Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore

Potion précédente-Potion suivante
Game of Thrones, saison 1, épisode 9
--> Spoilers!
Eddard Stark, toujours prisonnier dans les cachots du donjon rouge, se voit présenter une échappatoire: avouer sa trahison et reconnaître la légitimité de Joffrey, en échange de quoi il sera épargné et seulement enrôlé dans la Garde de Nuit. Un moyen d'éviter la guerre, car le torchon brûle entre Stark et Lannister.

Arg, gaaah, bouhouhou, et toute cette sorte de choses. Mais avant ce qui risque d’éclipser le reste de l'épisode il faut dire que celui-ci est riche en péripéties: Catelyn continue la tournée des relais-châteaux tenus par les personnalités les plus tordues de Westeros (Rusard a pris du galon), Daenerys doit faire un choix décisif pour sauver son cher et tendre, Tyrion doit survivre à une bataille alors que son père l'a placé à l'avant-garde, et Jon se rend compte que choisir entre devoir et famille n'est pas une partie de plaisir.

On pourra regretter l'absence de bataille à l'écran (dans le livre on n'avait pas celle entre Jaime et Robb, mais on avait l'autre du point de vue de Tyrion). Cela dit, on en était averti, et comme avec Rome finalement on s'en passe assez bien tant l'accent est mis sur les personnages. Bronn et Robb, dans des genres totalement opposés, ont de plus en plus la classe.

Et alors il y a les cinq dernières minutes de l'épisode, celles que les lecteurs craignaient tout en espérant qu'elles seraient une réussite, celle qui devait être un choc pour les non-lecteurs ayant échappé aux spoilers. C'est, on peut le dire, une franche réussite, où la réaction de tous les personnages est parfaitement rendues: celle de Ned et de ses filles, bien sûr, mais également la façon d'agir de Joffrey (pouvait-on penser avant ça qu'on pourrait le détester encore plus?), de Cersei et de Varys (quoi qu'on en pense, on réalise qu'ils ne désiraient pas la mort d'Eddard... Et que le morveux royal risque d'être un peu incontrôlable pour ses éminences grises).

Après ça, le dernier épisode réserve quelques moments épiques, mais on sera plus dans l'après-coup, je pense. Espérons que les spectateurs pris au dépouvu par ce tournant dramatique ne lâche pas l'affaire, car la mort de Ned est un vrai moteur de l'intrigue, pas un élément juste balancé pour choquer. Il est d'ailleurs intelligent d'avoir confier le rôle à un acteur ayant le plus de notoriété que les autres pour donner aux spectateurs non-avertis l'illusion de la sécurité (dans le livre on le croit protéger par son statut de personnage-point de vue... Qu'on était naïf à l'époque).
potion préparée par Zakath Nath, le Lundi 13 Juin 2011, 18:36bouillonnant dans le chaudron "Le Trône de Fer".