Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
The Great God Pan (2)
Jeudi 06/09 07:21 - Zakath-Nath
Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, saison 2 (2)
Lundi 30/04 18:01 - Zakath-Nath
La Partie de Chasse (2)
Mardi 13/02 14:02 - Zakath-Nath
La Nuit de la Louve (2)
Dimanche 21/01 12:47 - Zakath-Nath
Doctor Strange (4)
Lundi 01/01 12:33 - Zakath-Nath
La Louve et l'Enfant (2)
Jeudi 11/01 11:23 - Zakath-Nath
Doctor Who Christmas Special 2017: Twice Upon a Time (2)
Jeudi 04/01 17:37 - Zakath-Nath
Déracinée (2)
Mercredi 03/01 18:53 - Zakath-Nath
Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi (2)
Samedi 23/12 18:42 - Zakath-Nath
The OA, saison 1 (2)
Samedi 23/12 17:41 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
Doctor Who Christmas Special 2015: The Husbands of River Song
Le Docteur espère passer des fêtes tranquille lorsqu'il est réquisitionné par River Song pour récupérer un diamant en possession du tyrannique roi Hydroflax. Premier problème: le Seigneur du Temps n'apparait pas sur le trombinoscope de River, qui ne le reconnait pas. Deuxième problème: il découvre qu'elle n'est pas mariée qu'à lui... et pas qu'un peu.

Les épisodes de Noël de Moffat ont souvent eu une ambiance de conte assumée et les deux précédents, s'ils n'étaient pas dépourvus d'humour, étaient assez sombres. Le premier, avec sa régénération programmée, était un grand moment d'émotion, et le second privilégiait une intrigue de rêves imbriqués, une atmosphère horrifique à la Alien version tout public, pour se révéler touchant dans la dernière ligne droite. On change radicalement de genre cette année. Certes, on aura une petite rue de maisons à colombage enneigée renvoyant à une image d'Épinal des Noëls d'antan mais cet épisode-ci est avant tout une grosse comédie. Après la fin de saison passée, on avait bien besoin de se détendre, le Docteur comme le spectateur.

Après Ten et Eleven, c'est au tour de Twelve de se frotter à River. Plus de mystère sur la nature de celle-ci, le Docteur sait à qui il a affaire, et la dynamique est un temps inversée, River n'étant pas au courant que son mari a contourné la limite de treize vies. Ce qui donne quelques moments savoureux, en particulier celui où le Docteur assume le rôle de compagnon d'un jour stupéfait de découvrir que le TARDIS est plus grand à l'intérieur qu'à l'extérieur. En fait, le duo n'est pas sans évoquer les films comme L'impossible monsieur Bébé où une femme excentrique entraîne malgré lui un homme dépassé dans de folles aventures, laissant fuser les répliques qui tuent et se fourrant dans des situations inextricables. Le tout avec la touche Doctor Who, ce qui implique donc un gros robot coloré, dont on imagine très bien un modèle réduit au pied du sapin dans les années 80. Après un début sur les chapeaux de roues et des seconds rôles sympathiques (Greg Davies et Matt Lucas en particulier), le rythme s'essouffle un peu mais les dernières minutes, laissant de côté les rires, renouent avec l'émotion des précédents Christmas Special.

La relation entre le Docteur et River est au cœur de l'épisode, et si on nous en a montré à loisir le penchant comique dans les scènes qui ont précédé, on arrive enfin au moment fatidique du tournevis sonique offert aux Tours chantantes de Darillium, le dernier jalon avant que River ne retrouve Ten dans la librairie. Certes, on a déjà pensé avoir vu le personnage pour la dernière fois auparavant, mais on sent quand même les adieux à cette partie de l'histoire de la série.

En tout cas, un bon moment de détente sans prise de tête pour digérer la dinde, en attendant le reste de la saison 10 qui pourrait mettre du temps à venir, le tournage débutant plus tardivement que d'habitude.
potion préparée par Zakath Nath, le Vendredi 25 Décembre 2015, 22:38bouillonnant dans le chaudron "Whoniverse".


