Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
House of the Dragon, saison 1 épisode 9: The Green Council (2)
Vendredi 21/10 12:03 - Zakath-Nath
Dracula (1)
Vendredi 21/10 11:26 - ariannememphis
The Goes Wrong Show, saison 2 (2)
Jeudi 15/09 19:05 - Zakath-Nath
Call Me by Your Name (2)
Dimanche 21/08 09:12 - Zakath-Nath
Carnivàle - La Caravane de l'Étrange, saison 1 (1)
Samedi 20/08 22:04 - Yoda Bor
La Quête de Saint Camber (2)
Dimanche 05/06 11:14 - Zakath-Nath
Le 14e Docteur arrive! (2)
Lundi 09/05 18:56 - Zakath-Nath
Hermione Granger (28)
Lundi 20/06 07:39 - Emma
Les Maîtres Enlumineurs (2)
Dimanche 13/02 10:14 - Zakath-Nath
La Roue du Temps, saison 1 (2)
Dimanche 09/01 20:55 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
Eragon

Il était une fois un empire maléfique. Quand l'histoire commence, il y a une super jolie fille, qui transporte quelque chose de précieux, qui est poursuivie par des méchants. Avant d'être faite prisonnière, elle arrive à envoyer le truc précieux à Petaouchnock. Le truc tombe entre les mains d'un jeune et pauvre fermier orphelin qui vit chez son oncle. Les sbires de l'Empire tuent son oncle et crâment sa ferme. Alors le garçon s'en va avec un vieux bizarre, qui lui apprend qu'il est le dernier représentant possible d'un Ordre autrefois chargé de maintenir la paix, qui a été décimé par le Méchant et son bras droit, dont le garçon hérite de l'épée. Le vieux commence à former le jeune. En cours de route, le vieux meurt, le jeune rencontre un autre garçon un peu plus vieux, ils sauvent la fille prisonnière et rejoignent les rebelles, même si le deuxième garçon aurait voulu partir de son côté. Puis il y a une grande bataille, remportée grâce au jeune héros, mais la guerre n'est pas gagnée pour autant.

Voilà, c'était mon résumé de Star Wars Episode IV. Ah, non, c'est un article sur Eragon de Christopher Paolini, premier tome de la Trilogie de l'Héritage. C'est pas grave, ça marche aussi. Si encore l'auteur s'était contenté de reprendre le schéma global de SW tout en le mettant à sa sauce. Malheureusement, ce n'est pas le cas. Un peu de Pern dans la relation Humain/Dragon, un peu de Tolkien pour les Elfes et les Nains, un peu d'Eddings (la marque argentée dans la main, le vieux conteur bourru, et le passage du pont où le passeur se fait faire les poches, où là on passe carrément les bornes de l'inspiration pour tomber dans la repompe d'un extrait de la Trilogie des Joyaux), tout ça dans un style qui n'a rien d'exceptionnel.

Mis à part à la rigueur Murtagh qui semble promettre des choses intéressantes pour la suite, les personnages ne sont pas passionnants, Eragon et Arya tombant même dans le Gary-Stu et le Mary-Sue le plus pur. Les méchants sont transparents. On ne sent jamais Galbatorix comme une menace terrifiante, et Durza... Ben, il se fait battre très facilement à chaque fois.

Une bonne surprise reste le fait que la rebellion ne présente pas un front uni comme on aurait pu s'y attendre à ce stade de l'histoire, mais ça reste mince.

Bref, pour un jeune lecteur qui s'y connait très peu en fantasy, Eragon peut paraître sympa pour débuter, car le livre se lit facilement, notamment grâce à un découpage en chapitres très courts. Mais quand les originaux sont largement supérieurs, la copie est superflue.

potion préparée par Zakath Nath, le Dimanche 19 Novembre 2006, 11:04bouillonnant dans le chaudron "Fantasy".


