket

Et comme il tient plus du papa poule, il offre à Hornblower, qu'il trouve trop maigre, son intendant, Doughty, une perle dont les talents culinaires sont nettement supérieurs à ceux du pauvre Styles, qui prend mal le fait de redevenir un simple matelot. Doughty se révèle en plus excellent nageur puisqu'au cours d'une tempête il aide à repêcher les rescapés d'un navire américain, dont le capitaine de celui-ci, Maguire, et un étrange couple.

Photobucket

La fille, Betsy, est américaine, quant au mari, Jérôme, il est francophone, mais nie être français et prétend être suisse, et si on pouvait les faire débarquer pour qu'il aille présenter sa femme à papa qui l'attend à Genève? Bon, les Anglais ont des doutes mais décident de loger le couple le temps d'aviser.

Photobucket

Une fois le jour levé, ils repèrent l'épave du Grasshoper et vont en exploration, espérant trouver des survivants. Il n'y en a qu'un seul, et comme ça tombe bien, c'est Bracegirdle!

Photobucket

Un contingent de Français leur tombe dessus et le petit groupe parvient à s'échapper, sauf Maguire, que sa captivité arrange bien et qu'on conduit aussitôt à l'officier le plus proche.

Photobucket

Qui se révèle être:

Photobucket

Wolfe, bien décidé à prendre sa revanche sur Hornblower. Un adversaire récurrent, c'est ce qui manquait au héros, dommage qu'on attende la fin pour y penser. Ou pas, on aurait pu vite s'en lasser, aussi.

Pendant ce temps, à Vera Cruz, un diplomate qui ressemble comme un frère au majordome de Downton Abbey (parce que, en fait, c'est lui) vient taper la causette à l'amiral Pellew.

Photobucket

Il se pourrait qu'un couple cherche à gagner la France et s'ils étaient interceptés par un navire anglais, ce serait dommage pour lui car le couple en question - dont il taira le nom pour l'instant, histoire d'entretenir le suspense - est éminemment dangereux. Merci de prévenir quand il est déjà trop tard, Carson!

Sur le Hotspur, Hornblower reçoit d'ailleurs la visite du membre féminin du couple, qui aimerait bien savoir quand on les débarque, parce que c'est pas qu'elle s'emmerde à bord, mais bon. L'occasion de voir en détail le médaillon qu'elle porte depuis le début, cadeau de son époux:

Photobucket

Oh, une abeille. Voyons. Jérôme, une abeille comme emblème... C'est là qu'on se demande qui est le plus crétin: la nana qui porte ça en évidence sur un navire britannique, ou les Britanniques qui ne sourcillent même pas. Ce n'est pas bien grave car la révélation est pour bientôt. Conduits par Maguire, Wolfe et ses hommes prennent d'assaut le navire, décidés à chercher eux-même le couple. S'ensuit un combat entre Wolfe et Hornblower où on découvre qu'un entrepont c'est pas le lieu idéal pour faire de grands mouvements avec des sabres.

Photobucket

S'ensuit un mexican stand-off qui voit Maguire être abattu et Wolfe s'enfuir encore, Bush ayant préféré l'épargner que risquer la vie d'Horatio, malgré les ordres de celui-ci. En tout cas, il est temps pour les invités de jouer cartes sur table.

Photobucket

Le godelureau s'avère être Jérôme Bonaparte, de retour d'Amérique et désireux de présenter bobonne à son frère Napoléon, qu'il devine pas vraiment ravi de s'être marié sans sa permission à une bourgeoise amerloque alors qu'il a d'autres ambitions pour sa famille. À ce stade, Hornblower a bien envie de rentrer à Portsmouth avec le jeune Boney, mais pas avant d'aller voir ce que mijotent les Français (en voyant l'épisode je me disais que cette intrigue sur Jérôme Bonaparte était du grand n'importe quoi, mais en fait, le mariage avec l'Américaine et le retour risqué vers la France n'est pas une invention. On a juste brodé en le montrant se faire vraiment capturer).

Photobucket

Une fois à terre Bush et Horatio découvrent des canons, beaucoup de canons de navires, mais pour tirer sur quoi? De retour à bord, ils aperçoivent Bracegirdle qui, désireux de rattraper le naufrage de son navire (la perte d'un navire vaut obligatoirement une court martiale, donc même avec des chances d'être acquitté, ce n'est jamais réjouissant et mieux vaut avoir des infos intéressantes pour contrebalancer) a enquêté de son côté.

Photobucket

Repéré par les Français, il a le temps de lancer depuis son canot des phrases sibyllines: ce ne sont pas les canons qui importent, mais les navires. Comme il se fait pulvériser par un tir de canon immédiatement après, on se dit que les canons, ils importent un peu, quand même.

Photobucket

Photobucket

Ils ont encore plus soigné le visuel pour cet épisode, et on a encore rien vu

Photobucket

De retour à Portsmouth, Hornblower apprend que son navire est en quarantaine, puisqu'il y a pire que la peste à bord: un Bonaparte. Le temps qu'on décide quoi faire de l'encombrant invité, plus personne ne bouge, sauf Hornblower qui a la permission d'aller voir son épouse. Et entre Hornblower qui ne pense qu'à son devoir et Maria qui se rend compte que son mari ne veut pas lui faire partager sa vie de marin et qu'elle passera toujours après pour lui, ce n'est pas franchement riant.

