Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
The Great God Pan (2)
Jeudi 06/09 07:21 - Zakath-Nath
Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, saison 2 (2)
Lundi 30/04 18:01 - Zakath-Nath
La Partie de Chasse (2)
Mardi 13/02 14:02 - Zakath-Nath
La Nuit de la Louve (2)
Dimanche 21/01 12:47 - Zakath-Nath
Doctor Strange (4)
Lundi 01/01 12:33 - Zakath-Nath
La Louve et l'Enfant (2)
Jeudi 11/01 11:23 - Zakath-Nath
Doctor Who Christmas Special 2017: Twice Upon a Time (2)
Jeudi 04/01 17:37 - Zakath-Nath
Déracinée (2)
Mercredi 03/01 18:53 - Zakath-Nath
Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi (2)
Samedi 23/12 18:42 - Zakath-Nath
The OA, saison 1 (2)
Samedi 23/12 17:41 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
Doctor Who saison 5/ episode 3: Victory of the Daleks

Appelé par Winston Churchill en personne, le Docteur, toujours accompagné d'Amy Pond, débarque à Londres pendant le Blitz. Le Premier Ministre lui présente une toute nouvelle arme mise au point par un certain Bracewell, les ironsides, qui pourraient bien lui permettre de remporter rapidement la guerre. Évidemment, les ironsides n'ont rien d'une invention humaine: ce sont ces bons vieux Daleks, et leur serviabilité envers la Couronne britannique est forcément louche.

Pour la saison 4, Mark Gatiss avait écrit un script se déroulant à Londres durant le Blitz, que Russell T. Davies avait dû refuser: le double épisode de Moffat situé dans la même ville à la même période risquait d'être trop frais dans les mémoires, et le budget permettant de tourner l'épisode de Pompéi, c'est finalement celui-ci qui a été privilégié. Gatiss n'a pas ressorti tel quel son scénario pour cette nouvelle saison. Il y était question de museum et de nazis, dont il ne reste plus trace ici. Entre autres changements, les nazis ont été remplacés par leur équivalent galactique, les Daleks.

Les Daleks sont présents au moins une fois par saison, au point qu'on leur reproche parfois d'être trop présents, justement. Ça m'est égal, j'aime les Daleks, ils sont ignobles, mais je ne peux pas m'empêcher de les trouver adorables (c'est grave, Docteur?). Finalement, tout le mystère entourant ces Daleks soudain au service secret de sa Majesté est rapidement dissipé. En même temps, qui doutait qu'il ne s'agissait que d'une façade pour préparer leur grand retour?

À partir de là, tout va très vite, avec des péripéties assez classiques mais bien menées. Le personnage de Bracewell, que je trouvais tête-à-claques pour le peu que je l'avais vu dans les extraits, est assez émouvant. Ça fait du bien de voir un petit combat spatial, entre une soucoupe dalek et des spitfires (très très court, malheureusement), Amy se rend toujours utile et le Docteur bluffe beaucoup. Une fois n'est pas coutume, le personnage historique de l'histoire occuppe un rôle assez secondaire.

Concernant les Daleks new-look (mais avec un petit côté retro en même temps), pour une fois, je vais me la jouer "c'était mieux avant". Ce sont toujours des Daleks, et le côté Force Bleue/Force Rouge ne me dérange pas, mais à part ça, je trouve qu'ils ont un gros cul (oui, je sais, pardon) je n'aime pas leur "torse" tout noir et carré, ni leur "cou" façon soufflet (si on leur presse la tête et qu'on relâche un coup, ça doit faire de la musique, comme un accordéon). Bon, je les aime toujours, la base demeure, mais quand même. Et puis ils s'échappent tranquillou à la fin, on n'aura pas à trouver une raison bidon pour expliquer leur retour la prochaine fois.

Il est également amusant de constater le fait que l'Ecosse est toujours citée. Un peu comme si Moffat se disait: "Russell T. Davies est gay et chaque fois qu'un personnage non-hétéro apparaissait on l'accusait d'avoir un agenda gay? Eh bien moi je suis Écossais, et je vais vous servir des Écossais à toutes les sauces, quelque chose de bien."

La fameuse fissure est toujours présentée en évidence, au point qu'elle passe finalement plus pour la partie émergée de l'iceberg qu'autre chose: après des bizarreries au niveau des dates (badge de Rory, contradiction sur l'âge d'Amy) voilà carrément qu'Amy Pond n'a pas souvenir d'avoir déjà vu des Daleks, alors que ceux-ci n'étaient pas vraiment passés sur la pointe des pieds la dernière fois. Si on ne cherche pas à cacher qu'il y a un gros mystère, au moins celui-ci fonctionne-t-il: on veut savoir pourquoi le temps est tout détraqué!

Un épisode sympathique, donc, léger comme souvent en début de saison. Comme pour les précédents j'ai par contre encore la vague impression que le format 45 minutes n'est pas aussi bien maîtrisé qu'auparavant. En attendant, place au double des deux prochaines semaines!

potion préparée par Zakath Nath, le Samedi 17 Avril 2010, 22:36bouillonnant dans le chaudron "Whoniverse".