Ingrédients :

  viviani
viviani
19-11-06
à 13:19

Tu l'as lu en entier?! J'avais commencer à lire le début du livre, et faute d'avoir accrocher, je n'est pas continuer! En tout cas j'ai cru que c'était plus une parodie de livre Fantasy qu'autre chose...
Il va y avoir une adaptation non?

  Zakath-Nath
Zakath-Nath
19-11-06
à 13:48

Re:

J'ai lu tout le premier tome, mais je ne suis pas du tout motivée pour la suite. Avec un peu de chance on va découvrir dans le 2 qu'Eragon est le fils de Galbatorix ou de Morzan...

Oui, il y a une adaptation qui sortira en décembre.


  mariannemmalan
mariannemmalan
19-11-06
à 19:15

Re: Re:

ben moi aussi, j'ai eu du mal à un certain moment, puis après, c'est devenu plus intérressant et j'ai acroché !! mais il m'aurai fallu le tome 2 de suite, parce que, une fois que je l'ai eu, j'ai pas pu le finir !! Il faut que je m'y remette !!

  Jika
Jika
20-11-06
à 14:44

Re: Re: Re:

Ben moi, j'ai commencé, et j'ai pas pu finir parce qu'avec les livres en anglais plus les livres en français, plus la tonne de boulot des autres matières, j'avais plus le temps. J'ai bien fait ? Je trouvais aussi que c'était pas mal plat, mais je veux quand même aller voir le film, parce j'adore Djimon Hounsou !

  Zakath-Nath
Zakath-Nath
20-11-06
à 15:14

Re: Re: Re: Re:

Si le film est fidèle au livre sur son point il n'aura même pas un énorme rôle (c'est le sage chef des rebelles).

  Jika
Jika
21-11-06
à 09:17

Re: Re: Re: Re: Re:

Ah bon, je croyais que c'était le type qui accompagne Eragon après la mort de Brom (je sais plus son nom).

  Zakath-Nath
Zakath-Nath
21-11-06
à 09:48

Re: Re: Re: Re: Re: Re:

C'est Murtagh qui accompagne Eragon. Il est joué par un jeune acteur que je ne connais pas (et qui est plutôt bien fait de sa personne, même si je ne sais pas comment il joue).

  please_severus
21-11-06
à 13:12

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re:

Il était Patrocle dans le film Troie. Il s'en sortait pas mal...

  Jika
Jika
21-11-06
à 16:28

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re:

Humph, sans plus, quand même... mais il faut dire que le perso était très superficiel.

  Zakath-Nath
Zakath-Nath
21-11-06
à 16:58

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re:

En même temps, quand on voit les extraits et des acteurs de la trempe de Carlyle et Malkovitch aussi ridicule en méchant, j'ai peur que personne n'arrive à tirer son épingle du jeu. Heureusement que j'aime pas le livre, si j'étais fan je grincerais des dents devant certains trucs.

  Smaelle
Smaelle
25-11-06
à 11:55

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re:

J'ai les 2 premiers tomes et je dois dire que si ce n'est pas désagréable à lire, très facile même point de vue style d'écriture, c'est quand même je suis d'accord très léger point de vue scénario ! Et une copine à qui je l'ai passé à tout de suite prédit la fin du tome 2, un peu comme toi d'ailleurs ! ^^ ! Je trouve aussi que Murtagh est le perso le plus interessant et que Eragon fait franchement débile par moment (et d'un prévisible !). Je vais plutôt commencer le tome 9 de l'assassin royal ! Ou relire le SdA (non pas encore ?! euh...) :)

  pustiflute
pustiflute
10-12-06
à 17:33

Eragon, c'est plutôt sympa

Vous êtes pas très gentils avec Eragon. Bon, c'est vrai il y a mieux mais bon...On y peut rien si l'auteur a des soucis en imagination ! Moi, j'ai lu les deux tomes et mon seul reproche, c'est le fait que j'ai du mal à me souvenir de l'histoire, elle est pas très frappante... Enfin, bon...