Photobucket

Le diplomate revient alors pour expliquer qu'en fin de compte, la captivité de Jérôme dérange plus qu'elle n'arrange: il ne sait rien des projets de son frère, ce dernier est trop remonté contre le mariage du petit pour se fouler à le récupérer, autant le renvoyer chez lui. Quant à son épouse, le père d'icelle a envoyé un navire américain, le Liberty, pour la ramener à la maison. Le Hotspur lève donc à nouveau l'ancre pour la France, et une querelle qui couvait depuis le début éclate enfin: Styles, qui en a ras la casquette de Doughty, a bousillé un repas préparé avec amour par celui-ci, et Doughty, dont la fierté du travail bien fait est la seule chose qui lui rend la vie supportable en mer, le prend très mal. C'est un petit bonhomme, Doughty, mais il ne faut pas le chercher. Donc, baston!

Photobucket

Hélas, au cour de la bagarre, l'aspirant Orrock essaie de séparer Styles et Doughty et ce dernier lui met accidentellement un pain.

Photobucket

Et quand un officier se prend un pain, même perdu, de la part d'un simple membre d'équipage, c'est la peine de mort pour ce dernier. Même si Orrock soutient que Doughty ne l'a pas frappé volontairement mais se défendait. Le brave steward est donc mis aux fers en attendant d'être exécuté une fois de retour en Angleterre.

Photobucket

Après quoi on retourne Jérôme aux Français, qui n'en demandaient pas tant, même si le garçon a du mal à accepter de laisser son épouse en arrière. Un sermon d'Hornblower sur le devoir arrive enfin à le faire partir. Betsy, une fois réveillée, en veut pas mal à Horatio d'avoir laissé partir son mari sans la prévenir, et appuie là où ça fait mal en faisant remarquer que le brave capitaine doit être un bien mauvais mari.

Photobucket

Et elle lui souhaite très fort de se faire buter par les Français. Ce qui risque d'arriver car Horatio a enfin compris les paroles de Bracegirdle: les canons étaient à terre car les navires français devaient servir de transports pour un débarquement sur les rivages irlandais (d'où le fait que Wolfe commande l'opération). S'ensuit alors une séquence qui, si elle n'est pas la plus dynamique, doit être visuellement la plus chiadée de toute la série: un affrontement sous la neige, avec arrivée des transports français dans la tourmente:

Photobucket

Et le combat naval qui en découle:

Photobucket

Combat durant lequel Styles redore son blason en sauvant Doughty, qui est un peu condamné à cause de lui, d'être écrasé par un canon:

Photobucket

Quant à Wolfe, c'est la fin de ses aventures et de son combat pour l'indépendance de l'Irlande:

Photobucket

Il reste donc les menus problèmes à régler, à commencer par Doughty. Hornblower le convoque dans sa cabine alors que le Liberty est ancré pas loin.

Photobucket

Il lui tient à peu près ce langage: "oh, le Liberty, ça c'est un joli nom, oh, il est pas loin, en plus, oh, Doughty, vous étiez un si bon steward, non seulement vous cuisinez comme Bocuse mais vous nagez comme un dauphin, oh, on m'attend sur le pont, je vous laisse ici, seul, bon, la fenêtre est ouverte, j'espère que vous n'aurez pas trop froid!". C'est bon, message reçu!

Photobucket

Ensuite, Betsy, pas vraiment ravie de retrouver son père et peu convaincue quand Hornblower lui annonce que si Jérôme l'aime vraiment, il la retrouvera un jour où l'autre. Mais elle revient sur son opinion sur Horatio quand Doughty s'évade et qu'elle comprend qu'il a tout manigancé et qu'il n'est donc pas sans cœur. Elle regrette donc d'avoir souhaité à Hornblower que le cul lui pèle et ils se quittent bons amis.

Photobucket

Après ça, Pellew a été promu, et quitte donc l'escadre dont Hornblower fait partie. Mais il a en partant le privilège de promouvoir à son tour quelques personnages, et fait d'Hornblower un capitaine de vaisseau: autrement dit si Horatio ne se fait pas tuer ou ne commet pas de grosses bourdes il sera amiral un jour ou l'autre.

Photobucket

Enfin, Hornblower rentre chez lui pile pour le Nouvel An, et prend la résolution d'être un mari plus attentif. Ce qui tombe à pic parce que Maria lui annonce après bien des détours que son époux est le seul à ne pas comprendre qu'il va être papa. Et c'est sur l'air ahuri de ce grand dadais que s'achève notre histoire.

La saison est moins réussie que la précédente, qui avait placé la barre très haut, mais elle est tout de même d'une grande qualité. Dommage que les livres suivants n'aient pas été adaptés, quoiqu'il n'est pas trop tard pour remettre le couvert avec un Hornblower amiral. Heureusement, l'épisode se conclut de manière satisfaisante qui empêche le spectateur de se retrouver le bec dans l'eau et on ne peut que saluer encore une fois la maîtrise de la télévision britannique dans le domaine des séries télévisées en costume.

potion préparée par Zakath Nath, le Jeudi 29 Décembre 2011, 15:56bouillonnant dans le chaudron "À l'abordage !".