Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore

Potion précédente-Potion suivante
Doctor Who saison 10 épisode 9: Empress of Mars
À la stupéfaction générale, la NASA découvre inscrit sur la surface de Mars un vibrant "God save the Queen". Il n'en faut pas plus pour le Docteur, Bill et Nardole pour se rendre sur place à l'année où le message a été lancé: 1881. Et effectivement, un régiment de soldats de la reine Victoria se trouve sur place. Mais il n'est pas seul.

Le dernier épisode de Mark Gatiss, Sleep no more, s'était révélé être un found-footage peu convaincant. Quand il avait décidé de ramener dans la série les Ice Warriors en saison 7 avec Cold War, il avait livré un épisode qui m'avait également laissé à la porte. Autant dire que je ne piaffais pas d'impatience à l'idée de cette Empress of Mars, qui se trouve cependant être des plus sympathiques. Rien de révolutionnaire évidemment (qui attend un épisode révolutionnaire de la part de Gatiss?) et finalement à l'image du reste de la saison: très classique, mais avec un petit message politique intégré.

Quand je parle de classicisme, ce n'est pas seulement au niveau du déroulement très linéaire et de l'intrigue fort simple, il y a un carrément un caméo d'un personnage de la série classique associé aux Ice Warriors, avec une voix de crécelle assurée par la même actrice qu'à l'époque, désormais âgée de 92 ans. Ce petit passage passera sans doute au-dessus de la tête des spectateurs de la nouvelle série mais qu'importe, c'était mignon et heureusement, l'intérêt de l'histoire ne reposait pas là-dessus.

Le Docteur se trouve cette semaine dans une position intéressante: les Humains sont ici les envahisseurs, et une fois n'est pas coutume il n'est donc pas pressé de prendre fait et cause pour eux. Mais ces nigauds s'attaquent à plus forte partie qu'ils ne le pensent, et les voir se faire massacrer (d'une façon aussi cartoonesque que dérangeante) ne le ravit pas non plus. L'Impératrice du titre ne sera pas le personnage le plus marquant de l'épisode, bien qu'au moins la féminisation d'un monstre classique du whoniverse aura été faite avec meilleure goût que la Cyberwoman de Torchwood (ce n'était pas bien difficile). Au niveau de son peuple, Friday a un rôle plus intéressant.

Le point fort de l'épisode se trouve du côté des soldats britanniques. Il y a un petit côté Jules Vernes à les voir débarquer de leur XIXe siècle natal sous la surface de Mars sans perdre de leurs habitudes, mais au-delà de cet aspect amusant, des tasses de thé et de l'allégeance à la reine Victoria (encore un clin d’œil agréable, à Tooth and Claws cette fois), le portrait n'est pas tendre: des officiers arrogants ou lâches (parfois les deux), des sous-officiers pilleurs... Tout droit débarqués d'Afrique du Sud, ils entendent se comporter sur Mars comme là-bas. Ferdinand Kingsley (qu'on a vu récemment dans Victoria avec Jenna Coleman) hérite d'un personnage particulièrement gratiné dont on regrette presque que le sort ne soit pas plus haut en couleur tandis que Ian Beattie arrive à survivre moins longtemps que dans Game of Thrones, une gageure. Parmi les seconds rôles, c'est néanmoins Anthony Calf, que j'ai toujours plaisir à voir, qui hérite du meilleur personnage, bien que sa rédemption soit assez conventionnelle.

Conventionnel, c'est d'ailleurs un adjectif qui colle bien à l'épisode, dont on se demande à quel point certains clichés sont volontaires (un soldat qui sort une photo de sa bien-aimée a à peu près autant de chance de survivre qu'un jeune ayant une partie de jambes en l'air dans un slasher des années 80). Mais ce n'est encore une fois pas un défaut car l'aventure se suit avec plaisir, bien qu'encore une fois cette saison on se demande si on va enfin daigner nous offrir un épisode atypique et mémorable (ce qui est un peu devenu une tradition, donc peut-être que cette saison, on a décidé d'être original en ne nous offrant pas d'épisode original? Ou s'agit-il juste plus probablement d'un manque d'inspiration?)
potion préparée par Zakath Nath, le Dimanche 11 Juin 2017, 10:53bouillonnant dans le chaudron "Whoniverse".


Ingrédients :

  Campanita
Campanita
12-06-17
à 10:44

Je n'avais absolument pas reconnu ce bon vieux Meryn Trant.

Un épisode sympathique, qui dans son ambiance rappelle la série classique (sauf que la série classique l'aurait découpé en 4 ou 5 parties de 20 min, avec un rythme lent et du remplissage).

  Zakath-Nath
Zakath-Nath
12-06-17
à 11:25

Re:

Oui, genre au moins une partie pour que le Docteur et ses compagnons aillent sur Mars avec comme cliffhanger de l'épisode la découverte des Anglais, puis encore au moins une partie pour trouver l'endroit où repose l'impératrice Martienne :-P!