  Zakath-Nath
Zakath-Nath
13-12-06
à 15:21

Re: Eragon, c'est plutôt sympa

C'est vrai qu'on n'est pas très gentil, mais tu avoueras qu'un auteur qui a des soucis en imagination, c'est un peu génant, non? ;)

Ce que je lui reproche, ce n'est pas seulement de n'avoir pas fait une histoire très originale, il y a des fois, on tombe sur une intrigue très classique sans que ce soit dérangeant, mais je trouve quand même que des fois, c'est à la limite de la malhonnêteté.

Par exemple, il y a un passage au début d'Eragon assez marrant, où Eragon et Brom doivent payer un droit de passage pour traverser un pont à un passeur qui profite de la situation. Ils payent, puis Brom coupe la bourse du gars pour récupérer leur argent. Voici le passage:

Eragon, Corgi, p. 116 (par Christopher Paolini, 2002):

The Anora River flowed between them and the town, spanned by a stout bridge. As they approached it, a greasy man stepped from behind a bush and barred their way. His shirt was too short, and his dirty stomach spilled over a rope belt. Behind his cracked lips, his teeth looked like crumbling tombstone. "You c'n stop right there. This's my bridge. Gotta pay t'get over."

"How much?" asked Brom in a resigned voice. He pulled out a pouch, and the bridgekeeper brightened.

"Five crowns," he said, pulling his lips into a broad smile. Eragon's temper flated at the exorbitant price, and he started to complain hotly, but Brom silenced him with a quick look. The coins were wordlessly handed over. The man put them into a sack hanging from his belt. "Thank'ee much," he said in a mocking tone, and stood out of the way.

As Brom stepped forward, he stumbled and caught the bridgekeeper's arm to support himself. "Watch y're step," snarled the grimy man sidling away.

"Sorry," apologized Brom, and continued over the bridge with Eragon.

"Why didn't you baggle? He skinned you alive" exclaimed Eragon when they were out of earshot. "He probably doesn't even own the bridge. We could have pushed right past him."

"Probably," agreed Brom.

"Then why pay him?"

"Because you can't argue with all of the fools in the world. It's easier to let them have their way, then trick them when they're not paying attention," Brom open his hand, and a pile of coins glinted in the light.

"You cut his purse!" said Eragon incredulously.

Brom pocketed the money with a wink. "And it held a surprising amount. He should know better than to keep all these coins in one place." There was a sudden howl of anguish from the other side of the river. "I'd say our friend has just discovered his loss (...)".

Voilà, la traduction est de moi, celle de l'édition française doit être meilleure mais je ne l'ai pas. Sur le fond, ça ne change rien:

La rivière Anora coulait entre eux et la ville, traversée par un solide pont. Comme ils s'en approchaient, un homme graisseux sortit de derrière un buisson et leur barra la route. Sa chemise était trop courte, et son estomac crasseux dépassait par dessus une ceinture en corde. Derrière ses lèvres craquelées, ses dents ressemblaient à des pierres tombales tombant en ruine. "Vous pouvez vous arrêter là. C'est mon pont. Faut payer pour passer."

"Combien?" demanda Brom d'un ton résigné. Il sortit une bourse, et le gardien s'illumina.

"Cinq couronnes," dit-il, étirant ses lèvres en un large sourire. La colère d'Eragon se leva devant ce prix exhorbitant, et il s'apprêtait à se plaindre vivement, mais Brom lui fit signe de se taire d'un rapide regard. Les pièces changèrent de mains sans un mot. L'homme les mit dans un sac pendant à sa ceinture. "Merci beaucoup", dit-il d'un ton moqueur, et il se poussa du chemin.

Comme Brom s'avançait, il trébucha et s'agrippa au bras du gardien pour se supporter. "Regardez où vous mettez les pieds" grogna l'homme crasseux en s'éloignant.

"Désolé," s'excusa Brom, et il continua la traversée du pont avec Eragon.

"Pourquoi n'as-tu pas marchandé? Il t'écorchais vif" s'exclama Eragon quand ils furent hors de portée d'oreille. "Ce pont n'est probablement même pas à lui. Nous aurions pu le pousser pour passer."