Ingrédients :

  Campanita
Campanita
26-12-15
à 21:37

J'avais peur, en sachant que River reviendrait, car si j'adore le personnage, j'avais l'impression qu'on en avait fait le tour et que la faire rappliquer ne serait que tirer sur la corde pour le fanservice. Mais en fait, tout s'est bien passé, et à la réflexion, cette scène avec la remise du tournevis sonique on est contents de l'avoir eue. C'est un peu étrange qu'elle ait cette alchimie avec Twelve, parce que je partais du principe qu'elle ne pouvait l'atteindre qu'avec Eleven (on insistait bien qu'avec Ten ça ne marchait pas car il n'était pas "son" Docteur...et que celui-là aimait Rose). Et d'un côté, le discours de River sur à quel point le Docteur ne peut pas tomber amoureux en retour sonnait assez juste.

Sinon, je me demandais justement ce qu'Eric Cartman donnerait en version adulte.

  Zakath-Nath
Zakath-Nath
26-12-15
à 22:27

Re:

Oui, les deux acteurs fonctionnaient vraiment bien ensemble. Peut-être parce qu'on n'a pas essayé de les écrire comme à l'époque de Matt Smith, en partant du principe que River ne le reconnaissait pas et Twelve réagissant à cela, ça donnait une nouvelle dynamique qui du coup évitait la comparaison.

Oui, le discours sonnait juste parce qu'on se pose forcément la question. On l'a vu avoir des romances avec une petite poignée de personnages, on sait qu'il a eu une famille mais en même temps, vu sa longévité et le nombre de personnes qu'il rencontre, il ne peut pas avoir de relations exclusives et en un sens, il doit aimer tous ses compagnons même si c'est de façon différente (c'est pour cela que j'ai un peu de mal avec tout ce qui est shipping autour de ce personnage, hors ce qui est explicite à l'écran, comme les partisans du whouffaldi en terme de romance. Dans une fanfiction, ok, mais je trouve étrange de voir la relation entre Twelve et Clara sous cet angle et surtout, je ne comprend pas comment certains fans peuvent se mettre en colère quand la série ou ceux qui y participent ne valident pas la relation comme ils le souhaiteraient ou proposent d'autres couples.)

  leodagane
leodagane
30-12-15
à 22:18

Re:

Super épisode, à la fois drôle et plein d'émotions, un régal. Du coup je suis allée revoir "la bibliothèque des ombres" :-)

  Zakath-Nath
Zakath-Nath
31-12-15
à 10:45

Re:

Il faudrait que je le revois aussi. Ça fait un bout de temps que je n'ai pas revu les épisodes de la période Nine et Ten (à part au hasard, en zappant cet été).

  Persis
Persis
31-12-15
à 14:23

Je réagis avec une semaine de retard ! J'ai beaucoup aimé cet épisode, il était léger, le rythme enlevé. Et puis j'adore quand on nous présente un panel d'extra-terrestres haut en couleur.
Revoir River Song, ce n'est que du bonheur. Elle est telle qu'en elle-même, avec son habituelle roublardise.
Le moment que j'ai préféré c'est quand Capaldi a sorti son "Sweety" et la façon dont il la regardait.
La seule petite chose que j'ai moins aimé, c'est l'insistance sur l'état d'avancement du diaire, les questions de River à ce sujet. J'ai trouvé que le raccord avec la bibliothèque des ombres s'en trouvait déforcé.
Je viens de retomber sur la citation :
"Vous m'avez même donné votre tournevis ; ça aurait dû me mettre la puce à l'oreille! Il n'y a rien que vous puissiez faire." Ça ne colle pas trop avec les échanges River-Docteur. Du moins à mon sens.
Naturellement, apprendre la durée de la nuit à Darrilium a atténué tout cela.
Mais dans l'ensemble, j'ai vraiment apprécié l'épisode qui bouclait la boucle.

  Zakath-Nath
Zakath-Nath
31-12-15
à 15:11

Re:

Je ne vois trop en quoi les questions de River sur le journal sont forcément en contradiction avec La Bibliothèque des Ombres. Elle s'interroge un peu mais je pense qu'elle a dû mettre ça de côté parce qu'elle a été distraite par la suite et n'y a plus trop repensé jusqu'au moment où elle a vu Ten. Qu'il y ait un petit décalage entre la façon dont les choses se sont passées et la façon dont elle les raconte au Docteur après un délai plus tard n'est pas irréaliste.