Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
House of the Dragon, saison 1 épisode 9: The Green Council (2)
Vendredi 21/10 12:03 - Zakath-Nath
Dracula (1)
Vendredi 21/10 11:26 - ariannememphis
The Goes Wrong Show, saison 2 (2)
Jeudi 15/09 19:05 - Zakath-Nath
Call Me by Your Name (2)
Dimanche 21/08 09:12 - Zakath-Nath
Carnivàle - La Caravane de l'Étrange, saison 1 (1)
Samedi 20/08 22:04 - Yoda Bor
La Quête de Saint Camber (2)
Dimanche 05/06 11:14 - Zakath-Nath
Le 14e Docteur arrive! (2)
Lundi 09/05 18:56 - Zakath-Nath
Hermione Granger (28)
Lundi 20/06 07:39 - Emma
Les Maîtres Enlumineurs (2)
Dimanche 13/02 10:14 - Zakath-Nath
La Roue du Temps, saison 1 (2)
Dimanche 09/01 20:55 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
Des Pas dans le Brouillard
Toute la bonne société du Londres de l'époque edwardienne s'émeut de la détresse de Stephen Lowry, dont la femme a été emportée par la maladie. Derrière cette façade de veuf éploré, Lowry est ravi: il a lui-même empoisonné son épouse. Lily, sa domestique, a cependant découvert son secret et entreprend de le faire chanter.

Au premier abord, la filmographie d'Arthur Lubin ne vend pas vraiment du rêve: des films avec Abbott et Costello en vedette ou d'autres contant les exploits d'un certain Francis, mulet parlant de son état... Elle comporte cependant quelques éléments qui valent le coup d’œil, notamment ce film mettant en têtes d'affiche Stewart Granger et Jean Simmons, alors mariés dans la vraie vie de tous les jours. Le scénario joue sur deux tableaux à la fois: le premier est une histoire à suspense car Lily fait chanter et protège Lowry qu'elle veut le garder sous son emprise tandis qu'il cherche par tous les moyens à se débarrasser d'elle. Années 50 obligent, on se doute que la conclusion ne pourra être cynique et immorale et que meurtrier comme maîtresse-chanteuse ne pourront sortir vainqueurs. Reste à découvrir comment ils s'entretueront ou seront démasqués. Histoire de différences de classe également car Lowry a un statut de grand-bourgeois tandis que Lily n'est au départ que la plus humble de ses domestiques: elle agit par amour mais également pour s'élever socialement, et quand proposition lui est faite de partir aux États-Unis où elle pourrait devenir une lady car les divisions de classe sont moins rigides qu'en Angleterre, elle décline sous prétexte qu'il n'y a pas grand intérêt à être une lady là où toutes les femmes le sont.

Le scénario est habile mais comporte quelques faiblesses, en fait spécifiquement le couple formé par Bill Travers et Belinda Lee, jeune avocat pour l'un, fille du patron pour l'autre: des personnages destinés à être ensemble si ce n'est que la courge est follement amoureuse de Lowry tandis que le bellâtre en est jaloux. Ils ont leur utilité dans l'intrigue mais ce couple-bis a bien du mal à faire contrepoids à celui formé par Lowry et Lily dont les rapports sont bien plus complexes. Travers et Lee se révèlent trop fades et le premier même antipathique, au point ne de pas spécialement souhaiter le voir dénouer la situation.

En revanche, les deux acteurs principaux sont pour beaucoup dans la réussite du film: Stewart Granger excelle évidemment en gentleman hautain et sans scrupules, bien qu'il ait tendance à surjouer quand la panique gagne son personnage. Jean Simmons arrive à être touchante malgré les actions que commet Lily, à la fois déterminée à arriver à ses fins et encore trop naïve face à la duplicité de Lowry. On notera également la présence dans un second rôle de William Hartnell, futur premier Docteur de Doctor Who qui met du temps à se montrer mais a un impact certain dans la résolution de l'intrigue (et avait déjà l'air vieux avant d'avoir atteint la cinquantaine).

Quant à la réalisation de Rubin, mise en valeur par un joli technicolor, elle est classique mais élégante et réserve quelques bons moments, l'un d'eux dès l'ouverture alors que la caméra suit, de dos, Lowry rentrer chez lui après l'enterrement de sa femme, de toute évidence très abattu... jusqu'à ce que l'on découvre enfin son visage radieux. La fameuse scène de filature dans le smog londonien, qui donne au film son titre, est également efficace bien qu'elle sente un peu le tournage en studio.

Film de suspense, critique de la société edwardienne, film de procès pendant une courte séquence, Des pas dans le Brouillard est tout cela à la fois, sans s'éparpiller pour autant. Un peu oublié aujourd'hui, éclipsé dans la filmographie de Granger par ses grands films de cape et d'épées, il mérite d'être redécouvert.
potion préparée par Zakath Nath, le Mardi 4 Mai 2021, 14:22bouillonnant dans le chaudron "Films".