"Probablement" reconnut Brom.

"Alors pourquoi le payer?"

"Parce que tu ne peux pas discuter avec tous les idiots du monde. C'est plus facile de les laissez faire ce qu'ils veulent, et alors de les tromper quand ils ne font pas attention." Brom ouvrit sa main, et une pile de pièces brilla à la lumière.

"Tu as coupé sa bourse!" dit Eragon, incrédule.

Brom empocha l'argent en clignant de l'oeil. " Et elle renfermait une somme surprenante. Il aurait mieux fait de ne pas garder toutes ses pièces à un seul endroit." Il y eu un soudain hurlement d'angoisse de l'autre côté de la rivière. " Je dirais que notre ami vient juste de découvrir sa perte (...)".

On a donc un passage plutôt sympa, et j'imagine que pas mal de lecteurs ont dû trouver Brom très cool sur ce coup-là. Sauf que:

Le Chevalier de rubis, Pocket, p.53 (écrit en 1991 par David Eddings):

A côté du gué se dressait une petite hutte. Le propriétaire était un individu en tunique verte et au regard perçant qui exigeait un droit de passage. Plutôt que de discuter, Emouchet préféra payer.

-Dis-moi, voisin, ditil quand la transaction fut terminée, nous sommes à quelle distance de la frontière pélosienne?

- A cinq lieues environ. Si vous continuez à ce train, vous devriez l'atteindre dans l'après-midi.

- Merci voisin. Ton aide nous aura été précieuse.

Ils traversèrent le gué avec force éclaboussures. Une fois de l'autre côté, Talen rejoignit Emouchet.

- Voici ton argent, dit le jeune voleur en lui tendant plusieurs pièces.

Emouchet lui accorda un regard étonné.

- Ça ne me dérange pas de payer un droit pour traverser un pont, fit Talen en reniflant. Après tout, quelqu'un a du se donner la peine de le construire. Par contre, ce type se contente de profiter d'une caractéristique naturelle du cours d'eau. Ça ne lui a pas coûté un sou, alors pourquoi pourrait-il en tirer bénéfice?

- Tu as donc tranché sa bourse?

- Naturellement.

- Et elle contenait un peu plus que mes pièces?

- Quelques-unes de plus. Disons que c'est mon salaire pour avoir récupéré ton argent. Après tout, j'ai aussi le droit à un petit benef, non?

- Tu es incorrigible.

- J'avais besoin de garder la main.

De l'autre côté de l'eau monta un hurlement de douleur.

- Je crois bien qu'il vient de découvrir la disparition de son argent, fit observer Emouchet.

- Oui, on dirait, en effet.

C'est quand même un peu gros, non. Bien sûr ce n'est pas Eddings qui a inventé les conflits liés au droit de passage pour les ponts. On pense par exemple à la rencontre Robin des Bois/Petit-Jean. Mais les deux scènes sont très différentes, la présentation du conflit, sa résolution, etc. De même, dans La Malédiction du Black Pearl en 2003, Jack Sparrow arnaque un type qui lui demande de payer un droit d'amarrer son bateau un peu de la même façon, en le payant puis en fauchant une bourse qu'il a laissé traîner. Mais la scène est écrite et joué suffisamment différemment pour qu'on ne puisse pas soupçonner Ted Elliott et Terry Rossio d'avoir plagié Eddings, tout comme on ne peut pas dire qu'Eddings a collé un passage de la légende de Robin des Bois au milieu de son livre.

Par contre, dans les passages que j'ai cité, mis à part que Paolini décrit plus les personnages et les actions alors qu'Eddings s'appuit davantage sur les dialogues (qui sont sa marque de fabrique et son point fort, ses intrigues n'étant pas elles-mêmes originales) c'est exactement la même chose, jusque dans la chute.

Et ce n'est pas le même emprunt, à Eddings ou d'autres que fait Paolini, même si ce ne sont pas en général une scène entière comme là mais des éléments éparses...